PJD: El Othmani contre El Azami    Le RNI en marche pour les prochaines législatives    Al Qods: Les premiers effets de la géopolitique du chaos    Le bilan 2017 de la chasse au terrorisme    Le 6 eme but de Rachid Alioui en Ligue 2 pour Nîmes contre Clermont    Le tiers des élèves va à l'école le ventre vide    Rapport d'évaluation du programme d'appui de l'UE à la 2ème phase de l'INDH    Températures min et max prévues - Lundi 11 Décembre 2017    Driss et Mehdi font leur «marocologie»    Lydec se mobilise face aux intempéries    Sanctions à l'encontre d'un Wali et six gouverneurs    Les juridictions commerciales améliorent leur quota    Jamal Eddine Naji élu président du Réseau Orbicom    Poutine en Egypte : Contrat nucléaire, discussions sur Jérusalem    Le Portugal se préparera en jouant contre la Tunisie et l'Algérie    Climat : Le Roi Mohammed VI à Paris pour le « One Planet Summit »    Explosion de Manhattan: quatre blessés, dont un suspect    26 gros contrats pour l'automobile scellés devant le souverain    Orange Maroc fête son premier anniversaire    Achraf Hakimi, premier joueur marocain à marquer un but dans l'histoire du Real    Arrestation d'un ferrailleur et cleptomane qui cible les chauffeurs de taxis    Coupe du monde des clubs : Le Wydad sort par la petite porte    Lutte contre la désertification et gestion durable des terres : Rabat accueille le nouveau siège de l'UCR-Afrique    MAZAD & ART : Quand l'exclusivité accompagne le génie !    De gros chocs en huitième de CL    Addoha : Une collecte de 26,3 milliards DH et un endettement net réduit de 31,5%    Vidéo : Le boulevard Al Qods inondé à Casablanca    L'action de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains prend de la vitesse    Elections partielles à Inzegane : Le PJD remporte le siège en jeu    AU MOMENT OU ON PREPARE LE CHAN ET CANDIDAT A 2026,LE RAJA EST DANS L'IMPASSE ENTRE RABAT ET EL JADIDA    SM le Roi reçoit à Casablanca le président du groupe chinois « BYD Auto Industry »    EPOUSTOUFLANT DERBY LONDONIEN OU GUARDIOLA AVAIT RAISON DE MAURINHO    Une première édition réussie !    POUR SA MEMOIRE:UNE OEUVRE DE FEU JILALI GHARBAOUI AVAIT ETE VENDUE A: 7OO 000 EUROS!    Le bel hommage à Hallyday!    «Les archives musicales sont rares à l'heure actuelle»    Samedi, la France unie a rendu un vibrant hommage à Johnny...    Brexit : Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    BMCE Bank of Africa, AFD et BEI s'associent    L'ECOLE ET « ACHAGHAB » LE REVERS DE LA MEDAILLE    LES MAROCAINS DE LIBYE SOUS LA LOUPE DU BCIJ    AL QODS: SOMMETS, PAROLES ET PAROLES ET ENCORE DES PAROLES    L'Arabie saoudite met fin à l'interdiction des cinémas    1 milliard $ investis par Attijariwafa Bank en Afrique    Sommet de Paris sur le Climat : Une taxe sur les transactions financières envisagée    PJD, El Othmani, le « réformateur »    La météo nous promet pluie, neige et froid…    HUSA contre FUS tous les buts de la rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.