Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois réalisateurs marocains retirent leurs films du Festival de Haïfa
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Les réalisateurs marocains n'ont pas envie de projeter leurs pellicules au Festival de Haïfa, en Israël. Un signe de solidarité manifeste avec le peuple palestinien et une forte dénonciation de l'oppression systématique pour anéantir un peuple et une culture.
Si la programmation du Festival du cinéma de Haïfa a annoncé la projection du film marocain « Razzia », son réalisateur Nabil Ayouch vient de confirmer le retrait de ce long-métrage, en raison de la politique répressive suivie par Israël contre le peuple palestinien.
Nabil Ayouch explique, dans ce contexte, que « depuis quelques années, la politique inhumaine vis-à-vis des Palestiniens que mène le gouvernement israélien, ainsi que ses alliances avec l'administration Trump et l'extrême droite européenne, condamne toute possibilité d'échanges, y compris culturels. »
Et de renchérir qu'il n'a à aucun moment été informé que « Razzia » avait été programmé audit festival, et que la programmation du film est due à un concessionnaire, qui avait eu les droits de « Razzia » à l'international, après les avoir achetés auprès du producteur.
« Je ne possède pas les droits de « Razzia» à l'international. Ils ont été cédés par le producteur, avant le tournage du film, à un vendeur international… et celui-ci est le seul habilité à vendre le film, le distribuer à l'international et dans les festivals, sans avoir à obtenir l'accord préalable du réalisateur », écrit Nabil Ayouch.
En revanche, dans le cas présent, Nabil Ayouch estime qu'il aurait dû être informé et en a fait part immédiatement au vendeur international qui a accepté de retirer le film du Festival de Haïfa.
Estimant qu'il n'est aucunement dans le besoin de justifier sa position, Nabil Ayouch dit avoir été toujours très clair dans ses engagements sur la question palestinienne depuis de nombreuses années. « Je n'ai nul besoin de me justifier sur ce point, mes prises de positions multiples, mes écrits, mon film « My Land … sont là pour en témoigner », précise-t-il dans un communiqué envoyé à la presse.
Ceci dit, ce retrait ne veut pas automatiquement dire que Nabil Ayouch est pour le boycott culturel d'Israël, expliquant dans ce cadre que la culture pourrait constituer une passerelle vers l'entente et la paix. « Par ailleurs, j'ai toujours été contre toute forme de boycott culturel car je suis convaincu que les arts et la culture sont des armes puissantes pouvant apporter de véritables changements dans les consciences », écrit-il dans la même source.
Nabil Ayouch n'est pas le seul réalisateur à avoir retiré son film après sa sélection. Meryem Ben'mbarek, réalisatrice du film "Sofia", sélectionné également au Festival de Haïfa, a demandé le retrait de son film, aussitôt ayant été informée de cette sélection. "J'ai appris la sélection de mon film Sofia au Festival de Haïfa. J'en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l'envoi des films en festivals, sans que le réalisateur soit impliqué dans ce choix ».
Pour ce qui est du film, la réalisatrice indique que « Sofia » est la voix de ceux qui n'ont plus de voix. Elle dénonce l'oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu'au sein d'une même famille ».
Concernant le troisième film, "Apatride" de la scénariste marocaine Narjiss Nejjar, la productrice Mounia Chraibi a, elle aussi, confirmé avoir demandé le retrait du film et l'annulation de sa projection dans le cadre de la compétition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.