Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois réalisateurs marocains retirent leurs films du Festival de Haïfa
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Les réalisateurs marocains n'ont pas envie de projeter leurs pellicules au Festival de Haïfa, en Israël. Un signe de solidarité manifeste avec le peuple palestinien et une forte dénonciation de l'oppression systématique pour anéantir un peuple et une culture.
Si la programmation du Festival du cinéma de Haïfa a annoncé la projection du film marocain « Razzia », son réalisateur Nabil Ayouch vient de confirmer le retrait de ce long-métrage, en raison de la politique répressive suivie par Israël contre le peuple palestinien.
Nabil Ayouch explique, dans ce contexte, que « depuis quelques années, la politique inhumaine vis-à-vis des Palestiniens que mène le gouvernement israélien, ainsi que ses alliances avec l'administration Trump et l'extrême droite européenne, condamne toute possibilité d'échanges, y compris culturels. »
Et de renchérir qu'il n'a à aucun moment été informé que « Razzia » avait été programmé audit festival, et que la programmation du film est due à un concessionnaire, qui avait eu les droits de « Razzia » à l'international, après les avoir achetés auprès du producteur.
« Je ne possède pas les droits de « Razzia» à l'international. Ils ont été cédés par le producteur, avant le tournage du film, à un vendeur international… et celui-ci est le seul habilité à vendre le film, le distribuer à l'international et dans les festivals, sans avoir à obtenir l'accord préalable du réalisateur », écrit Nabil Ayouch.
En revanche, dans le cas présent, Nabil Ayouch estime qu'il aurait dû être informé et en a fait part immédiatement au vendeur international qui a accepté de retirer le film du Festival de Haïfa.
Estimant qu'il n'est aucunement dans le besoin de justifier sa position, Nabil Ayouch dit avoir été toujours très clair dans ses engagements sur la question palestinienne depuis de nombreuses années. « Je n'ai nul besoin de me justifier sur ce point, mes prises de positions multiples, mes écrits, mon film « My Land … sont là pour en témoigner », précise-t-il dans un communiqué envoyé à la presse.
Ceci dit, ce retrait ne veut pas automatiquement dire que Nabil Ayouch est pour le boycott culturel d'Israël, expliquant dans ce cadre que la culture pourrait constituer une passerelle vers l'entente et la paix. « Par ailleurs, j'ai toujours été contre toute forme de boycott culturel car je suis convaincu que les arts et la culture sont des armes puissantes pouvant apporter de véritables changements dans les consciences », écrit-il dans la même source.
Nabil Ayouch n'est pas le seul réalisateur à avoir retiré son film après sa sélection. Meryem Ben'mbarek, réalisatrice du film "Sofia", sélectionné également au Festival de Haïfa, a demandé le retrait de son film, aussitôt ayant été informée de cette sélection. "J'ai appris la sélection de mon film Sofia au Festival de Haïfa. J'en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l'envoi des films en festivals, sans que le réalisateur soit impliqué dans ce choix ».
Pour ce qui est du film, la réalisatrice indique que « Sofia » est la voix de ceux qui n'ont plus de voix. Elle dénonce l'oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu'au sein d'une même famille ».
Concernant le troisième film, "Apatride" de la scénariste marocaine Narjiss Nejjar, la productrice Mounia Chraibi a, elle aussi, confirmé avoir demandé le retrait du film et l'annulation de sa projection dans le cadre de la compétition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.