Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    Benchaaboun : Contribuer à façonner l'Afrique de demain, une priorité stratégique pour le Maroc    Mauboussin Diamond, une carte pour récompenser la fidélité    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Le MASI et la décélération de la croissance    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Sothema accroit son résultat net en 2018    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Logismed : L'expérience logistique du Maroc sous les feux de la rampe    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Divers    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Conférence ministérielle africaine à Marrakech sur l'appui de l'UA au processus onusien au Sahara    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève générale !
Publié dans Les ECO le 21 - 02 - 2019


Une centrale syndicale a lancé un appel à la grève générale pour protester contre le gouvernement. Le droit de grève, constitutionnel, reste le dernier recours, mais ne se prête en aucun cas aux jeux politiques. Or, l'Organisation démocratique de travail, affiliée au PAM, a choisi cette voie qui interpelle les observateurs à plusieurs égards. Un, dans l'action purement syndicale, il n'y a point de grève générale. Celle-ci relève davantage d'une réaction politique entre majorité et opposition. Deux, ce jeu politique expose la stabilité du pays à des risques ne serait-ce que minimes. Trois, l'ensemble des syndiqués au Maroc ne dépasse pas 300.000 membres, tandis que le nombre des affiliés à l'ODT est insignifiant. Quatre, l'impact de cet appel décrété pour la journée du 20 février (!) n'était perceptible que dans les bureaux de cette même centrale. Quel enseignement peut-on donc tirer de cette situation? D'abord, cet état de fait n'enlève rien au mérite du mouvement syndical, en dépit de son effritement continu, qui reste au demeurant une composante nécessaire à la démocratie au même titre que les partis politiques, les médias et la société civile. En revanche, force est de constater que dans une course effrénée au «buzz» et tout en s'éloignant des espaces de débat pour exposer les véritables problématiques du dialogue social, ce genre d'initiatives, plus encore que ces décisions, sont unilatérales et ne font que décrédibiliser la classe syndicale. Soyons pragmatiques: les syndicats avaient revendiqué une augmentation salariale générale. Le gouvernement avait proposé et appliqué 60% du montant revendiqué. Il ne faut pas oublier qu'il faut aller chercher ces milliards de dirhams qui vont grever le Budget général. Non, le mouvement syndical n'a jamais été en déphasage avec la réalité économique du pays, même dans ses années les plus difficiles. En 1981, les syndicats revendiquaient la suppression de l'augmentation du prix du pain et non un cahier des charges «politisé » !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.