Aéroport Marrakech-Menara: Arrestation de quatre Tunisiennes pour trafic de chira    Suivez en direct la finale de la Coupe du Trône    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    MBS félicite le roi Mohammed VI à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des accords de libre-échange qui piétinent
Publié dans L'Economiste le 04 - 12 - 2007


· Entre pays du Golfe et Européens, les obstacles
persistent
· L'Afrique de l'Ouest rejette les accords de partenariat économique
LE Conseil de coopération du Golfe (CCG) et l'Union européenne (UE) n'ont pas réussi à aplanir les derniers obstacles à la conclusion d'un accord de libre-échange en discussion depuis près de 20 ans.
Le ministre qatari des Finances, Youssef Hussein Kamal, a fait cette annonce après une réunion entre les négociateurs du CCG et le commissaire européen au Commerce Peter Mandelson. Il est en marge d'une rencontre ministérielle préparatoire au sommet annuel du groupe du Golfe, prévu lundi et mardi dans la capitale qatarie.
La conclusion de l'accord CCG-UE, en négociation depuis 1988, est périodiquement annoncée comme imminente depuis de longues années. Mais le projet marque toujours le pas.
Des progrès préliminaires en vue de cet accord avaient été accomplis en 1999 grâce à une décision des monarchies du CCG d'abolir les barrières douanières au sein de leur groupe.
En 2003, ces monarchies ont lancé la mise en place d'une union douanière, dont la période transitoire a été prolongée de 2005 à 2007. Elles ont également décidé la création d'une union monétaire et d'une monnaie commune à l'horizon 2010, une perspective aujourd'hui compromise en raison de la faiblesse du dollar et de la forte inflation.
En 2006, les échanges UE-CCG se sont élevés à plus de 110 milliards de dollars (75 milliards d'euros).
L'UE a ainsi chiffré à 47,4 milliards d'euros ses exportations vers le CCG, qui constitue son 5e client, alors que les pays du CCG ont exporté vers l'UE pour 35,2 milliards d'euros de marchandises, notamment du brut, des produits pétrochimiques et de l'aluminium, selon des statistiques européennes.
Toujours dans le même registre, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a affirmé dimanche à Dakar que son pays «ne signera pas» les accords commerciaux proposés par l'Union européenne (UE) aux Etats du bloc Afrique, Caraïbes, Pacifique (ACP). Un accord qui est dénoncé par l'Afrique de l'Ouest.
Le président sénégalais a dénoncé les accords de partenariat économique (APE), que l'UE propose aux pays ACP en remplacement de l'actuel régime commercial préférentiel accordé par les Européens à leurs anciennes colonies.
Début novembre, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) avait annoncé qu'elle n'était pas prête à conclure les APE «en l'état actuel des choses».
Face à ce refus, «la stratégie de l'UE, c'est d'aller vers les pays qui composent la Cédéao pour les amener à signer des accords séparés. Une stratégie rejetée par Dakar dans une tribune publiée le 16 novembre par le quotidien français Le Monde. Le président Wade avait déclaré que les APE n'étaient «pas acceptables». Les rejeter «est une question de survie pour nos économies, déjà éprouvées par les subventions agricoles pratiquées par les pays industrialisés», avait-il écrit. «Entre 2008 et 2015, les pertes de recettes fiscales du Sénégal, si notre pays adopte ce système, passeraient de près de 58 à 175,5 millions d'euros, avait-il indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.