La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington accorde le bénéfice du doute à Ryad
Publié dans Libération le 18 - 10 - 2018

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a entamé mercredi à Ankara des entretiens au sujet du journaliste saoudien disparu Jamal Khashoggi, Washington accordant le bénéfice du doute à Ryad en dépit d'indices accablants créditant la thèse de son assassinat au consulat de son pays à Istanbul.
Arrivé dans la matinée en provenance d'Arabie saoudite, M. Pompeo s'est entretenu à l'aéroport d'Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan et devait ensuite rencontrer son homologue turc Mevlut Cavusoglu.
Le secrétaire d'Etat effectue cette visite au moment où la presse progouvernementale turque publie de nouvelles révélations accablantes pour Ryad, relatant la torture et l'assassinat par des agents saoudiens de Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul le 2 octobre.
En dépit d'un faisceau d'indices impliquant l'Arabie saoudite, Washington semble accorder le bénéfice du doute à son allié en se faisant l'écho de la volonté de Ryad, alors qu'il se trouve sur le banc des accusés, de mener sa propre enquête.
Le journal progouvernemental turc Yeni Safak, affirmant s'appuyer sur des enregistrements sonores réalisés à l'intérieur du consulat, rapporte mercredi que le journaliste y a été torturé avant d'être "décapité" par des agents saoudiens.
Des responsables turcs ont affirmé dès le lendemain de sa disparition que M. Khashoggi, un collaborateur du Washington Post critique du prince hériter saoudien Mohammed ben Salmane, dit MBS, avait été assassiné au consulat par une équipe de 15 agents spécialement dépêchés par Ryad, qui dément.
L'un des hommes identifiés par les autorités turques comme faisant partie de cette équipe appartient à l'entourage de ben Salmane, a affirmé mardi le New York Times.
Selon le journal, qui publie plusieurs photos pour appuyer ses dires, Maher Abdulaziz Mutreb a notamment accompagné le prince lors de déplacements aux Etats-Unis en mars 2018 ainsi qu'à Madrid et à Paris en avril 2018.
Le New York Times ajoute que trois autres suspects ont été liés par des témoins ou d'autres sources aux services de sécurité attachés au prince.
Et un cinquième homme, un médecin légiste identifié comme Salah al-Tubaigy, a occupé des postes à hautes responsabilités au ministère saoudien de l'Intérieur et dans le secteur médical saoudien, poursuit le journal, soulignant qu'"un personnage de cette stature ne pourrait être dirigé que par une autorité saoudienne de haut rang".
Le quotidien affirme avoir confirmé par lui-même qu'"au moins neuf des quinze (suspects) ont travaillé pour les services saoudiens de sécurité, l'armée ou d'autres ministères".
Le Washington Post estime pour sa part que onze des quinze suspects saoudiens mentionnés par les autorités turques ont des liens avec les services de sécurité saoudiens.
Pour le New York Times, la position des suspects au sein du gouvernement saoudien et les liens de plusieurs d'entre eux avec le prince héritier "pourraient rendre beaucoup plus difficile de l'absoudre de toute responsabilité" dans la disparition de Jamal Khashoggi, qui vivait aux Etats-Unis depuis 2017.
Des médias américains avaient en effet rapporté lundi soir que l'Arabie saoudite envisageait de reconnaître que le journaliste de 60 ans était mort lors d'un interrogatoire qui aurait mal tourné au consulat.
Selon CNN, Ryad préparerait un rapport concluant que l'opération a été menée "sans autorisation ni transparence" et que "les personnes impliquées seront tenues pour responsables".
Malgré les indices mettant en cause Ryad, Washington semble avoir pris à son compte un engagement de l'Arabie saoudite de mener sa propre enquête et s'est fait l'écho des dénégations du roi Salmane et son prince héritier. Dans un entretien mardi avec l'agence de presse AP, M. Trump a réclamé l'application à l'Arabie saoudite du principe de présomption d'innocence.
Evoquant l'enquête que les Saoudiens affirment mener, M. Pompeo a quant à lui indiqué à l'issue de ses entretiens à Ryad mardi que celle-ci n'exceptera personne.
A la question de savoir si cet engagement était valable même pour une personne qui serait membre de la famille royale saoudienne, M. Pompeo a répondu: "Ils n'ont fait aucune exception concernant ceux à qui ils demanderaient des comptes".
"Ils ont été très clairs", a insisté M. Pompeo. "Ils comprennent l'importance de ce problème, ils sont déterminés à aller jusqu'au bout" dans leurs investigations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.