Rabat et Paris appellent à une approche globale pour relever les défis de la sécurité et du développement en Afrique    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    Ouverture du 1er Salon de l'industrie de transformation d'olives à Taourirt    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Le choc RSB-DHJ accouche d'un nul    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    La COP25 se clôture avec 42 heures de retard et un sentiment d'échec    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Enseigner autrement!    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Communiqué du Cabinet Royal    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    DGI: Nouvelle fonctionnalité pour l'application mobile « Daribati »    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Un site structurant à dimension internationale    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Maroc : Chutes de neige et rafales de vent lundi et mardi    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





May ne veut faire aucun compromis sur le Brexit
Publié dans Libération le 03 - 09 - 2018

La Première ministre britannique Theresa May a promis dimanche de maintenir son projet de relation commerciale étroite entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit en dépit d'une farouche opposition des pro-Brexit.
En juillet, Mme May a présenté un "Livre blanc" dans lequel elle propose notamment la création d'une nouvelle "zone de libre-échange" avec l'UE, reposant sur un ensemble de règles communes concernant les biens et le secteur agroalimentaire.
Ce "plan de Chequers" a immédiatement suscité l'opposition des tenants d'un Brexit dur car ils le considèrent comme un dévoiement du référendum ayant décidé la sortie de l'UE en juin 2016. Il a d'ailleurs provoqué les démissions fracassantes des ministres des Affaires étrangères, Boris Johnson, et du Brexit, David Davis. De leur côté, les dirigeants de l'UE ont mis en doute sa viabilité.
"Je ne serai pas contrainte d'accepter des compromis concernant les propositions du +plan de Chequers+ qui ne sont pas dans notre intérêt national", écrit la Première ministre dans le journal The Daily Telegraph.Le départ de la Grande-Bretagne de l'UE est programmé pour le 30 mars 2019. Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici octobre pour organiser leur divorce et jeter les bases de leur relation future.
Confrontée à une forte opposition contre son plan de la part des pro-Brexit, Mme May a réitéré qu'elle préfère l'absence d'un accord plutôt que de faire des concessions à Bruxelles.
"Nous serons prêts pour un +no deal+ (aucun accord) s'il le faut", a écrit Mme May qui, une fois encore, a exclu la tenue d'un second référendum sur l'adhésion à l'UE.
"Poser la question une fois de plus serait une grave trahison de notre démocratie - et une trahison de cette confiance", a-t-elle affirmé.
Par ailleurs, le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a ouvert la porte à une brève prolongation des négociations sur le Brexit avec Londres, actuellement dans l'impasse, en indiquant qu'elles devraient être bouclées "d'ici mi-novembre".
Jusqu'ici, il est officiellement prévu que les négociations entre Londres et Bruxelles doivent aboutir d'ici à un sommet des dirigeants des pays de l'Union européenne le 18 octobre.
"En prenant en compte le temps nécessaire de la ratification de l'accord de sortie" du Royaume-Uni de l'UE "par les parlements britannique et européen, il nous faut boucler les négociations d'ici à mi-novembre", a déclaré Michel Barnier dans une interview publiée dimanche par le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.
"C'est possible. Ce dont nous avons besoin ce n'est pas de temps mais de décisions politiques", a-t-il ajouté à l'adresse du gouvernement britannique.
Les négociations entre Londres et l'exécutif européen n'avancent guère actuellement, et le risque d'un Brexit dur sans accord se profile, en raison de divergences portant notamment sur les futures relations commerciales des deux blocs, mais aussi sur la question de la frontière irlandaise.
Face au blocage, les deux parties commencent à envisager une prolongation des discussions.
Le ministre britannique en charge du Brexit, Dominic Raab, a évoqué lui aussi mercredi "une marge de manoeuvre" sur le calendrier.
M. Barnier a réitéré que l'Union européenne était prête, en cas d'accord signé, à continuer jusqu'à fin 2020 à traiter la Grande-Bretagne comme pays membre afin d'aider à la transition, toutefois "sans droit de vote" de Londres lors des décisions européennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.