Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus royalistes que le Roi !
Publié dans Les ECO le 04 - 04 - 2011

C'est l'article qui soulève assez de controverses et sur lequel, bizarrement les partis politiques semblent manquer d'audace. Si dans leurs majorités, les formations politiques, les plus représentatives en tout cas, sont unanimes à proposer le maintien de la commanderie des croyants, c'est dans sa portée que subsistent des points de divergences. L'Istiqlal défend le maintien pur et simple de l'article 19, source constitutionnelle de tous les pouvoirs reconnus au souverain et dont le champ d'action est tellement vague et large que certains constitutionnalistes parlent de «Constitution dans la Constitution». Le PJD, lui, prône certes pour une monarchie parlementaire mais basée sur «la commanderie des croyants».
Pour l'USFP, la qualité d'Amir Al moumine est reconnu au titre des prérogatives royales à qui doit incomber également la gestion du champ religieux. Une position proche de celle du PPS, avec le Roi comme Chef d'Etat et Amir Al Mouminine, exerçant les pouvoirs temporel et spirituel. Si cette unanimité autour du trône se légitime par des considérations historiques et spécifiquement marocaines, elle risque d'être le point d'achoppement des propositions exprimées par des partis politiques et les revendications exprimées par les jeunes. Et c'est sur ce point qu'est attendu la commission technique de réforme constitutionnelle. En tout cas, ses membres sont appelés à faire preuve d'ingéniosité pour imaginer une architecture institutionnelle qui permettra de lever toute appréhension par rapport à ce sujet.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.