L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Maroc-Sénégal. La régulation de l'audiovisuel à l'ordre du jour    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    10 ans de prison pour les vendeurs de la viande de chiens    Edito : Défenseur de migrants    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Hamieddine rattrapé par son passé, le PJD en situation difficile    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Le secteur financier africain doit aller vers plus de convergence    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois réalisateurs marocains retirent leurs films du Festival de Haïfa
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Les réalisateurs marocains n'ont pas envie de projeter leurs pellicules au Festival de Haïfa, en Israël. Un signe de solidarité manifeste avec le peuple palestinien et une forte dénonciation de l'oppression systématique pour anéantir un peuple et une culture.
Si la programmation du Festival du cinéma de Haïfa a annoncé la projection du film marocain « Razzia », son réalisateur Nabil Ayouch vient de confirmer le retrait de ce long-métrage, en raison de la politique répressive suivie par Israël contre le peuple palestinien.
Nabil Ayouch explique, dans ce contexte, que « depuis quelques années, la politique inhumaine vis-à-vis des Palestiniens que mène le gouvernement israélien, ainsi que ses alliances avec l'administration Trump et l'extrême droite européenne, condamne toute possibilité d'échanges, y compris culturels. »
Et de renchérir qu'il n'a à aucun moment été informé que « Razzia » avait été programmé audit festival, et que la programmation du film est due à un concessionnaire, qui avait eu les droits de « Razzia » à l'international, après les avoir achetés auprès du producteur.
« Je ne possède pas les droits de « Razzia» à l'international. Ils ont été cédés par le producteur, avant le tournage du film, à un vendeur international… et celui-ci est le seul habilité à vendre le film, le distribuer à l'international et dans les festivals, sans avoir à obtenir l'accord préalable du réalisateur », écrit Nabil Ayouch.
En revanche, dans le cas présent, Nabil Ayouch estime qu'il aurait dû être informé et en a fait part immédiatement au vendeur international qui a accepté de retirer le film du Festival de Haïfa.
Estimant qu'il n'est aucunement dans le besoin de justifier sa position, Nabil Ayouch dit avoir été toujours très clair dans ses engagements sur la question palestinienne depuis de nombreuses années. « Je n'ai nul besoin de me justifier sur ce point, mes prises de positions multiples, mes écrits, mon film « My Land … sont là pour en témoigner », précise-t-il dans un communiqué envoyé à la presse.
Ceci dit, ce retrait ne veut pas automatiquement dire que Nabil Ayouch est pour le boycott culturel d'Israël, expliquant dans ce cadre que la culture pourrait constituer une passerelle vers l'entente et la paix. « Par ailleurs, j'ai toujours été contre toute forme de boycott culturel car je suis convaincu que les arts et la culture sont des armes puissantes pouvant apporter de véritables changements dans les consciences », écrit-il dans la même source.
Nabil Ayouch n'est pas le seul réalisateur à avoir retiré son film après sa sélection. Meryem Ben'mbarek, réalisatrice du film "Sofia", sélectionné également au Festival de Haïfa, a demandé le retrait de son film, aussitôt ayant été informée de cette sélection. "J'ai appris la sélection de mon film Sofia au Festival de Haïfa. J'en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l'envoi des films en festivals, sans que le réalisateur soit impliqué dans ce choix ».
Pour ce qui est du film, la réalisatrice indique que « Sofia » est la voix de ceux qui n'ont plus de voix. Elle dénonce l'oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu'au sein d'une même famille ».
Concernant le troisième film, "Apatride" de la scénariste marocaine Narjiss Nejjar, la productrice Mounia Chraibi a, elle aussi, confirmé avoir demandé le retrait du film et l'annulation de sa projection dans le cadre de la compétition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.