Football : la Coupe de la Ligue disparaîtra dès la saison prochaine    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Brexit : l'UE appelle Londres à négocier sérieusement pour empêcher un « no deal »    Les Clintons à Marrakech pour l'anniversaire du milliardaire marocain Marc Lasry    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Le CESE appelle à accélérer l'éradication de la pratique du mariage d'enfants    Royal Air Maroc, transporteur officiel de la Biennale de Luanda    Nador: Arrestation d'un récidiviste pour tentative d'homicide volontaire à l'arme à feu    Affaire Hajar Raissouni: La demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Festival national du théâtre de Tétouan : Lancement de l'appel à candidatures    «Eco-Tire» remporte le prix de l'écocitoyenneté offert par Vivo Energy Maroc    L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Un concours pour créer l'identité visuelle de l'Agence nationale de la sécurité routière    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Croissance et Gouvernance!    Aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako : Yasmine Hajji s'exprime sur les «Words of world» en installation vidéo    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Heetch Maroc propose à ses partenaires le statut d'auto-entrepreneur    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Le Maroc remporte le prix Cheikh Aissa Al Khalifa d'actions bénévoles    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Divers    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Réélection de Said Naciri à la tête de la Ligue nationale du football professionnel    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG de l'ONCF convoqué au Parlement
Publié dans L'Economiste le 15 - 01 - 2008


· Au menu, l'opportunité du projet TGV
· L'initiative vient du groupe parlementaire de l'USFP
APRبS l'ONE, l'ONCF. Mohamed Rabie Lakhlie est convoqué par la commission des Finances et du Développement économique de la Chambre des Représentants à venir devant les députés s'expliquer sur les investissements de l'Office. Un courrier du président de la commission, Amar Cheikh, lui a été adressé dans ce sens.
Le DG de l'ONCF devra ainsi faire le déplacement au Parlement en compagnie de Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et du Transport.
C'est le groupe parlementaire de l'USFP qui est à l'origine de cette initiative, conformément à l'article 41 du règlement intérieur de la Chambre des Représentants, qui permet aux députés de convoquer tout directeur d'un établissement public. Cette fois-ci, aux députés de la commission des Finances se joignent ceux de la commission de l'Intérieur, de la Décentralisation et des Infrastructures de base.
En fait, les députés s'intéressent au projet du train à grande vitesse (TGV) annoncé il y a quelques mois, à l'occasion de la visite du président français Nicolas Sarkozy. Ils justifient leur intérêt par l'importance des montants en jeu (100 milliards de DH) et leur impact sur les finances publiques.
Déjà, dans son courrier, le président de la commission des Finances soulève une série d'interrogations relatives notamment au planning de réalisation, aux résultats de l'étude de faisabilité et aux scénarios alternatifs étudiés. A cela s'ajoutent d'autres questions sur le nombre de voyageurs, le prix des billets, les mécanismes de financement et l'impact du projet sur les autres investissements de l'Office.
D'autres points seront soulevés tels que l'opportunité d'accorder la priorité au transport au lieu d'un autre secteur pour lui consacrer 100 milliards de DH à l'horizon 2035, s'interroge un parlementaire. Un autre député suggère de développer l'aérien, en subventionnant les vols. Un dernier propose d'améliorer les tronçons existants et d'en créer d'autres pour atteindre l'objectif de vitesse de 160 km/heure.
Face à cette profusion d'interrogations, Mohamed Rabie Lakhlie reste serein. Pour lui, il est «tout à fait normal que les représentants de la Nation s'intéressent à ce projet pour qu'ils puissent le porter au même titre que ses initiateurs». Est-ce l'histoire des Rafale qui a précipité les choses? Non, répond Lakhlie. En fait, le projet remonte à 2003 lorsque l'Office avait décidé de réactualiser les études pour le tronçon Marrakech-Agadir, rappelle le DG de l'Office. Celles-ci ont abouti à la conclusion suivante: pour tout développement ferroviaire, la meilleure réponse économique pour lier villes moyennes et longues distances reste la grande vitesse. D'ailleurs, pour le DG de l'Office, il n'y a pas une différence importante en termes de coût entre une ligne à grande vitesse et une ligne classique, avec une rentabilité socioéconomique beaucoup plus intéressante pour le TGV.
Rappelons que le protocole annoncé avec les Français concerne une première phase du projet: la ligne Tanger-Kénitra (construction de 200 km de lignes et acquisition de 18 trains à 320 km/heure). Les trains vont ensuite reprendre la ligne existante pour continuer leur parcours jusqu'à Casablanca.
L'investissement prévu est de 20 milliards de DH dont 10 milliards d'infrastructures. Sur ce dernier chapitre, les appels d'offres seront à l'international avec une forte présence des entreprises marocaines en génie civil comme c'est le cas notamment pour les autoroutes et l'extension en cours de voies ferrées. Pour le DG, ces montants sont à relativiser. Ils s'inscrivent dans la continuité du programme d'investissement de 17,2 milliards de DH engagés par l'ONCF pour la période 2005-2009.
Le montage financier est en cours de bouclage. Une chose est sûre, plus de 50% proviendra d'un prêt concessionnel français. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle l'Office a choisi la France pour cette première phase de 200 km. Ce pays est leader mondial dans le domaine et le Maroc cherche un transfert de savoir-faire dans ce secteur de pointe avant de passer aux autres étapes du projet, note-t-il. Il est à rappeler que le schéma directeur prévoit la construction d'un réseau de 1.500 km de lignes à grande vitesse à réaliser à l'horizon 2035. Il s'agit de la ligne atlantique Tanger-Agadir via Marrakech et une ligne maghrébine Casablanca-Oujda et qui s'étendra, à terme, vers Alger, Tunis et Tripoli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.