Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances    Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!    BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!    Maroc Telecom : Léger repli du C.A au 1er trimestre    Réforme fiscale: Les enjeux des 3es Assises de la fiscalité    Attentats au Sri Lanka : Une Marocaine parmi les blessés    Sri Lanka : Le mouvement responsable des attentats identifié    Arrestation des auteurs du braquage d'une banque à Ouarzazate    Algérie : Arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Le GCAM facilite l'accès au financement de la mécanisation    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Le Maroc réitère son engagement en faveur d'Al Qods    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Un derby de bonne facture    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    Guichet numérique unique : L'Intérieur annonce la poursuite de la généralisation    Arabie Saoudite. Attaque terroriste dans un commissariat, l'EI revendique    Le street-art au Mövenpick Marrakech    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Gouvernance sanitaire à Ifrane: L'hôpital sort de ses murs    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    France. Ces universités refusent d'appliquer la hausse des frais    Flash hebdomadaire    Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari    Safaa Hbirkou, la nouvelle égérie de Taous    Jazzablanca en fête dans la ville    Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l'Inchad    Le Kenya domine, le Maroc sur le podium    Les clubs de Marrakech et d'Al Hoceima en chute libre    Lixus fait peau neuve pour abriter ses visiteurs…    Un livre marocain remporte le prix du meilleur livre pour enfant à Charjah    Le cauchemar de l'inflation hante à nouveau le Zimbabwe    Plus de 850.000 visiteurs au SIAM 2019    Ghosn de nouveau inculpé au Japon    Enseignement préscolaire. Création de plusieurs unités à Sidi Ifni    Botola Maroc Télécom : Le Raja et le Wydad se quittent sans vainqueur    Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public    Mettre l'information à la disposition des demandeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement
Publié dans Libération le 19 - 10 - 2018

Pour les femmes enceintes pour la première fois, pousser dès que le col de l'utérus est complètement dilaté semble poser moins de risque que d'attendre que le bébé commence à descendre naturellement, conclut une expérience menée sur plus de 2.000 Américaines.
Plusieurs études avaient produit par le passé des résultats mitigés ou contradictoires sur les deux techniques habituellement employées dans les maternités aux Etats-Unis, pour les femmes ayant reçu une péridurale ou un autre anesthésiant: pousser immédiatement, ou attendre environ une heure afin d'encourager une naissance spontanée, dont certains docteurs pensent qu'elle réduit le recours aux césariennes ou au forceps.
De mai 2014 à décembre 2017, une expérience a été menée dans six hôpitaux américains afin de déterminer quelle méthode était la plus sûre pour la mère et pour le bébé.
Au moment d'accoucher, les sages-femmes ont recommandé à la moitié des femmes de pousser immédiatement, tandis qu'elles recommandaient à l'autre moitié d'attendre une heure avant de commencer à pousser, la répartition se faisant aléatoirement. Au total, 2.400 femmes ont participé.
La conclusion a été publiée mardi dans la revue de l'Association médicale américaine JAMA: pousser immédiatement réduit le risque de complications chez la mère, en l'occurrence le risque d'infection et d'hémorragie, même si le risque de déchirure importante du périnée est plus important. Pousser tout de suite ne provoque pas plus de césariennes.
La durée de la seconde phase de l'accouchement était plus courte d'une demi-heure dans le groupe des femmes qui poussaient dès que leur col de l'utérus était dilaté.
Quant aux nouveau-nés, les risques d'infections étaient plus élevés quand les mamans attendaient avant de pousser. In fine, l'expérience penche donc du côté de l'immédiateté. "Notre étude montre que les femmes qui accouchent pour la première fois doivent commencer à pousser dès qu'elles sont complètement dilatées", a dit Alison Cahill, obstétricienne à l'hôpital de l'université Washington de St. Louis, à la radio NPR.
L'étude n'est pas généralisable à toutes les femmes, car elle ne couvrait que celles qui accouchaient pour la première fois, avec des grossesses normales, à plus de 37 semaines. Mais elle devrait contribuer à changer les pratiques des maternités aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.