2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2018

"Le hip-hop a contribué positivement à de nombreux changements sociétaux", écrivent lundi les auteurs d'une étude dans la revue de l'Association médicale américaine. "Toutefois, cette influence n'est pas toujours positive, car les clips (...) incluent souvent de la violence, ou des produits de tabac et de cannabis".
Cette observation semblera évidente à n'importe quelle personne faisant un tour sur YouTube.
Mais Kristin Knutzen, chercheuse en santé publique à l'université Dartmouth aux Etats-Unis, et deux collègues ont voulu quantifier précisément le phénomène, en allant plus loin qu'un comptage: ils ont aussi regardé combien de marques apparaissaient dans les clips.
Ils ont donc repris les 1.250 chansons qui ont figuré, de 2013 à 2017, dans le classement hebdomadaire du magazine Billboard, qui inclut ventes de disques, téléchargements, passages à la radio, écoutes en ligne et vues sur YouTube.
Selon les années, entre 40 et 50% de ces morceaux montraient à un moment ou un autre un joint ou un produit lié au tabac, cumulant quelque 49 milliards de vues sur cinq ans.
Techniquement, cela inclut le joint lui-même sous toutes ses formes, ou tout autre type de consommation (pipes, chichas, cigarettes...) ainsi que les cigarettes électroniques, souvent utilisées pour le cannabis.
Les chercheurs ont aussi recensé chaque image de fumée ou vapeur. Si le nombre de clips "fumants" était stable, les chercheurs ont en revanche remarqué que le nombre de placements de produits "combustibles" (non électroniques) avait augmenté, passant de zéro en 2013 à 10 en 2017, soit un clip sur dix.
Et pour le vapotage, 14 des 16 clips contenaient des placements de produits l'an dernier.
L'un des plus gros tubes de 2017, "I'm The One", de DJ Khaled avec Justin Bieber, Quavo, Chance The Rapper et Lil Wayne, vu 1,1 milliard de fois sur YouTube, montre une danseuse expirant voluptueusement de la vapeur d'une cigarette électronique... suivie d'un gros plan sur un coffret de la marque.
Les rappeurs ont toujours fait figurer des produits dans leurs clips, que ce soient des marques de chaussures, de vêtements, d'écouteurs ou d'alcools. Une pratique de facto tolérée par les autorités de régulation américaines, au nom de la liberté d'expression, même si ces placements, quand ils sont rémunérés, doivent en théorie s'accompagner d'une déclaration à l'internaute ou au régulateur.
Pour les chercheurs, les rappeurs évoluent concrètement dans un environnement "non régulé". Ils en appellent à un resserrement des réglementations, et à YouTube, en soulignant que Google, maison-mère du site, interdit les publicités pour le tabac.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.