La CAF retire l'organisation de la CAN 2025 à la Guinée    PCR, Pass Vaccinal: L'ONDA annonce la levée des restrictions sanitaires    Drame au CHU Ibn Sina ? Ce qu'il en est vraiment    Covid-19: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    La Galerie Banque populaire met le patrimoine culturel à l'honneur    Le campus de l'Ecole 1337 à Tanger Med accueille sa première promotion d'étudiants    فيروس كورونا : تسجيل 10 إصابات جديدة في 24 ساعة الماضية    Le Crédit Agricole du Maroc reçoit le label de certification de l'IFACI    Maroc : L'effectif des personnes âgées passe à 4,5 millions en 2022    Marrakech: le Caïd de l'annexe administrative d'Azli suspendu pour corruption    Une première: de l'eau extraterrestre trouvée dans une météorite    Football : Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi international en Espagne    Juan Vivas exige le maintien du visa pour les Marocains souhaitant se rendre à Sebta    Marrakech: Abdelouafi Laftit suspend le caïd d'Azli, accusé de corruption    Prix des carburants: le gouvernement réagit aux recommandations du Conseil de la concurrence    Le CESE présente son avis sur l'aménagement durable du littoral    Lions de l'Atlas: la pilule ne passe toujours pas pour Vahid Halilhodzic    Sécurité alimentaire : La BAD approuve un prêt de plus de 2 MMDH pour le Maroc    Tanger Med : le troisième campus de l'école 1337 accueille sa première promotion    Les dirigeants de l'Union européenne «rejettent» l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes    Burkina Faso: Incertitude sur un éventuel putsch    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    La FAO et le PNUE lancent un appel pour combattre le gaspillage alimentaire    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Sabotage des gazoducs Nord Stream : Cui bono ?    Botola Pro D1 / 4ème journée : FAR-DHJ et SCCM-RCA en ouverture ce vendredi    Football pour amputés : Appel aux supporters marocains à venir encourager l'équipe nationale    Festival de Fès de la culture soufie : Une 15ème édition dédiée à Moulay Abdellah Chérif Ouazzani    Partenariat : Accord entre l'AMPCC et l'Union des villes et communes de Côte d'Ivoire    BCIJ : Interpellation à Casablanca d'un extrémiste partisan de «Daech»    Achat d'armes russes: Des membres du Congrès américain réclament des sanctions contre l'Algérie    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    4ème journée de la Botola Pro D1 inwi: Un Wydad-RSB plus tendu que jamais    Prévue le 8 octobre: La Course internationale 10 km de retour à Marrakech    Le Maroc assure à partir du 1er octobre la présidence du Conseil de paix et de sécurité de l'UA    Maroc : Le mandat des membres du Conseil national de la presse prorogé de six mois    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Clap de fin pour «Rachid Show» ? Allali brise le silence (PHOTO)    Migrations : L'Espagne souligne l'importance du ''Processus de Rabat''    Croissance économique : net ralentissement à 2% au T2-2022    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce vendredi 30 septembre    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    BAM: un nouveau cycle de resserrement monétaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Risques climatiques: la Banque mondiale soutient le Maroc
Publié dans Le Site Info le 16 - 08 - 2022

Dans l'objectif de soutenir le Maroc dans ses efforts visant à faire face aux risques climatiques, la Banque mondiale vient de lancer le programme pour la résilience et la gestion intégrée des risques de catastrophes.
Dans un communiqué, l'institution internationale basée à Washington a indiqué que ce programme, lancé en partenariat avec les ministères de l'Intérieur et de l'Economie et des finances, a contribué à renforcer la capacité du Maroc à faire face aux aléas naturels et aux changements climatiques notamment en appuyant l'élaboration d'une stratégie nationale de gestion des risques de catastrophe.
« Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) qui sont les plus exposés aux risques géologiques et climatiques », selon les estimations de la Banque mondiale, qui relève que « l'urbanisation rapide et le changement climatique risquent d'accroître la fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques ».
La contribution de la Banque mondiale aux efforts de résiliation engagé par le Royaume s'est faite aussi, selon la même source, à travers des investissements structurels dans la réduction des risques pour plus de 174 000 bénéficiaires, tout en assurant près de 9 millions de personnes contre les dommages corporels lors d'événements catastrophiques et en créant un fonds de solidarité au profit de près de 6 millions de personnes parmi les plus pauvres et les plus vulnérables du pays.
Pour faire face à l'intensification des risques d'origine climatique ou naturelle au Maroc, ce projet entend améliorer les cadres institutionnels de financement des activités de réduction des risques de catastrophe et à renforcer la résilience financière des populations ciblées face aux aléas naturels, a relevé l'institution de Bretton Woods.
Afin d'atteindre ces objectifs, la Banque mondiale a compté à la fois sur des financements et sur une assistance technique, a noté le communiqué, précisant que deux prêts de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) ont été alloués au titre d'un programme axé sur les résultats (PforR). C'est la première fois que la Banque mondiale utilise cet instrument de financement pour des opérations de gestion des risques de catastrophe, a ajouté le document.
L'institution internationale a, en outre, fait savoir que ce programme, conçu pour fournir un appui global et complet, soutient les réformes institutionnelles et le renforcement des capacités, accroît les investissements dans la réduction des risques de catastrophe et appuie un régime d'assurance novateur associant les secteurs public et privé, ajoutant que tous ces axes de travail bénéficient de l'assistance technique et de l'appui au renforcement des capacités fournis par la Banque mondiale.
« Le projet Vigirisque Inondation, piloté par la Direction de la gestion des risques naturels, a bénéficié d'un financement du Fonds de Lutte contre les effets des catastrophes naturelles (FLCN) qui est appuyé par la Banque mondiale », a relevé Achraf Hadine, Chef du Centre national de prévision des risques, relevant de la Direction de la gestion des risques naturels, cité dans le communiqué.
Ce projet, réalisé en étroite collaboration avec la Direction générale de la météorologie (DGM), la Direction de la recherche et de la planification de l'Eau (DRPE), ainsi que les quatre agences de Bassin hydraulique et provinces pilotes, est mis en œuvre sur quatre zones pilotes et a pour objectif l'amélioration de la gestion du risque d'inondation au Maroc, a-t-il fait observer, notant que le projet vise essentiellement la mise en place d'un système intégré d'aide à la gestion du risque articulé autour d'un centre national et de centres provinciaux opérationnels qui assureront une veille du risque d'inondation, et appuieront les autorités chargées de la réponse d'urgence dans la mise en œuvre d'actions préventives.
La Banque mondiale a indiqué également qu'en mettant l'accent sur le renforcement de la gestion et du financement des risques de catastrophes, le programme contribue directement à l'objectif 10 du cadre de partenariat-pays établi avec le Maroc, qui vise à « améliorer l'adaptation au changement climatique et la résilience aux catastrophes naturelles ».
Le programme a permis au Maroc de mieux s'adapter au changement climatique et d'améliorer sa résilience aux catastrophes naturelles, a-t-elle relevé, précisant que le FLCN a fait l'objet d'une refonte, pour passer d'un mécanisme d'intervention d'urgence à un fonds national de résilience. En mars 2022, le fonds avait soutenu 180 projets de réduction des risques de catastrophes, pour un volume d'investissement total de 304 millions de dollars, dont 111 millions cofinancés par le FLCN, selon la même source.
En février 2021, la première stratégie nationale de gestion des risques de catastrophes du Maroc (2021-2031) a été élaborée sous la houlette de la Direction de la gestion des risques naturels nouvellement créée au sein du ministère de l'Intérieur, a signalé l'institution de Bretton Woods, précisant que cette stratégie a donné lieu à un plan d'action prioritaire (2021-2023) et à un plan d'action opérationnel (2021-2026) qui englobe 18 programmes et 57 projets.
Grâce à ce programme, un régime d'assurance innovant de couverture des conséquences d'événements catastrophiques a été adopté en 2018 et est entré en vigueur en janvier 2020.
Jusqu'à sa clôture prévue le 31 décembre 2023, le programme continuera d'œuvrer pour l'amélioration de l'impact des projets de réduction des risques de catastrophes financés par le FLCN et de soutenir l'opérationnalisation de la nouvelle Direction de la Gestion des risques naturels, a encore indiqué l'institution, ajoutant que cette dernière veillera à la pérennité des progrès réalisés par le programme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.