Règlement en espèces: Le plafonnement risque de multiplier les impayés    Le VAR à la Botola Pro    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Maroc Telecom affiche des réalisations supérieures aux objectifs annoncés    Le Conseil de la concurrence pour une refonte globale du secteur des hydrocarbures    La performance hebdomadaire de la Bourse de Casablanca dans le vert    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Après l'UE, les Etats-Unis infligent un nouveau revers au Polisario La loi budgétaire promulguée par le président Trump stipule explicitement que les fonds alloués au Maroc sont également utilisables au Sahara    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Le derby du nord débouche sur un nul    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    Le film grec "Holy Boom" remporte le Grand prix du Festival international du film de Fès    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    Signature d'une convention pour la promotion de l'emploi associatif    Chutes de neige, pluies et temps froid attendus la semaine prochaine    Benslimane: Plus de 800 bénéficiaires d'une caravane médicale multidisciplinaire    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    Bouzineb: La culture marocaine a toujours fasciné et inspiré les grands écrivains espagnols    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Un élan haussier royal!    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Lydec se rattrape au second semestre 2018    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aquaculture. De nouveaux entrants agréés
Publié dans Les ECO le 17 - 01 - 2019

Les autorisations couvrent une période de 10 ans renouvelables. Ce sont au total huit associations de pêcheurs, des SARL et des S.A qui sont concernées par les nouvelles autorisations.
Les nouvelles décisions conjointement prises par les ministères de l'Agriculture et des Finances accordent 8 autorisations pour la mise en place d'unités de production aquacole. Les décisions tracent les domaines d'activités des professionnels nouvellement agréés, qui se sont groupés soit au sein des associations de pêcheurs ou ont choisi les formes juridiques plus performantes, comme la SARL et la SA ou encore la coopérative. Les nouvelles décisions seront régies par le cahier des charges type portant sur la production biologique des produits aquatiques, approuvé durant l'année 2018. Plusieurs devoirs incombent en effet aux professionnels de la filière aquacole, de même que le contrôle sera plus tatillon sur les unités de production.
Les obligations des professionnels
Le modèle type du cahier des charges transpose les mesures prévues par la loi 39-12 relative à la production biologique de produits de la mer. La production se base sur des principes qui respectent l'environnement et assurent la protection du consommateur, de même qu'ils préservent des conditions optimales pour le cycle de vie des espèces, indique l'arrêté pris durant l'année écoulée qui instaure les modalités relatives au contrôle de la conformité ainsi qu'il impose la séparation des unités de production et la tenue des modèles de registres par catégorie de produits. La protection des espèces forme l'ossature des obligations qui incombent aux professionnels et imposent que les espèces marines soient mises dans des bassins qui leur permettent de «vivre dans de bonnes conditions, avec une qualité des eaux convenable et avec des quantités suffisantes d'oxygène ainsi que des températures et une luminosité adéquates». L'opérateur est tenu de prendre des mesures correctives en matière de respect de l'environnement «et de prendre toutes les mesures qui tempèrent l'impact négatif sur les milieux marins», selon les exigences imposées par le cahier des charges.
Pour leur part, les organismes de contrôle de certification doivent communiquer annuellement au ministère de tutelle leur programme de travail auprès des opérateurs dont les produits ont déjà bénéficié de la certification. Il est à noter que les spécifications et les qualifications exigées en matière d'obtention d'agrément et d'exercice des organismes de contrôle et de certification s'appliquent à l'ensemble des opérateurs, tout comme les conditions d'importation d'un produit biologique et les modalités de reconnaissance des équivalences. Les formes et les modalités de délivrance de l'autorisation sont quant à elles fixées par arrêté du ministre chargé de l'Agriculture après avis de la Commission nationale de la production biologique (CNPB) qui ne peut excéder 12 mois. La sanction prévue en cas de non respect des dispositions du cahier des charges est la suspension de l'agrément pour une durée de 6 mois, qui peut être retiré de manière définitive après avis de la commission nationale. Enfin, les mesures en vigueur recommandent d'utiliser les énergies renouvelables dans le cadre des activités de l'aquaculture. Plusieurs normes ont été aussi fixées pour l'alimentation des espèces, notamment ne pas dépasser le seuil de 60% de composantes végétales pour les poissons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.