ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Di Maria, le sauveur du PSG
Publié dans Libération le 26 - 10 - 2018

Le scénario cauchemar semblait écrit mais Angel Di Maria a endossé les habits de sauveur au meilleur moment! Mené 2-1 par Naples jusque dans le temps additionnel, l'Argentin a réussi à égaliser mercredi à la 93e minute (2-2) pour maintenir les chances de qualification du Paris SG en Ligue des champions.
Une frappe du gauche de toute beauté dans la lucarne de David Ospina, et Paris s'est sauvé ! Longuement mené au score depuis le but de Lorenzo Insigne (29e), le club de la capitale pensait avoir réussi à éviter une deuxième défaite en phase de groupe de Ligue des champions seulement à la grâce d'un but contre son camp du défenseur napolitain Mario Rui (61e), provoqué par un centre tendu de Thomas Meunier...
Mais son compère de la sélection belge Dries Mertens, est venu donner un coup de poignard dans la défense parisienne, dans le dernier quart d'heure (77e). Une fois le temps réglementaire dépassé, une seule pensée s'est mise à hanter le public du Parc des Princes, sidéré par la perspective d'une défaite: une élimination dès le 1er tour de la Ligue des champions est-elle possible? Même avec le trio (Mbappé-Cavani-Neymar) le plus cher de l'histoire dans ses rangs?
C'était oublié que depuis l'intronisation de Thomas Tuchel sur le banc parisien, la "MCN" s'est muéeen "MCND", un quatuor dans lequel Angel Di Maria, l'ex-remplaçant de luxe sous l'ère Unai Emery, s'est imposé comme l'autre joueur capable de fulgurances quand les autres stars ratent leur rendez-vous.
Aligné sur le côté gauche laissé vacant par Neymar, recentré désormais en N.10, "El Fideo" avait pourtant réalisé un match moyen à l'instar de ses coéquipiers, sous la pression du collectif huilé de Carlo Ancelotti. Mais au bout du temps réglementaire, et à force de croire à un miracle, il a retourné une situation désespérée d'une frappe magique (90+3).
Auteur d'une année 2018 remarquable avec plus de 20 buts inscrits sur les dix derniers mois, l'Argentin (30 ans) a une nouvelle fois donné raison à Tuchel de le faire jouer dans un 4-2-3-1 ultra-offensif.
"Il m'a fait comprendre qu'il comptait sur moi", s'était-il réjoui début octobre au micro de TF1. "C'est un cadeau de travailler avec un joueur comme Angel", s'était enthousiasmé l'entraîneur allemand, fan du joueur depuis sa période Real Madrid (2010-2014).
A contrario, ses partenaires de l'attaque, Edinson Cavani en tête, ont longtemps symbolisé la panne offensive parisienne contre Naples.
Sous les yeux de milliers de ses anciens tifosi venus en masse au Parc des Princes, l'ex-idole du Napoli (2010-2013), devenue le meilleur buteur de l'histoire du club de la capitale, maladroit comme jamais dans le dernier geste malgré une "grinta" indéniable, a été incapable de faire la moindre différence.
Une scène résume parfaitement sa maladresse, conséquence d'un manque de confiance évident. Dès la 2e minute, Mbappé, qui avait pris de vitesse Kalidou Koulibaly sur un long ballon avant de le déposer, parvient à adresser un centre parfait en retrait. Mais Cavani et Neymar, tous deux à la réception, ont fini par se percuter au moment de la frappe...
Non seulement l'énorme occasion de but a été gâchée mais en plus "Edi" a longtemps cru avoir blessé son coéquipier brésilien en fauchant son pied gauche. Sorti du terrain, "Ney" est resté un temps sur le sol pour se faire soigner... avant de finalement faire son retour sur la pelouse.
Le "crack" auriverde, en froid avec l'Uruguayen la saison dernière en raison notamment du "penaltygate", n'en a pas pris ombrage. Après avoir repris ses sensations, Neymar lui a délivré une magnifique ouverture mais Cavani a vu sa reprise instantanée du gauche passer assez loin du cadre (8e).
Le début d'un long calvaire qui s'est achevé à la 76e minute, lors de son remplacement au profit de Julian Draxler sous les applaudissements polis du Parc. S'il reste le chouchou du public, à l'image des "Cavani, Cavani, Cavani" scandés pour lui remonter le moral, l'Uruguayen va devoir faire attention: Di Maria est prêt à lui voler le cœur des Parisiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.