La BCIJ arrête l'un des extrémistes allié à Daesh    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise de transparence
Publié dans Les ECO le 23 - 05 - 2019

Le gouvernant ne déclare pas son patrimoine, l'entreprise triche dans son bilan, le citoyen et l'artisan cherchent à esquiver le fisc. Cela devient un sport national qui fait de nous la lanterne rouge des classements mondiaux de transparence et d'honnêteté. À quoi cela est-il dû, et quels remèdes peuvent être préconisés ? Déjà, on se demande pourquoi la déclaration du patrimoine des membres du gouvernement, élus et hauts responsables n'arrive pas à être opérée en dépit des multiples appels de certaines instances constitutionnelles, à l'instar de la Cour des comptes. Pourquoi les «moralisateurs» au sein de l'Hémicycle rechignent-ils à donner l'exemple ? On a souvent posé cette question aux concernés, sans jamais obtenir de réponse satisfaisante tant la résistance est forte, et la transparence est le cadet des soucis des responsables. Dans le monde du business, il n'y a qu'à voir le taux d'entreprises qui déclarent avoir réalisé des bénéfices pour s'apercevoir que cette tricherie tourne au ridicule.
D'après les dernières Assises de la fiscalité, la quasi-majorité des entreprises marocaines déclare des bilans déficitaires ! Pourtant, une bonne partie de ces entreprises s'en sort bien, et ne manifeste pas les prémices d'une quelconque difficulté.
Sur le plan individuel, l'opacité est légion, notamment dans les professions libérales, et s'il n'y avait pas de retenue à la source, le bilan serait critique du côté des salariés aussi. C'est donc un état d'esprit qui prévaut chez une bonne partie de personnes morales et physiques -pour ne pas généraliser. Il renvoie à une crise de transparence liée à une autre, structurelle : la crise de confiance ! Il faut donc commencer par le haut de la pyramide afin d'amorcer une bonne communication institutionnelle basée sur une sensibilisation effective qui génère des ondes positives. Le passage des hauts responsables à l'Office de déclaration du patrimoine est obligatoire. Dans l'attente des premiers «grands» noms qui se prêteront à cet exercice...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.