Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui est Mohamed Moussaoui, le Franco-Marocain qui veut réformer le Conseil Français du Culte Musulman
Publié dans Le Site Info le 19 - 01 - 2020

Il l'avait affirmé à plusieurs reprises. Sa volonté est de réformer “de l'intérieur”, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui, ce Franco-Marocain, docteur en mathématiques, nouveau président de cette instance considérée comme le principal interlocuteur des pouvoirs publics en France pour toutes les questions liées à l'islam, dispose de tous les atouts pour le faire.
Homme de conviction, de rassemblement et d'ouverture, mais aussi de terrain, Mohamed Moussaoui a été élu, dimanche après-midi par les membres du Conseil d'Administration du CFCM, réunis à la Mosquée de Paris. Il devrait occuper cette fonction pour une période de deux ans, en vertu d'un système de présidence tournante.
Ce natif de Figuig, dans l'est marocain, maître de conférences à l'université d'Avignon, est également président de l'Union des mosquées de France (UMF), créée en septembre 2013.
Mohamed Moussaoui a poursuivi ses études à Oujda. Après l'obtention de son baccalauréat en sciences mathématiques, il intègre l'université Mohammed Ier où il obtient en 1984 son diplôme des études universitaires générales en mathématiques et physiques. Il prépare ensuite une licence de mathématiques à Rabat et sort major de sa promotion en 1986.
En septembre 1986, il rejoint Montpellier en France où il obtient en 1990 son doctorat et son agrégation de mathématiques. En 1991, il rejoint l'université d'Avignon pour un poste d'attaché temporaire d'enseignement et de recherche, puis de maître de conférences en 1992. En mars 1998, il est habilité à diriger des recherches. Il est auteur de nombreux articles et notes académiques sur différents thèmes de mathématiques.
Parallèlement à son cursus universitaire, il a été formé en théologie et sciences islamiques auprès des Oulémas marocains dans l'Oriental. Cette formation lui a permis d'assurer, depuis 1988, les prêches du vendredi dans plusieurs mosquées de France.
Membre fondateur de la Conférence des responsables du culte en France (CRCF) créée en 2010 et regroupant six instances responsables de l'Islam, des églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, protestante), du judaïsme et du bouddhisme, il a participé à de nombreuses conférences nationales et internationales sur la pensée islamique et le dialogue inter-religieux.
Membre du CFCM depuis sa création, Mohamed Moussaoui a été président du CFCM de 2008 à 2013 et président d'honneur de cette même institution depuis le 30 juin 2013.
En proie ces dernières années à une crise profonde, des appels à réformer le CFCM n'ont cessé de fuser aussi bien de la part des Musulmans de France eux-mêmes que des pouvoirs publics français, dans l'actuel débat dans l'Hexagone sur la réorganisation du culte musulman.
Créé en 2003 sous l'impulsion de l'Etat français, le CFCM est son interlocuteur privilégié sur le culte musulman. Mais, cet organe est sans cesse critiqué pour son manque de représentativité et pour son système de cooptation qui permet à des fédérations de siéger au Conseil d'Administration, alors qu'elles n'ont pratiquement plus le soutien du corps électoral.
C'est partant de ce constat, que Mohamed Moussaoui, Président de l'Union des Mosquées de France (UMF), instance qui a remporté haut la main les élections régionales de novembre dernier, a décidé de se présenter pour, affirme-t-il, « réformer le CFCM de l'intérieur ». Une mission de longue haleine qu'il entend mener avec patience et minutie chères aux mathématiciens !!
Récemment, dans un entretien à la MAP, Hauman Yaakoubi, le Secrétaire général de l'UMF, avait affirmé qu'en décidant de participer aux élections du CFCM, l'enjeu pour l'UMF est de « réformer le CFCM de façon significative pour le réconcilier avec ceux qu'il est sensé représenter, pour qu'il puisse se donner les moyens humains et matériels de sortir de son immobilisme et de s'attaquer enfin aux vrais problèmes de l'islam et des musulmans en France ». « Les musulmans de France ont droit à une vraie représentativité démocratique issue des urnes et non à des cooptations et des auto-désignations », avait-il alors souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.