La Chambre des conseillers adopte le PLF 2019    Le groupe Attijariwafa bank remporte à Londres deux prix d'excellence    Le taux de croissance au Maroc devrait s'établir à 3,6% en 2019, selon le CMC    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Effet de dissuasion    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nador: Bilan mitigé pour le festival des cultures immatérielles
Publié dans L'Economiste le 02 - 08 - 2007


· Une très bonne programmation
· Mais les «intellos» pas au rendez-vous
· Attitude «raciste» d'une partie du public
LE rideau est tombé sur la première édition du festival Imerqane qu'a abrité la ville de Nador du 25 au 28 juillet. Un festival dédié aux cultures immatérielles méditerranéennes.
Les promoteurs de cette manifestation ont réuni tous les ingrédients et offert les mécanismes d'appui nécessaires, notamment logistiques et financiers, pour réussir cette première édition. En effet, espace d'échange interculturel, le festival Imerqane «rencontre» se veut, à travers une diversité de couleurs et de langues, d'expressions et de traditions, un véritable vecteur d'épanouissement interculturel et de développement socioéconomique dans une région qui vient d'entamer une importante mise à niveau urbanistique (cf.www.leconomiste.com). De fait, le complexe culturel de Nador a réuni autour de débats d'idées, 4 jours durant, anthropologues, sociologues, sémiologues, linguistes et historiens venus de divers horizons des deux rives de la Méditerranée. En diurne, le boulevard maritime longeant la corniche a été le théâtre de parades et de shows de troupes folkloriques, d'acrobates, jongleurs-cracheurs de feu, conteurs… En nocturne, plus d'une vingtaine de groupes de chanteurs et danseurs se sont produits, chaque soir, sur scène dressée à l'occasion sur la place Marchica, drainant les grandes foules, férues de la musique amazighe. L'affluence du public est estimée à des dizaines de milliers, avec une présence record lors de la soirée de clôture.
L'agence de communication à laquelle a été confiée l'organisation de cette première édition a honoré ses engagements. Toute l'équipe, qui s'est mobilisée jour et nuit pour réussir le pari, est à féliciter pour les efforts déployés, redoublés malgré quelques défaillances, toutefois minimes et ordinaires. Pourtant, nonobstant une mobilisation tous azimuts, une bonne organisation, la qualité des activités académiques et festives, le festival des cultures immatérielles méditerranéennes, organisé sous le thème «Patrimoine en partage», n'a pas atteint les objectifs fixés initialement par ses promoteurs. En effet, très peu d'intellectuels ont suivi les débats d'idées au complexe culturel de Nador. Les communications se sont déroulées presque à huis clos et seuls quelques universitaires et chercheurs étaient au rendez-vous.
------------------------------------------------------------------------
Sensibilisation
LE public nadori est très particulier. Ce dernier n'a manifesté de l'intérêt que pour les chants et danses amazighs, notamment le groupe algérien Tak Farinas et l'idole rifaine Khalid Izri qui a enflammé la scène durant près de 3 heures. Par ailleurs, la foule a franchement affiché son appartenance berbère et a boudé les spectacles et concerts arabophones. Une attitude jugée «raciste» par nombre d'observateurs. Heureusement, la présence renforcée des forces de l'ordre a empêché tout dérapage. Selon des sources proches de l'organisation, les promoteurs et le collectif des associations locales pourraient programmer, d'ici la prochaine édition, des campagnes de sensibilisation afin de préparer le public à accepter l'autre et reconnaître l'ensemble des composantes de l'identité marocaine.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.