Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Comité des 24 des Nations unies    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Mohammedia : Elle invente son kidnapping pour passer la nuit avec son ex-fiancé    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    Un deuxième centre pour Intelcia au Sénégal    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





May ne veut faire aucun compromis sur le Brexit
Publié dans Libération le 03 - 09 - 2018

La Première ministre britannique Theresa May a promis dimanche de maintenir son projet de relation commerciale étroite entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit en dépit d'une farouche opposition des pro-Brexit.
En juillet, Mme May a présenté un "Livre blanc" dans lequel elle propose notamment la création d'une nouvelle "zone de libre-échange" avec l'UE, reposant sur un ensemble de règles communes concernant les biens et le secteur agroalimentaire.
Ce "plan de Chequers" a immédiatement suscité l'opposition des tenants d'un Brexit dur car ils le considèrent comme un dévoiement du référendum ayant décidé la sortie de l'UE en juin 2016. Il a d'ailleurs provoqué les démissions fracassantes des ministres des Affaires étrangères, Boris Johnson, et du Brexit, David Davis. De leur côté, les dirigeants de l'UE ont mis en doute sa viabilité.
"Je ne serai pas contrainte d'accepter des compromis concernant les propositions du +plan de Chequers+ qui ne sont pas dans notre intérêt national", écrit la Première ministre dans le journal The Daily Telegraph.Le départ de la Grande-Bretagne de l'UE est programmé pour le 30 mars 2019. Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici octobre pour organiser leur divorce et jeter les bases de leur relation future.
Confrontée à une forte opposition contre son plan de la part des pro-Brexit, Mme May a réitéré qu'elle préfère l'absence d'un accord plutôt que de faire des concessions à Bruxelles.
"Nous serons prêts pour un +no deal+ (aucun accord) s'il le faut", a écrit Mme May qui, une fois encore, a exclu la tenue d'un second référendum sur l'adhésion à l'UE.
"Poser la question une fois de plus serait une grave trahison de notre démocratie - et une trahison de cette confiance", a-t-elle affirmé.
Par ailleurs, le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a ouvert la porte à une brève prolongation des négociations sur le Brexit avec Londres, actuellement dans l'impasse, en indiquant qu'elles devraient être bouclées "d'ici mi-novembre".
Jusqu'ici, il est officiellement prévu que les négociations entre Londres et Bruxelles doivent aboutir d'ici à un sommet des dirigeants des pays de l'Union européenne le 18 octobre.
"En prenant en compte le temps nécessaire de la ratification de l'accord de sortie" du Royaume-Uni de l'UE "par les parlements britannique et européen, il nous faut boucler les négociations d'ici à mi-novembre", a déclaré Michel Barnier dans une interview publiée dimanche par le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.
"C'est possible. Ce dont nous avons besoin ce n'est pas de temps mais de décisions politiques", a-t-il ajouté à l'adresse du gouvernement britannique.
Les négociations entre Londres et l'exécutif européen n'avancent guère actuellement, et le risque d'un Brexit dur sans accord se profile, en raison de divergences portant notamment sur les futures relations commerciales des deux blocs, mais aussi sur la question de la frontière irlandaise.
Face au blocage, les deux parties commencent à envisager une prolongation des discussions.
Le ministre britannique en charge du Brexit, Dominic Raab, a évoqué lui aussi mercredi "une marge de manoeuvre" sur le calendrier.
M. Barnier a réitéré que l'Union européenne était prête, en cas d'accord signé, à continuer jusqu'à fin 2020 à traiter la Grande-Bretagne comme pays membre afin d'aider à la transition, toutefois "sans droit de vote" de Londres lors des décisions européennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.