Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine et Erdogan évitent un assaut sur Idleb avec une zone démilitarisée
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont surmonté lundi leurs divisions et se sont mis d'accord pour éviter l'assaut voulu par le régime syrien sur Idleb, en créant une "zone démilitarisée" sous contrôle russo-turc dans le dernier bastion rebelle de Syrie.
Depuis que le gouvernement syrien, soutenu par l'armée russe, a annoncé son intention de reprendre cette zone située dans le nord-ouest de la Syrie, la Turquie, soutien des rebelles, ne cesse de mettre en garde contre une possible catastrophe humanitaire en cas d'assaut d'ampleur similaire à ce qui s'est passé dans les autres régions du pays.
Dix jours après l'échec du sommet de Téhéran avec le président iranien Hassan Rohani, où leurs divergences étaient apparues au grand jour, les deux chefs d'Etat, dont les pays sont des acteurs-clefs du conflit syrien, se sont entretenus pendant plus de quatre heures à huis clos dans la station balnéaire de Sotchi, sur la mer Noire.
"Nous avons décidé de créer le long de la ligne de contact à partir du 15 octobre de cette année une zone démilitarisée de 15-20 kilomètres de large", a déclaré le président russe après cette rencontre.
Cette zone sera contrôlée par les forces turques ainsi que par la police militaire russe, a-t-il précisé.
L'accord prévoit "le retrait de tous les combattants radicaux" dont la présence est dénoncée par Moscou comme justifiant un assaut, a-t-il souligné, tandis que toutes les armes lourdes devront en avoir été retirées d'ici au 10 octobre.
"Je suis convaincu qu'avec cet accord, nous avons évité qu'une grande crise humanitaire ne se produise à Idleb", a pour sa part déclaré M. Erdogan lors de la conférence de presse ayant suivi la rencontre entre les deux chefs d'Etat.
"La Russie va prendre les mesures nécessaires pour s'assurer qu'aucune attaque contre la zone de désescalade d'Idleb ne se produise", a-t-il encore déclaré.
Appelé à clarifier cet accord, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, à qui les agences russes demandaient s'il signifiait qu'il n'y aurait pas d'offensive, a simplement répondu "oui".
Il a précisé que les détails de l'accord seraient discutés avec Damas "dans les prochaines heures".
Plus fidèle allié de Bachar al-Assad, la Russie semble pressée d'en finir avec la rébellion syrienne et était le plus fervent avocat d'un assaut d'ampleur sur Idleb lors du sommet de Téhéran.
Si la Turquie soutient pour sa part les rebelles syriens, la province d'Idleb est contrôlée à 60% par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), composé notamment de l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie et considéré comme un groupe "terroriste" par Ankara.
Depuis le sommet de Téhéran, d'intenses tractations ont donc eu lieu entre Turcs et Russes pour tenter de parvenir à un compromis, l'objectif principal pour Ankara étant de parvenir à neutraliser le HTS tout en évitant le lancement d'une vaste offensive.
L'enjeu est double pour la Turquie: Ankara veut d'une part éviter un nouvel afflux de réfugiés syriens provoqué par une offensive d'envergure, alors que le pays a déjà accueilli plus de trois millions de Syriens depuis le début du conflit.
D'autre part, la Turquie s'inquiète du sort de centaines de soldats turcs déployés dans douze postes d'observation établis à Idleb pour veiller au respect de la "désescalade" mise en place par le processus d'Astana, entamé en janvier 2017, ainsi que des groupes de rebelles syriens "modérés" qu'elle soutient.
Dimanche, la Turquie a envoyé des renforts militaires, composés essentiellement de chars et d'autres équipements militaires, vers l'un de ses postes d'observation dans la province d'Idleb, selon le quotidien Hürriyet.
Début septembre, le régime de Damas et l'aviation russe avaient multiplié les bombardements sur Idleb pendant plusieurs jours, mais les frappes ont diminué d'intensité la semaine dernière.
A Téhéran, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a assuré que l'Iran était "déterminés à résoudre la question d'Idleb de façon à ce que la population ne souffre pas et qu'il n'y ait pas de victimes".
L'accord conclu lundi soir entre Moscou et Ankara pour éviter un assaut des troupes de Damas contre la province rebelle syrienne d'Idleb est un exemple de "diplomatie responsable", a estimé mardi le ministre des Affaires étrangères iranien.
"Quelques semaines d'efforts intensifs d'une diplomatie responsable (...) permettent d'éviter la guerre à Idleb et d'obtenir un engagement ferme à combattre le terrorisme extrémiste", a écrit Mohammad Javad Zarif sur son compte Twitter.
"La diplomatie, ça marche", a-t-il ajouté, en mettant en avant ses propres "visites à Damas et Ankara" et le sommet entre les présidents turc, russe et iranien du 7 septembre à Téhéran pour dire que l'Iran n'était pas pour rien dans le résultat de la rencontre de lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.