11ème Salon du cheval : Tbourida, compétitions équestres… mais pas seulement    Mission royale pour Akhannouch    Budget italien : Un accord avec Bruxelles sera « très compliqué à trouver »    Une femme arrêtée pour port public et illégal d'un uniforme de police    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Casablanca: CFC signe un protocole d'accord avec un centre financier de Shanghai    Grand stade d'Agadir : 500 stadiers bénévoles formés à la gestion des flux    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président (PJD)    Un cadavre mutilé dans la banlieue de Mohammédia identifié par la DGSN    Trésor : Un déficit budgétaire de près de 23 milliards DH en septembre    Paiement auprès des commerçants et eMarchands affiliés au CMI : 18,4 milliards DH réglés par cartes bancaires marocaines    PLF 2019. Cap sur la croissance    Météo : De la pluie pour ce début de weekend    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Ministère des MRE. Promotion de la culture amazighe    Ajdir et ses interpellations!    ONU: La Palestine présidera le «Groupe des 77 + la Chine» en 2019…    Benguérir : L'adaptation aux changements climatiques au coeur d'une conférence    Aucune hausse des tarifs de la vignette automobile dans le PLF-2019    Dons et greffes d'organes: encore des efforts…    Un Jumelage destiné au renforcement des capacités de l'administration pénitentiaire    Enseignement. La loi-cadre sous la loupe des députés    Lutte contre l'immigration illégale : Madrid plaide pour une augmentation de l'aide accordée par l'UE au Maroc    La troupe « L'instant théâtre » présente à Tunis sa pièce théâtrale « Maqamat Badi Zaman Al-Hamadani »    Exposition : La Galerie Banque Populaire met la sculpture en partage        JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Buffet irrésistible au Parlement    L'Institut français d'Oujda déménage    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    L'émissaire de l'ONU pour la Syrie annonce sa démission    News    Intensification de la coordination et de la concertation entre la Chambre des représentants et le Parlacen    Signature d'un mémorandum d'entente entre le Maroc et l'OADA    Pitoyable    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    Vers l'accélération de la transformation digitale du secteur public    Les partenariats public-privé, un outil de promotion de l'agriculture et des TIC en Afrique    Löw sauvé par "la meilleure défaite de l'année"    Aziz Karkach : Le MCO veut s'assurer très tôt le maintien chez l'élite    Participation massive attendue au 20ème semi-marathon international de Laâyoune    Vasti Jakson & Maya Kyles en résidence artistique avec des musiciens nomades de M'hamid El Ghizlane    L'œuvre poétique de Laabi, un hymne à l'être humain dans tous ses états    Azilal accueille son premier Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le lancement Inwi, comme si vous y étiez !
Publié dans Les ECO le 25 - 02 - 2010

Même si les plus rusés et les plus impatients ont acheté leurs premières cartes SIM Inwi le 22 février, ce n'est que le lendemain que le lancement de cette nouvelle offre de Wana était officiel. Un lancement marqué par une grande ruée de clients séduits par l'offre et ses 1.000 DH de communication offerts. Comme à l'accoutumée, les files d'attente étaient longues et les ruptures de formulaires régulières. Des bousculades et des accrochages d'un côté, des clients pressés ou épuisés et des vendeurs improvisés de l'autre. Des comportements typiques d'un lancement au Maroc. Aucune ville n'a échappé à la ruée de clients venus en masse pour passer à l'acte d'achat.
Quartiers chics Vs quartiers populaires
A Casablanca, l'agence située à l'angle du boulevard Hassan II et du boulevard de Paris n'a pas fait exception. En plus de la trentaine de clients déjà à l'intérieur de l'agence, la file d'attente comptait une centaine de personnes. Alors que quelques-uns se battaient de toutes leurs forces pour préserver les quelques centimètres qu'ils avaient gagnés, d'autres ont préféré s'asseoir pour reprendre leur souffle. Les trois accès de l'agence étaient bloqués de l'intérieur et l'accès était régulé par plusieurs agents de sécurité. A quelques mètres, se tenaient quelques éléments des forces de l'ordre. Leurs yeux scrutaient tous ceux qui s'approchaient de la porte principale de l'agence. L'ambiance était plus «civilisée» dans le quartier populaire de Derb Soltane. L'agence de l'avenue Mohammed VI (près de la fameuse rue de Guezzoum) a réussi à gérer le flux des visiteurs d'une manière très organisée. Même si le nombre de clients était important à l'intérieur, il n'y avait pas de file d'attente dehors. Seul hic, on pouvait voir clairement que certains clients sortaient avec plus d'une carte à la main. «C'est tout bonnement impossible», nous explique une source se disant travailler au siège de Wana et qui préfère se faire appeler Omar. Et d'ajouter «Pour chaque carte SIM, il nous faut un numéro de pièce d‘identité». Les ventes de cartes SIM Inwi ont bien démarré. Dans certaines agences, on parle d'un millier de cartes vendues jusqu'à 16 heures seulement.
Des clients perdus
Laissant apparaître un sentiment d'appartenance très développé, Omar nous décrit avec fierté l'ambiance qui règne devant une agence Wana. «Les clients ont compris l'intérêt de basculer vers cette offre», a-t-il expliqué. Mais dans les foules qui s'étaient déplacées pour l‘occasion, il n'y avait pas que des gens qui avaient tout compris. Croyant qu'elle avait affaire à un client, une femme d'une quarantaine d‘années nous a demandé si les gens s'étaient rendus en masse devant les agences Wana parce que l'opérateur avait commencé à «débloquer ses portables pour permettre à qui le veut d‘y insérer n'importe quelle carte SIM, quel que soit l'opérateur». Déçue de notre réponse, elle rebroussa chemin. Une autre dame avait même pris la peine de se frayer un chemin au milieu des foules jusqu'au conseiller de l'agence, ce qui est en soi un exploit vu son âge, juste pour savoir si cette ruée ne concernait pas des portables à bas prix.
Peut-on faire sans le marché parallèle ?
Fidèles à leurs habitudes, les Marocains trouvent toujours un moyen de transformer une file d'attente en véritable instrument pour faire du business. C'est le cas de Khalid et de son assistant, qui n'ont pas raté cette occasion pour se faire de l'argent de poche. Placés tout au plus à deux mètres de l'un des accès de l'agence boulevard de Paris, ils ont réussi en moins de 10 minutes seulement à revendre une quarantaine de cartes SIM Inwi. Avec nos deux vendeurs improvisés, aucune négociation possible. Le prix est de 40 DH l'unité, soit près de 1.600 DH en mois de 10 minutes dont 50% de bénéfices nets et non imposables s'il vous plaît ! Dès que leur stock est épuisé, Khalid reprend sa place dans la file d'attente. En quelques secondes, il arrive à se frayer un chemin à l'intérieur de l'agence sous les regards étonnés des autres. La question n'est pas vraiment de savoir comment fait ce jeune businessman pour trouver son chemin vers l'agence avant les autres, mais de savoir comment il réussit à acheter plusieurs cartes SIM d'un coup. N'est-ce pas impossible, selon les dires de notre source anonyme ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.