Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Theresa May humiliée à Salzbourg
Publié dans Libération le 24 - 09 - 2018

La presse britannique décrivait vendredi une Première ministre britannique "humiliée" par les dirigeants européens qui l'ont appelée à revoir sa copie sur le Brexit lors d'un sommet informel à Salzbourg, en Autriche.
L'"humiliation" de Theresa May fait la une du Guardian et du Times tandis que le "i" évoque le "désastre de Salzbourg".
A l'issue du sommet, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a prévenu que "le cadre des relations économiques tel qu'il est proposé ne fonctionnera pas, ne serait-ce que parce qu'il saperait les fondements du marché intérieur".
Les propositions britanniques ne sont "pas acceptables en l'état" car elles "ne sont pas respectueuses de l'intégrité du marché unique", a renchéri le président français Emmanuel Macron.
Le tabloïd The Sun dépeignait vendredi les deux hommes, qualifiés d'"ordures", en gangsters prêts à "tendre une embuscade" à la Première ministre. "Nous avons plus que hâte de nous libérer de ces malfrats qui dirigent l'Union européenne", écrit le tabloïd qui défend la position de Theresa May. "La Première ministre a refusé de s'écarter des lignes rouges fixées par le Royaume-Uni et elle a tout à fait raison de le faire", affirme-t-il.
"Votre Brexit est foutu", titre vendredi le Daily Mirror tandis que la BBC déplore un échec "gênant pour la Première ministre".
Le Daily Mail et le Daily Express mettaient eux en garde l'UE, reprenant les menaces de Theresa May qui a prévenu que le Royaume-Uni était prêt à quitter l'UE le 29 mars 2019 sans accord de divorce.
A Salzbourg, Mme May a répété que son plan dit de "Chequers" restait "la seule proposition sérieuse et crédible" sur la table, qui permettrait de garantir à long terme qu'une nouvelle frontière physique n'allait pas réapparaître entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande.
Pour le Daily Telegraph, la dirigeante conservatrice est "battue" et "blessée" mais continue de montrer un "visage courageux".
En attendant le sommet des
dirigeants européens les 18 et 19 octobre à Bruxelles, initialement destiné à boucler les négociations sur le Brexit, un autre défi attend la Première ministre conservatrice à la fin du mois: la conférence de son Parti conservateur, où elle devra affronter les foudres des pro-Brexit de son camp, qui jugent depuis le départ son plan pour le Brexit trop conciliant envers l'UE.
Par ailleurs, un noyau dur de 30 à 40 députés du Parti conservateur de la Première ministre Theresa May est prêt à voter contre son plan de retrait de l'Union européenne, a averti jeudi l'ancien ministre britannique chargé du Brexit, David Davis.
Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 29 mars 2019 en fin de journée et jeudi, lors du sommet européen informel de Salzbourg, les "27" ont prié Theresa May de revoir son plan de sortie de l'UE.
David Davis a déclaré au Huffington Post qu'il existait un noyau "solide comme un roc", de députés conservateurs appartenant au groupe ERG (European Research Group), qui préconise une rupture plus franche avec l'UE et souhaite voter contre les plans de la Première ministre.
Les trois grands partis de l'opposition, le Labour, le SNP écossais et les libéraux-démocrates, ont tous publiquement annoncé leur intention de s'opposer aux plans de Theresa May.
Si 40 des 315 députés plus les élus de l'opposition votent contre un accord sur le Brexit fondé sur les propositions de May, elle n'aura pas suffisamment de voix pour le faire entériner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.