Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Au-delà d'une LDF    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Flexibilité du dirham : Le Maroc est capable de passer à la 2è phase en cas de choc, selon Jouahri    Edito : PLF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Missing    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écorché vif
Publié dans Les ECO le 23 - 03 - 2018


Faical Ben, Cinéaste
Son court métrage «Alès» a touché et c'est tout naturellement qu'il remporte la mention spécial du jury court métrage lors du Festival national du film de Tanger. Rencontre avec Faical Ben, un cinéaste au cinéma sincère et profondément humain. Attention, cœur à vif.
Avec sa dégaine d'acteur et son âme de conteur d'histoires, Faical Ben fait partie de cette jeune génération de cinéastes marocains sur lesquels on peut compter. Avec une vision claire, il a su faire une belle proposition cinématographique. Avec ses bagages, il fait des films pour raconter une histoire, nous dire quelque chose. C'est sans doute ce qui a convaincu le jury du court métrage lors de la dernière édition du Festival national du film. Avec «Alès», pour lequel il remporte une mention spéciale, il raconte l'histoire d'Alès qui revient sur son viol, un traumatisme qu'elle porte depuis ses 5 ans. Une proposition cinématographique juste et sincère avec un univers ancré qui dénonce sans juger, qui fait passer des messages. «J'ai eu l'idée de ce film en lisant un article dans le journal qui racontait l'histoire d'un pédophile ayant violé une jeune fille avant de la tuer. Cet article m'a tellement marqué que je ne pouvais pas passer à côté de l'occasion de raconter cette histoire, qui est l'histoire de trop d'enfants au Maroc», confie le jeune cinéaste qui rappelle que 49 enfants sont victimes d'un viol tous les jours. Et les statistiques ne font qu'augmenter. Pour raconter cette histoire, le réalisateur et scénariste use d'ellipses et de métaphores en jonglant sur des beaux moments de complicité et d'innocence avant de nous secouer avec des moments violents, rageants. «Je n'aime pas tout expliquer, j'utilise beaucoup de métaphores et de signes qui parlent d'eux-mêmes comme la tortue qui signifie la lenteur de la justice ou encore la colombe, symbole de paix et d'innocence», continue celui qui s'est donné au cinéma comme on se donne à la vie. Autodidacte, il a trouvé dans le 7e art un moyen d'expression, une soupape. Après des années dans l'armée, une maladie l'empêche de continuer ses fonctions normalement et le contraint à passer du temps chez le médecin. C'est à ce moment là qu'il se réfugie dans l'écriture, l'image. «Je me suis intéressé au montage au départ, à la 3e écriture du film. Ensuite de recherches en recherches, le métier de réalisateur m'a interpellé. J'ai beaucoup étudié, me suis renseigné et j'ai appris». Résultat, il signe un premier court métrage avec Younes Bouab intitulé «Alter Ego». L'histoire d'un jeune dont la famille l'empêche de vivre sa passion. Une autre façon de se raconter pour le réalisateur, qui propose une partie de lui-même à chacun de ses films. D'ailleurs, pendant la semaine du Festival, Faical Ben ne se contentait pas de défendre son court métrage. Il faisait partie des privilégiés de Méditalents, coaché par le réalisateur de renom et primé à Cannes : Ismaël Ferroukhi pour réécrire leur projet de scénario long métrage. «C'est une chance inouïe. J'ai eu des conseils incroyables et je sens que je prends un autre virage. Travailler avec Ismaël a été une chance», confie le jeune cinéaste qui écrit un film sur les libertés individuelles. Un festival qui a donné des ailes à Faical Ben, sorti grandi humainement et artistiquement. Boulimique de travail, il vient de terminer le tournage d'un troisième court métrage avant de peaufiner son projet de long métrage. Un talent à suivre de près : «Je ne cesserai jamais ce combat, de continuer à réaliser mes ambitions et d'être ce que je rêve d'être. Ce que je fais aujourd'hui, le cinéma, c'est de l'amour. Le cinéma est une véritable histoire d'amour et elle le demeurera pour toujours».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.