Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier festival de musique latine à Tanger
Publié dans L'Economiste le 02 - 10 - 2008

· Cette fête de musique et de danse est prévue du 5 au 8 novembre
· Au menu, mambo, latin jazz, cumbia, merengue, samba et salsa...
Que les amateurs de musique et de danse latines se préparent. Un festival leur est tout spécialement destiné. Il s'agit du premier «Tanja Latina», prévu du 5 au 8 novembre à Tanger. Ce festival est organisé par Philippe Lorin, fondateur et organisateur aussi du festival Tanjazz.
C'est le Palais des institutions italiennes qui abritera tous les concerts et les bals, parce que «c'est un lieu magique et merveilleux», indique l'organisateur. Près de 80 artistes d'Europe et d'Amérique viendront donner des spectacles et des concerts dans la ville du détroit.
Lors des concerts, les organisateurs prévoient peu de places assises, pour inciter les gens à danser sur les rythmes joyeux et emballants de la salsa, du tcha tcha tcha, du merengue, de la rumba, de la samba entre autres. Parmi les formations qui vont se produire en concert, citons «Conjunto Massalia», un groupe d'une douzaine de musiciens chanteurs marseillais, dont le chef, Dominique, a vécu plusieurs années à Cuba. Ils ont déjà sorti plusieurs albums et sont très sollicités partout dans le monde.
La Brésilienne Marcia Grandini et son groupe offriront aussi des spectacles énergiques et emballants. Baigné dans le swing brésilien, le groupe propose des rythmes colorés: samba, funk, salsa, reggae... La chanteuse Yolanda Duke (originaire de la République dominicaine mais ayant grandi aux Etats-Unis) viendra tout spécialement de New York avec le grand orchestre de Tito Puente, qui fusionne les sons des Caraïbes avec l'énergie new-yorkaise.
Tous les soirs de 22h à minuit, le Casino de l'hôtel Mِvenpick accueillera les festivaliers pour des dîners spectacles animés par le groupe français Havana Chic, Au programme: Perez Prado, Nat King Cole, Bessame Mucho, Quisaz...
Ensuite, de minuit à 5 h du matin, le Palais des institutions italiennes abritera des «bals de minuit». Parmi les groupes invités pour animer ces bals, citons Cumbia Chicharra, un groupe de Cumbia natif de Marseille, qui compte 10 musiciens de France, du Venezuela et du Chili. Ils chantent la Cumbia, un rythme dansé dans toute l'Amérique latine, mais peu connu en Europe. «Nous voulons vous faire taper du pied, bouger des hanches, suer, crier, profiter», promettent-ils. Au menu aussi, le groupe Peaux Rouges Bateria, un groupe français de percussions afro-brésiliennes, qui propose un répertoire musical métissé, avec danseuses et échassières. Enfin, le groupe Son Iya, issu de la scène latin jazz et cubaine de Marseille, contribuera à animer les soirées tangéroises du premier Tanja latina.
Sur le modèle initié par Tanjazz, les organisateurs ont concocté également un mix de parades de rue gratuites au son de la «batucada» brésilienne. Pour ce qui est des concerts, les tarifs sont de 150 DH les mercredi et jeudi, de 200 DH les vendredi et samedi. Le prix d'entrée aux bals est de 100 DH. Il est possible également de se procurer un passe pour tous les concerts et bals au tarif de 500 DH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.