L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Maroc-Sénégal. La régulation de l'audiovisuel à l'ordre du jour    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    10 ans de prison pour les vendeurs de la viande de chiens    Edito : Défenseur de migrants    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Hamieddine rattrapé par son passé, le PJD en situation difficile    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Le secteur financier africain doit aller vers plus de convergence    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine et Erdogan évitent un assaut sur Idleb avec une zone démilitarisée
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont surmonté lundi leurs divisions et se sont mis d'accord pour éviter l'assaut voulu par le régime syrien sur Idleb, en créant une "zone démilitarisée" sous contrôle russo-turc dans le dernier bastion rebelle de Syrie.
Depuis que le gouvernement syrien, soutenu par l'armée russe, a annoncé son intention de reprendre cette zone située dans le nord-ouest de la Syrie, la Turquie, soutien des rebelles, ne cesse de mettre en garde contre une possible catastrophe humanitaire en cas d'assaut d'ampleur similaire à ce qui s'est passé dans les autres régions du pays.
Dix jours après l'échec du sommet de Téhéran avec le président iranien Hassan Rohani, où leurs divergences étaient apparues au grand jour, les deux chefs d'Etat, dont les pays sont des acteurs-clefs du conflit syrien, se sont entretenus pendant plus de quatre heures à huis clos dans la station balnéaire de Sotchi, sur la mer Noire.
"Nous avons décidé de créer le long de la ligne de contact à partir du 15 octobre de cette année une zone démilitarisée de 15-20 kilomètres de large", a déclaré le président russe après cette rencontre.
Cette zone sera contrôlée par les forces turques ainsi que par la police militaire russe, a-t-il précisé.
L'accord prévoit "le retrait de tous les combattants radicaux" dont la présence est dénoncée par Moscou comme justifiant un assaut, a-t-il souligné, tandis que toutes les armes lourdes devront en avoir été retirées d'ici au 10 octobre.
"Je suis convaincu qu'avec cet accord, nous avons évité qu'une grande crise humanitaire ne se produise à Idleb", a pour sa part déclaré M. Erdogan lors de la conférence de presse ayant suivi la rencontre entre les deux chefs d'Etat.
"La Russie va prendre les mesures nécessaires pour s'assurer qu'aucune attaque contre la zone de désescalade d'Idleb ne se produise", a-t-il encore déclaré.
Appelé à clarifier cet accord, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, à qui les agences russes demandaient s'il signifiait qu'il n'y aurait pas d'offensive, a simplement répondu "oui".
Il a précisé que les détails de l'accord seraient discutés avec Damas "dans les prochaines heures".
Plus fidèle allié de Bachar al-Assad, la Russie semble pressée d'en finir avec la rébellion syrienne et était le plus fervent avocat d'un assaut d'ampleur sur Idleb lors du sommet de Téhéran.
Si la Turquie soutient pour sa part les rebelles syriens, la province d'Idleb est contrôlée à 60% par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), composé notamment de l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie et considéré comme un groupe "terroriste" par Ankara.
Depuis le sommet de Téhéran, d'intenses tractations ont donc eu lieu entre Turcs et Russes pour tenter de parvenir à un compromis, l'objectif principal pour Ankara étant de parvenir à neutraliser le HTS tout en évitant le lancement d'une vaste offensive.
L'enjeu est double pour la Turquie: Ankara veut d'une part éviter un nouvel afflux de réfugiés syriens provoqué par une offensive d'envergure, alors que le pays a déjà accueilli plus de trois millions de Syriens depuis le début du conflit.
D'autre part, la Turquie s'inquiète du sort de centaines de soldats turcs déployés dans douze postes d'observation établis à Idleb pour veiller au respect de la "désescalade" mise en place par le processus d'Astana, entamé en janvier 2017, ainsi que des groupes de rebelles syriens "modérés" qu'elle soutient.
Dimanche, la Turquie a envoyé des renforts militaires, composés essentiellement de chars et d'autres équipements militaires, vers l'un de ses postes d'observation dans la province d'Idleb, selon le quotidien Hürriyet.
Début septembre, le régime de Damas et l'aviation russe avaient multiplié les bombardements sur Idleb pendant plusieurs jours, mais les frappes ont diminué d'intensité la semaine dernière.
A Téhéran, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a assuré que l'Iran était "déterminés à résoudre la question d'Idleb de façon à ce que la population ne souffre pas et qu'il n'y ait pas de victimes".
L'accord conclu lundi soir entre Moscou et Ankara pour éviter un assaut des troupes de Damas contre la province rebelle syrienne d'Idleb est un exemple de "diplomatie responsable", a estimé mardi le ministre des Affaires étrangères iranien.
"Quelques semaines d'efforts intensifs d'une diplomatie responsable (...) permettent d'éviter la guerre à Idleb et d'obtenir un engagement ferme à combattre le terrorisme extrémiste", a écrit Mohammad Javad Zarif sur son compte Twitter.
"La diplomatie, ça marche", a-t-il ajouté, en mettant en avant ses propres "visites à Damas et Ankara" et le sommet entre les présidents turc, russe et iranien du 7 septembre à Téhéran pour dire que l'Iran n'était pas pour rien dans le résultat de la rencontre de lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.