HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écorché vif
Publié dans Les ECO le 23 - 03 - 2018


Faical Ben, Cinéaste
Son court métrage «Alès» a touché et c'est tout naturellement qu'il remporte la mention spécial du jury court métrage lors du Festival national du film de Tanger. Rencontre avec Faical Ben, un cinéaste au cinéma sincère et profondément humain. Attention, cœur à vif.
Avec sa dégaine d'acteur et son âme de conteur d'histoires, Faical Ben fait partie de cette jeune génération de cinéastes marocains sur lesquels on peut compter. Avec une vision claire, il a su faire une belle proposition cinématographique. Avec ses bagages, il fait des films pour raconter une histoire, nous dire quelque chose. C'est sans doute ce qui a convaincu le jury du court métrage lors de la dernière édition du Festival national du film. Avec «Alès», pour lequel il remporte une mention spéciale, il raconte l'histoire d'Alès qui revient sur son viol, un traumatisme qu'elle porte depuis ses 5 ans. Une proposition cinématographique juste et sincère avec un univers ancré qui dénonce sans juger, qui fait passer des messages. «J'ai eu l'idée de ce film en lisant un article dans le journal qui racontait l'histoire d'un pédophile ayant violé une jeune fille avant de la tuer. Cet article m'a tellement marqué que je ne pouvais pas passer à côté de l'occasion de raconter cette histoire, qui est l'histoire de trop d'enfants au Maroc», confie le jeune cinéaste qui rappelle que 49 enfants sont victimes d'un viol tous les jours. Et les statistiques ne font qu'augmenter. Pour raconter cette histoire, le réalisateur et scénariste use d'ellipses et de métaphores en jonglant sur des beaux moments de complicité et d'innocence avant de nous secouer avec des moments violents, rageants. «Je n'aime pas tout expliquer, j'utilise beaucoup de métaphores et de signes qui parlent d'eux-mêmes comme la tortue qui signifie la lenteur de la justice ou encore la colombe, symbole de paix et d'innocence», continue celui qui s'est donné au cinéma comme on se donne à la vie. Autodidacte, il a trouvé dans le 7e art un moyen d'expression, une soupape. Après des années dans l'armée, une maladie l'empêche de continuer ses fonctions normalement et le contraint à passer du temps chez le médecin. C'est à ce moment là qu'il se réfugie dans l'écriture, l'image. «Je me suis intéressé au montage au départ, à la 3e écriture du film. Ensuite de recherches en recherches, le métier de réalisateur m'a interpellé. J'ai beaucoup étudié, me suis renseigné et j'ai appris». Résultat, il signe un premier court métrage avec Younes Bouab intitulé «Alter Ego». L'histoire d'un jeune dont la famille l'empêche de vivre sa passion. Une autre façon de se raconter pour le réalisateur, qui propose une partie de lui-même à chacun de ses films. D'ailleurs, pendant la semaine du Festival, Faical Ben ne se contentait pas de défendre son court métrage. Il faisait partie des privilégiés de Méditalents, coaché par le réalisateur de renom et primé à Cannes : Ismaël Ferroukhi pour réécrire leur projet de scénario long métrage. «C'est une chance inouïe. J'ai eu des conseils incroyables et je sens que je prends un autre virage. Travailler avec Ismaël a été une chance», confie le jeune cinéaste qui écrit un film sur les libertés individuelles. Un festival qui a donné des ailes à Faical Ben, sorti grandi humainement et artistiquement. Boulimique de travail, il vient de terminer le tournage d'un troisième court métrage avant de peaufiner son projet de long métrage. Un talent à suivre de près : «Je ne cesserai jamais ce combat, de continuer à réaliser mes ambitions et d'être ce que je rêve d'être. Ce que je fais aujourd'hui, le cinéma, c'est de l'amour. Le cinéma est une véritable histoire d'amour et elle le demeurera pour toujours».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.