Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    PLF 2019 : Les conseillers livrent leur copie    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    Edito : Défenseur de migrants    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Divers Economie    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Theresa May humiliée à Salzbourg
Publié dans Libération le 24 - 09 - 2018

La presse britannique décrivait vendredi une Première ministre britannique "humiliée" par les dirigeants européens qui l'ont appelée à revoir sa copie sur le Brexit lors d'un sommet informel à Salzbourg, en Autriche.
L'"humiliation" de Theresa May fait la une du Guardian et du Times tandis que le "i" évoque le "désastre de Salzbourg".
A l'issue du sommet, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a prévenu que "le cadre des relations économiques tel qu'il est proposé ne fonctionnera pas, ne serait-ce que parce qu'il saperait les fondements du marché intérieur".
Les propositions britanniques ne sont "pas acceptables en l'état" car elles "ne sont pas respectueuses de l'intégrité du marché unique", a renchéri le président français Emmanuel Macron.
Le tabloïd The Sun dépeignait vendredi les deux hommes, qualifiés d'"ordures", en gangsters prêts à "tendre une embuscade" à la Première ministre. "Nous avons plus que hâte de nous libérer de ces malfrats qui dirigent l'Union européenne", écrit le tabloïd qui défend la position de Theresa May. "La Première ministre a refusé de s'écarter des lignes rouges fixées par le Royaume-Uni et elle a tout à fait raison de le faire", affirme-t-il.
"Votre Brexit est foutu", titre vendredi le Daily Mirror tandis que la BBC déplore un échec "gênant pour la Première ministre".
Le Daily Mail et le Daily Express mettaient eux en garde l'UE, reprenant les menaces de Theresa May qui a prévenu que le Royaume-Uni était prêt à quitter l'UE le 29 mars 2019 sans accord de divorce.
A Salzbourg, Mme May a répété que son plan dit de "Chequers" restait "la seule proposition sérieuse et crédible" sur la table, qui permettrait de garantir à long terme qu'une nouvelle frontière physique n'allait pas réapparaître entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande.
Pour le Daily Telegraph, la dirigeante conservatrice est "battue" et "blessée" mais continue de montrer un "visage courageux".
En attendant le sommet des
dirigeants européens les 18 et 19 octobre à Bruxelles, initialement destiné à boucler les négociations sur le Brexit, un autre défi attend la Première ministre conservatrice à la fin du mois: la conférence de son Parti conservateur, où elle devra affronter les foudres des pro-Brexit de son camp, qui jugent depuis le départ son plan pour le Brexit trop conciliant envers l'UE.
Par ailleurs, un noyau dur de 30 à 40 députés du Parti conservateur de la Première ministre Theresa May est prêt à voter contre son plan de retrait de l'Union européenne, a averti jeudi l'ancien ministre britannique chargé du Brexit, David Davis.
Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 29 mars 2019 en fin de journée et jeudi, lors du sommet européen informel de Salzbourg, les "27" ont prié Theresa May de revoir son plan de sortie de l'UE.
David Davis a déclaré au Huffington Post qu'il existait un noyau "solide comme un roc", de députés conservateurs appartenant au groupe ERG (European Research Group), qui préconise une rupture plus franche avec l'UE et souhaite voter contre les plans de la Première ministre.
Les trois grands partis de l'opposition, le Labour, le SNP écossais et les libéraux-démocrates, ont tous publiquement annoncé leur intention de s'opposer aux plans de Theresa May.
Si 40 des 315 députés plus les élus de l'opposition votent contre un accord sur le Brexit fondé sur les propositions de May, elle n'aura pas suffisamment de voix pour le faire entériner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.