Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Ligue des champions: Le WAC s'incline à Pretoria    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Le Groupe BCP lance l'application «Atlantique Mobile» pour son réseau subsaharien    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    Aujjar rend hommage aux victimes du génocide rwandais...Et à Paul Kagamé.    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    «Le Maroc a signé «approximativement» toutes les conventions sur les droits d'auteur»    Donald Trump, le show et le chaos    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des Centres de santé défaillants
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2018

Dans une étude publiée mercredi dernier, l'Observatoire national de développement humain (ONDH) a dévoilé au grand jour son évaluation des prestations de services des établissements de soins de santé primaires dans le Royaume. Et comme vous devez sûrement imaginer, les résultats ne sont pas à crier sur tous les toits. Tout d'abord, avant de rentrer dans les détails, rappelons que cette étude a été menée en partenariat avec l'Ecole nationale de santé publique et l'Institut de médecine tropicale (Belgique) avec l'appui de la Banque mondiale. Ensuite, il convient également de souligner qu'elle s'est focalisée sur un échantillon constitué de sept Centres de santé, à savoir, les centres de santé de Médiouna (Médiouna), Laouamra (Larache), Bir Tam Tam (Séfrou), Ain Leuh (Ifrane), Sidi Bettache (Benslimane), Ras Al Aïn (Rhamna) et Sbaayoune (El Hajeb).
Des médecins en surcharge
Première lacune pointée du doigt par l'ONDH, la faiblesse des taux d'utilisation de la consultation curative, qui seraient de l'ordre de 0,71 et 0,99 nouveaux cas par an et par habitant. S'en suit le volume beaucoup trop important de consultations curatives que doivent assurer les médecins des Centres de santé cités. Ces derniers se retrouvent souvent confrontés à une charge de travail par médecin qui varie de 25 à 64 consultations par jour. Par exemple, les médecins du Centre de santé de Médiouna effectuent 25 consultations par jour, alors que dans celui de Laouamra, le nombre de consultations grimpe à 64. Plus en détails, en partant du principe que les médecins ne consacrent pas plus de 4 heures par jour aux consultations, le temps dévolu à chacune est de l'ordre de 9,6 mn et 3 mn, respectivement à Médiouna et Laouamra. La conclusion de l'ONDH est édifiante, puisqu'il est indiqué d'après l'étude qu'une moyenne inférieure à 10 mn est insuffisante pour établir une approche centrée sur le patient, gage de qualité des soins au premier échelon.
Des maisons d'accouchement peu fréquentées
S'agissant des maisons d'accouchement des Centres de santé, l'ONDH y a constaté une faible proportion d'accouchements. Et pour cause, ces structures sont loin d'être l'endroit privilégié des femmes au moment d'accoucher. Pour avoir un ordre de grandeur, on cite le taux de couverture des accouchements qui serait de 31% pour le Centre de santé de Médiouna alors qu'il est de 131% au centre de Bir Tam Tam. Une disparité confortée par les taux extrêmement faibles des Centres de Ras el Aïn et Laouamra, lesquels sont presque non fonctionnels avec respectivement 13 et 10%.
Les sages-femmes, cheville ouvrière des maisons d'accouchement, ont également et logiquement été visées par l'étude de l'ONDH. Au moment des entretiens réalisés, la plupart d'entre elles ont exprimé des craintes et une certaine anxiété résultant de leur manque d'expérience. Des sentiments amplifiés par la peur de l'erreur et de l'échec dans l'accomplissement de leurs missions, surtout face à des situations imprévues pendant l'accouchement. Concrètement, les chiffres de l'ONDH font état de moins de 50 accouchements par an. Un chiffre insuffisant selon l'Office dans l'optique de maintenir la compétence des sages-femmes des maisons d'accouchement.
Insuffisance des ressources humaines et matérielles
Toujours d'après ladite étude, l'ONDH souligne la piètre qualité des services de santé offerts aux citoyens. Un constat qui serait dû à une insuffisance des ressources humaines et donc d'une forte surcharge du travail, affectant de fait la qualité des services prodigués. A l'origine également de ce manque criant de quantité et de qualité au niveau des ressources humaines, la distance entre les logements et le lieu de travail. Plus le personnel habite loin du centre, plus les performances sont négatives et vice versa.
En sus la qualité des soins est également influencée par des moyens techniques et logistiques insuffisants. C'est en tout cas, ce qui ressort des entretiens réalisés par l'ONDH, au même titre que le manque d'équipements médicaux ou la mauvaise gestion des médicaments dans certains centres de santé.
Autres éléments influents, la médiocre qualité des locaux. Aussi, l'étude a braqué les projecteurs sur le lien de cause à effet qui existe entre le leadership exercé par le médecin-chef et les performances du personnel en particulier et du Centre de santé en général.
Enfin, l'ONDH a mis en exergue le rôle capital que joue le médecin généraliste dans les structures de soins dites de première ligne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.