2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2018

Animant une conférence en clôture samedi du Festival Aïn Asserdoun des arts plastiques de Béni Mellal, le romancier marocain Abdelkrim Jouiti a mis en exergue les influences de la culture et des traditions africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux, notamment sur les plans esthétiques et de la liberté dans l'utilisation des formes.
Dans son intervention lors de cette causerie intitulée ''Le patrimoine africain et sa relation avec les arts plastiques'', il a indiqué que les formes géométriques ont longtemps été le trait dominant des œuvres réalisées par la majorité des artistes peintres occidentaux avant que ces derniers ne découvrent la richesse naturelle, humaine et culturelle de l'Afrique, et adopter par émerveillement une nouvelle démarche fondée sur de nouvelles formes et une lumière inexistante sous leurs cieux.
Le lauréat en 2017 du Prix du Maroc du livre pour son roman en arabe ''Les Marocains'' cite à l'appui le célèbre peintre français Eugène Delacroix (1798-1863) qui découvre le Maroc lors d'un voyage de six mois en 1832 dans le cadre d'une mission diplomatique. Une expérience qui a permis à Delacroix de s'approprier le dernier genre pictural qu'il n'avait pas réussi à découvrir jusque-là : la scène du genre, le fait de représenter le quotidien, les mœurs d'un peuple. Et aussi Jacques Majorelle (1886-1962) qui a perpétué une tradition familiale d'artistes en se consacrant à la peinture, inspirée par sa vie au Maroc, surtout à Marrakech où se trouvent ses jardins toujours luxuriants. Ou encore, l'artiste-peintre allemand Paul Klee (1879-1940) qui est considéré en Occident comme l'un de ces privilégiés qui ont su donner au monde de l'art une nouvelle orientation spirituelle qui faisait défaut à son époque. Il a rencontré sa vocation de peintre lors de son voyage en Tunisie en 1914. La découverte de ce pays l'a profondément marqué : ''Patrie ?'', s'interroge-t-il dans son journal de voyage.
Il a également évoqué les expériences d'artistes africains et marocains et leur influence à l'échelle internationale, notamment, Farid Belkahia (1934-2014), Mohamed Kacimi (1942-2003) et Ahmed Cherkaoui (1934-1967), qui est considéré comme l'un des précurseurs de la peinture moderne au Maroc.
Le Festival Aïn Asserdoun des arts plastiques de Béni Mellal a été organisé du 18 au 20 octobre courant sous le signe de l'Afrique, à l'initiative de l'Association ''Manbaa pour des arts plastiques''. Un choix de l'Afrique comme thématique en reconnaissance des liens très solides unissant le Royaume et les pays africains qui partagent les mêmes valeurs et les mêmes ambitions face aux défis posés, comme l'avait souligné à l'ouverture le président de cette association, Nourredine L'himer.
L'événement a été marqué par la participation d'artistes peintres marocains et d'autres représentant la Tunisie, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Congo Démocratique, le Yémen, le Liban, l'Arabie Saoudite et l'Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.