Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'illusion des compétences
Publié dans Les ECO le 03 - 10 - 2019

Dans cette histoire de remaniements «très» attendus, on use et abuse du mot «compétences», comme si c'était là que résidait la solution magique. Flash-back. Il y a vingt-trois ans, Hassan II décrétait ce qu'on appelait communément le gouvernement bis. Un «club» de profils bardés de diplômes, apolitiques et, disait-on, indépendants. Ils avaient pour mission d'imaginer un Maroc meilleur avec des solutions magiques et surtout réalisables à court terme. Deux ans après, le défunt roi prononçait le fameux discours où il annonçait que le Maroc était au bord de «l'arrêt cardiaque».
Près d'un quart de siècle après, on en revient à fonder un espoir sans limite sur une certaine élite de compétences à intégrer dans le système pour apporter de l'énergie à l'action, de la fraîcheur à la politique et surtout des solutions à la morosité économique. Sauf qu'il ne s'agit pas de «supermen» qui vont réaliser des miracles dans une ère où il n'y a point de miracles.
Cependant, il n'est pas dit que cette «armée» de compétences que l'on attend avec impatience n'a aucune chance de réussir. Elle peut bien s'acquitter de sa mission à condition d'assurer les prérequis et l'environnement adéquat permettant l'atteinte des objectifs escomptés. Est-ce possible ? Rien n'est moins sûr, surtout que l'on espère des résultats à court terme ! Quand je vois des politiciens évoquer 2021 voire 2022 ou 2023, j'ai envie de leur dire «Arrêtez de prendre les Marocains pour des imbéciles !». Et puis où sont ces compétences devant lesquelles on souhaite dérouler le tapis rouge ? Les partis politiques font tout pour bloquer l'adhésion de cette élite, en lui empêchant l'accès à l'ascenseur social. Ce n'est donc pas aujourd'hui qu'ils vont révolutionner leurs méthodes. Mais qu'est-ce qui a changé aussi pour espérer pousser cette élite à mouiller sa chemise pour la chose publique, dans un environnement marqué par l'opacité et le clientélisme ? Beaucoup de questions pour lesquelles chacun choisira ses «propres» réponses !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.