Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Edito : Graine d'écosystème    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Maroc-Cameroun : Objectif, ne pas jouer la survie face au Malawi    PLF 2019. Le budget voté ce vendredi    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Casablanca American School : Adoption d'un plan d'action pour les 3 années à venir    Maroc-Algérie: Le ministère fédéral des Affaires étrangères salue la proposition royale    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations        1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2018

Animant une conférence en clôture samedi du Festival Aïn Asserdoun des arts plastiques de Béni Mellal, le romancier marocain Abdelkrim Jouiti a mis en exergue les influences de la culture et des traditions africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux, notamment sur les plans esthétiques et de la liberté dans l'utilisation des formes.
Dans son intervention lors de cette causerie intitulée ''Le patrimoine africain et sa relation avec les arts plastiques'', il a indiqué que les formes géométriques ont longtemps été le trait dominant des œuvres réalisées par la majorité des artistes peintres occidentaux avant que ces derniers ne découvrent la richesse naturelle, humaine et culturelle de l'Afrique, et adopter par émerveillement une nouvelle démarche fondée sur de nouvelles formes et une lumière inexistante sous leurs cieux.
Le lauréat en 2017 du Prix du Maroc du livre pour son roman en arabe ''Les Marocains'' cite à l'appui le célèbre peintre français Eugène Delacroix (1798-1863) qui découvre le Maroc lors d'un voyage de six mois en 1832 dans le cadre d'une mission diplomatique. Une expérience qui a permis à Delacroix de s'approprier le dernier genre pictural qu'il n'avait pas réussi à découvrir jusque-là : la scène du genre, le fait de représenter le quotidien, les mœurs d'un peuple. Et aussi Jacques Majorelle (1886-1962) qui a perpétué une tradition familiale d'artistes en se consacrant à la peinture, inspirée par sa vie au Maroc, surtout à Marrakech où se trouvent ses jardins toujours luxuriants. Ou encore, l'artiste-peintre allemand Paul Klee (1879-1940) qui est considéré en Occident comme l'un de ces privilégiés qui ont su donner au monde de l'art une nouvelle orientation spirituelle qui faisait défaut à son époque. Il a rencontré sa vocation de peintre lors de son voyage en Tunisie en 1914. La découverte de ce pays l'a profondément marqué : ''Patrie ?'', s'interroge-t-il dans son journal de voyage.
Il a également évoqué les expériences d'artistes africains et marocains et leur influence à l'échelle internationale, notamment, Farid Belkahia (1934-2014), Mohamed Kacimi (1942-2003) et Ahmed Cherkaoui (1934-1967), qui est considéré comme l'un des précurseurs de la peinture moderne au Maroc.
Le Festival Aïn Asserdoun des arts plastiques de Béni Mellal a été organisé du 18 au 20 octobre courant sous le signe de l'Afrique, à l'initiative de l'Association ''Manbaa pour des arts plastiques''. Un choix de l'Afrique comme thématique en reconnaissance des liens très solides unissant le Royaume et les pays africains qui partagent les mêmes valeurs et les mêmes ambitions face aux défis posés, comme l'avait souligné à l'ouverture le président de cette association, Nourredine L'himer.
L'événement a été marqué par la participation d'artistes peintres marocains et d'autres représentant la Tunisie, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Congo Démocratique, le Yémen, le Liban, l'Arabie Saoudite et l'Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.