Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'illusion des compétences
Publié dans Les ECO le 03 - 10 - 2019

Dans cette histoire de remaniements «très» attendus, on use et abuse du mot «compétences», comme si c'était là que résidait la solution magique. Flash-back. Il y a vingt-trois ans, Hassan II décrétait ce qu'on appelait communément le gouvernement bis. Un «club» de profils bardés de diplômes, apolitiques et, disait-on, indépendants. Ils avaient pour mission d'imaginer un Maroc meilleur avec des solutions magiques et surtout réalisables à court terme. Deux ans après, le défunt roi prononçait le fameux discours où il annonçait que le Maroc était au bord de «l'arrêt cardiaque».
Près d'un quart de siècle après, on en revient à fonder un espoir sans limite sur une certaine élite de compétences à intégrer dans le système pour apporter de l'énergie à l'action, de la fraîcheur à la politique et surtout des solutions à la morosité économique. Sauf qu'il ne s'agit pas de «supermen» qui vont réaliser des miracles dans une ère où il n'y a point de miracles.
Cependant, il n'est pas dit que cette «armée» de compétences que l'on attend avec impatience n'a aucune chance de réussir. Elle peut bien s'acquitter de sa mission à condition d'assurer les prérequis et l'environnement adéquat permettant l'atteinte des objectifs escomptés. Est-ce possible ? Rien n'est moins sûr, surtout que l'on espère des résultats à court terme ! Quand je vois des politiciens évoquer 2021 voire 2022 ou 2023, j'ai envie de leur dire «Arrêtez de prendre les Marocains pour des imbéciles !». Et puis où sont ces compétences devant lesquelles on souhaite dérouler le tapis rouge ? Les partis politiques font tout pour bloquer l'adhésion de cette élite, en lui empêchant l'accès à l'ascenseur social. Ce n'est donc pas aujourd'hui qu'ils vont révolutionner leurs méthodes. Mais qu'est-ce qui a changé aussi pour espérer pousser cette élite à mouiller sa chemise pour la chose publique, dans un environnement marqué par l'opacité et le clientélisme ? Beaucoup de questions pour lesquelles chacun choisira ses «propres» réponses !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.