OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Communiqué du Bureau politique du PPS    Edito : 16 ans et toujours rien !    La CGEM et les institutions internationales lancent une plate-forme collaborative    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Crise de transparence    La CGEM promeut la médiation bancaire    Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Examen du Bac: Des dates problématiques!    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Elections européennes: Les réformes passées au crible    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Divers sportifs    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington durcit le ton avec Ryad à propos du meurtre de Khashoggi
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2018

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a prévenu dimanche le prince héritier saoudien que Washington allait "demander des comptes à toutes les personnes impliquées dans le meurtre de Jamal Khashoggi", estimant "que l'Arabie saoudite (devait en) faire de même".
Dans un entretien téléphonique avec Mohammed ben Salmane, dit "MBS", M. Pompeo a également appelé à la "fin des hostilités" au Yémen ainsi qu'à des négociations, a indiqué la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert.
Ce nouveau message s'apparente à un changement de ton de Washington, qui avait déjà pressé Ryad d'élucider l'affaire Khashoggi mais semblait, jusqu'ici, accorder le bénéfice du doute à MBS, un puissant allié des Etats-Unis au Moyen-Orient.
Jeudi, Mike Pompeo s'était ainsi dit publiquement satisfait de la coopération des autorités saoudiennes pour faire la lumière sur ce crime.
Ce raidissement de Washington intervient au lendemain des déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a affirmé avoir communiqué aux Américains des enregistrements supposément réalisés au consulat saoudien d'Istanbul le jour de la mort de Jamal Khashoggi.
"Ils ont écouté les conversations qui ont eu lieu ici. Ils savent", a assuré samedi le président turc lors d'une conférence de presse télévisée.
Vendredi, M. Erdogan avait déjà soutenu, dans une tribune, que l'ordre d'assassiner le journaliste saoudien émanait "des plus hauts niveaux du gouvernement".
Le président turc avait écarté la responsabilité du roi Salmane, mais n'avait pas absous, en revanche, son fils, Mohammed ben Salmane, régulièrement mis en cause depuis plusieurs semaines par des responsables et des médias turcs.
Vendredi toujours, la fiancée de Jamal Khashoggi avait appelé, dans une tribune publiée dans plusieurs médias, à "prendre des mesures réelles, sérieuses et concrètes pour mettre au jour la vérité et traduire les responsables en justice".
Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul.
Après avoir d'abord affirmé que le journaliste avait rapidement quitté le consulat, puis soutenu qu'il était mort dans une rixe, Ryad a fini par évoquer une "opération non autorisée" par le pouvoir.
Lors de son entretien avec MBS, Mike Pompeo a également évoqué le dossier yéménite, renouvellant son appel à "la fin des hostilités" dans ce pays ravagé par une guerre civile.
Le chef de la diplomatie américaine a aussi demandé que "toutes les parties viennent à la table pour négocier une solution pacifique au conflit".
La guerre au Yémen oppose des forces pro-gouvernementales aux rebelles Houthis, soutenus par l'Iran et qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du pays, dont la capitale Sanaa.
En mars 2015, une coalition sous commandement saoudien est intervenue militairement au Yémen en soutien aux forces pro-gouvernementales.
L'Arabie saoudite a été accusée, à plusieurs reprises, de bavures ayant coûté la vie à des centaines de civils.
Vendredi, le Washington Post avait rapporté que les Etats-Unis avaient décidé de cesser de ravitailler les avions de la coalition militaire sous commandement saoudien, mettant ainsi fin à leur soutien le plus concret en trois ans de conflit.
Une première manifestation d'un virage diplomatique, confirmée, semble-t-il, par le regain de fermeté de Mike Pompeo dimanche.
Le soutien logistique à la coalition était de plus en plus critiqué depuis le meurtre de Jamal Khashoggi.
Le ministre américain de la Défense Jim Mattis avait déjà appelé récemment les belligérants au Yémen à cesser les hostilités.
M. Pompeo avait lui aussi demandé précédemment que cessent les frappes aériennes de la coalition menée par Ryad "dans toutes les zones habitées du Yémen", une reconnaissance en creux des pertes civiles causées par ces bombardements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.