Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des Centres de santé défaillants
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2018

Dans une étude publiée mercredi dernier, l'Observatoire national de développement humain (ONDH) a dévoilé au grand jour son évaluation des prestations de services des établissements de soins de santé primaires dans le Royaume. Et comme vous devez sûrement imaginer, les résultats ne sont pas à crier sur tous les toits. Tout d'abord, avant de rentrer dans les détails, rappelons que cette étude a été menée en partenariat avec l'Ecole nationale de santé publique et l'Institut de médecine tropicale (Belgique) avec l'appui de la Banque mondiale. Ensuite, il convient également de souligner qu'elle s'est focalisée sur un échantillon constitué de sept Centres de santé, à savoir, les centres de santé de Médiouna (Médiouna), Laouamra (Larache), Bir Tam Tam (Séfrou), Ain Leuh (Ifrane), Sidi Bettache (Benslimane), Ras Al Aïn (Rhamna) et Sbaayoune (El Hajeb).
Des médecins en surcharge
Première lacune pointée du doigt par l'ONDH, la faiblesse des taux d'utilisation de la consultation curative, qui seraient de l'ordre de 0,71 et 0,99 nouveaux cas par an et par habitant. S'en suit le volume beaucoup trop important de consultations curatives que doivent assurer les médecins des Centres de santé cités. Ces derniers se retrouvent souvent confrontés à une charge de travail par médecin qui varie de 25 à 64 consultations par jour. Par exemple, les médecins du Centre de santé de Médiouna effectuent 25 consultations par jour, alors que dans celui de Laouamra, le nombre de consultations grimpe à 64. Plus en détails, en partant du principe que les médecins ne consacrent pas plus de 4 heures par jour aux consultations, le temps dévolu à chacune est de l'ordre de 9,6 mn et 3 mn, respectivement à Médiouna et Laouamra. La conclusion de l'ONDH est édifiante, puisqu'il est indiqué d'après l'étude qu'une moyenne inférieure à 10 mn est insuffisante pour établir une approche centrée sur le patient, gage de qualité des soins au premier échelon.
Des maisons d'accouchement peu fréquentées
S'agissant des maisons d'accouchement des Centres de santé, l'ONDH y a constaté une faible proportion d'accouchements. Et pour cause, ces structures sont loin d'être l'endroit privilégié des femmes au moment d'accoucher. Pour avoir un ordre de grandeur, on cite le taux de couverture des accouchements qui serait de 31% pour le Centre de santé de Médiouna alors qu'il est de 131% au centre de Bir Tam Tam. Une disparité confortée par les taux extrêmement faibles des Centres de Ras el Aïn et Laouamra, lesquels sont presque non fonctionnels avec respectivement 13 et 10%.
Les sages-femmes, cheville ouvrière des maisons d'accouchement, ont également et logiquement été visées par l'étude de l'ONDH. Au moment des entretiens réalisés, la plupart d'entre elles ont exprimé des craintes et une certaine anxiété résultant de leur manque d'expérience. Des sentiments amplifiés par la peur de l'erreur et de l'échec dans l'accomplissement de leurs missions, surtout face à des situations imprévues pendant l'accouchement. Concrètement, les chiffres de l'ONDH font état de moins de 50 accouchements par an. Un chiffre insuffisant selon l'Office dans l'optique de maintenir la compétence des sages-femmes des maisons d'accouchement.
Insuffisance des ressources humaines et matérielles
Toujours d'après ladite étude, l'ONDH souligne la piètre qualité des services de santé offerts aux citoyens. Un constat qui serait dû à une insuffisance des ressources humaines et donc d'une forte surcharge du travail, affectant de fait la qualité des services prodigués. A l'origine également de ce manque criant de quantité et de qualité au niveau des ressources humaines, la distance entre les logements et le lieu de travail. Plus le personnel habite loin du centre, plus les performances sont négatives et vice versa.
En sus la qualité des soins est également influencée par des moyens techniques et logistiques insuffisants. C'est en tout cas, ce qui ressort des entretiens réalisés par l'ONDH, au même titre que le manque d'équipements médicaux ou la mauvaise gestion des médicaments dans certains centres de santé.
Autres éléments influents, la médiocre qualité des locaux. Aussi, l'étude a braqué les projecteurs sur le lien de cause à effet qui existe entre le leadership exercé par le médecin-chef et les performances du personnel en particulier et du Centre de santé en général.
Enfin, l'ONDH a mis en exergue le rôle capital que joue le médecin généraliste dans les structures de soins dites de première ligne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.