R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aquaculture. De nouveaux entrants agréés
Publié dans Les ECO le 17 - 01 - 2019

Les autorisations couvrent une période de 10 ans renouvelables. Ce sont au total huit associations de pêcheurs, des SARL et des S.A qui sont concernées par les nouvelles autorisations.
Les nouvelles décisions conjointement prises par les ministères de l'Agriculture et des Finances accordent 8 autorisations pour la mise en place d'unités de production aquacole. Les décisions tracent les domaines d'activités des professionnels nouvellement agréés, qui se sont groupés soit au sein des associations de pêcheurs ou ont choisi les formes juridiques plus performantes, comme la SARL et la SA ou encore la coopérative. Les nouvelles décisions seront régies par le cahier des charges type portant sur la production biologique des produits aquatiques, approuvé durant l'année 2018. Plusieurs devoirs incombent en effet aux professionnels de la filière aquacole, de même que le contrôle sera plus tatillon sur les unités de production.
Les obligations des professionnels
Le modèle type du cahier des charges transpose les mesures prévues par la loi 39-12 relative à la production biologique de produits de la mer. La production se base sur des principes qui respectent l'environnement et assurent la protection du consommateur, de même qu'ils préservent des conditions optimales pour le cycle de vie des espèces, indique l'arrêté pris durant l'année écoulée qui instaure les modalités relatives au contrôle de la conformité ainsi qu'il impose la séparation des unités de production et la tenue des modèles de registres par catégorie de produits. La protection des espèces forme l'ossature des obligations qui incombent aux professionnels et imposent que les espèces marines soient mises dans des bassins qui leur permettent de «vivre dans de bonnes conditions, avec une qualité des eaux convenable et avec des quantités suffisantes d'oxygène ainsi que des températures et une luminosité adéquates». L'opérateur est tenu de prendre des mesures correctives en matière de respect de l'environnement «et de prendre toutes les mesures qui tempèrent l'impact négatif sur les milieux marins», selon les exigences imposées par le cahier des charges.
Pour leur part, les organismes de contrôle de certification doivent communiquer annuellement au ministère de tutelle leur programme de travail auprès des opérateurs dont les produits ont déjà bénéficié de la certification. Il est à noter que les spécifications et les qualifications exigées en matière d'obtention d'agrément et d'exercice des organismes de contrôle et de certification s'appliquent à l'ensemble des opérateurs, tout comme les conditions d'importation d'un produit biologique et les modalités de reconnaissance des équivalences. Les formes et les modalités de délivrance de l'autorisation sont quant à elles fixées par arrêté du ministre chargé de l'Agriculture après avis de la Commission nationale de la production biologique (CNPB) qui ne peut excéder 12 mois. La sanction prévue en cas de non respect des dispositions du cahier des charges est la suspension de l'agrément pour une durée de 6 mois, qui peut être retiré de manière définitive après avis de la commission nationale. Enfin, les mesures en vigueur recommandent d'utiliser les énergies renouvelables dans le cadre des activités de l'aquaculture. Plusieurs normes ont été aussi fixées pour l'alimentation des espèces, notamment ne pas dépasser le seuil de 60% de composantes végétales pour les poissons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.