Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2018

La maladie de Parkinson a longtemps été considérée comme une maladie du cerveau, mais plusieurs travaux ont pointé le rôle de l'appareil digestif. Une étude publiée mercredi aux Etats-Unis s'intéresse en particulier au petit organe réputé inutile de l'appendice.
Les auteurs de cette étude, fondée sur les données médicales de 1,7 million de Suédois suivis pour certains pendant un demi-siècle, ont trouvé que ceux qui avaient eu une ablation de l'appendice au début de leur vie avaient un risque de développer la maladie de Parkinson réduit de 19%. L'effet semble spécifique aux Suédois vivant en zones rurales. Pour eux, le risque est réduit de 25%, tandis que dans les zones urbaines, une réduction du risque n'a pas pu être observée.
Quant à ceux qui ont développé la maladie de Parkinson, les chercheurs se sont aperçus qu'une appendicectomie (ablation de l'appendice) était liée à une apparition plus tardive de trois ans et demi en moyenne, a expliqué l'auteure principale, Viviane Labrie, de l'Institut de recherche Van Andel dans le Michigan, lors d'une conférence téléphonique avec la presse mardi.
"Nos travaux suggèrent que l'appendice pourrait jouer un rôle dans le début de la maladie de Parkinson", a-t-elle expliqué, en soulignant que ce rôle n'était sans doute pas exclusif.
Les malades de Parkinson souffrent aussi de problèmes gastro-intestinaux, comme de la constipation, une décennie ou plus avant les symptômes que sont les tremblements et autres problèmes moteurs. C'est ce qui a poussé la communauté scientifique à s'intéresser au rôle de l'appareil digestif.
L'appendice est un site de stockage pour les bactéries intestinales et semble également jouer un rôle dans la réponse immunitaire. Il est aussi le "réservoir" d'une protéine clé dans la maladie de Parkinson, nommée alpha-synucléine, notamment sous une forme anormale.
Or cette protéine est abondante dans l'appendice de tout le monde, malades ou pas. Ce qui fait supposer aux chercheurs que la protéine anormale parvient parfois à s'échapper de l'appendice vers le cerveau, où elle causerait des dégâts.
"Cette protéine n'aime pas rester au même endroit", a expliqué Viviane Labrie. "Elle arrive à bouger de neurone en neurone".
Et justement, un nerf, le nerf vague, relie l'appareil digestif au cerveau. Des expériences ont montré que la protéine était capable d'emprunter cette voie.
"Si elle entre dans le cerveau, elle peut s'installer et se développer jusqu'à avoir des effets neurotoxiques qui pourraient mener jusqu'à la maladie de Parkinson", dit la chercheuse.
Les auteurs de l'étude ont averti la presse qu'il ne s'agissait surtout pas de recommander à tout le monde une ablation de l'appendice. "Nous ne disons pas non plus que si vous avez eu une ablation, vous n'aurez pas la maladie de Parkinson", prévient Viviane Labrie.
Mais ces travaux apportent un indice supplémentaire sur le rôle du petit organe, ce qui pourrait un jour mener à des thérapies, pour neutraliser ce réservoir.
Pour l'instant, un rapport de cause à effet n'a pas été établi. Comme c'est le cas des études de ce type, de nombreux facteurs non pris en compte pourraient expliquer la différence entre ceux qui ont subi une ablation et les autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.