BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    SM le Roi a présidé une veillée religieuse en commémoration du 20è anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    Double meurtre près d'Imlil : Un premier suspect arrêté    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    ONU: L'AG adopte le Pacte mondial pour les réfugiés, pendant du Pacte de Marrakech    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Le Ministère de la Com' veut rehausser la présence de l'Amazigh à la télé    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Financial Times. Cinq raisons attractives pour vivre à Casablanca    Double meurtre près de Toubkal    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Divers    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Festival international du film transsaharien "The song of scorpions" primé à Zagora    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué le harceleur de sa sœur    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    1ère édition du Festival Meknès du théâtre : Des planches de différentes écoles font leur show à la cité ismaélite    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    Migrations irrégulières : L'UE accorde une aide de 148 millions d'euros au Maroc    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    Boujdour : Localisation d'une ferme soupçonnée de servir de lieu de stockage et de trafic de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2018

La maladie de Parkinson a longtemps été considérée comme une maladie du cerveau, mais plusieurs travaux ont pointé le rôle de l'appareil digestif. Une étude publiée mercredi aux Etats-Unis s'intéresse en particulier au petit organe réputé inutile de l'appendice.
Les auteurs de cette étude, fondée sur les données médicales de 1,7 million de Suédois suivis pour certains pendant un demi-siècle, ont trouvé que ceux qui avaient eu une ablation de l'appendice au début de leur vie avaient un risque de développer la maladie de Parkinson réduit de 19%. L'effet semble spécifique aux Suédois vivant en zones rurales. Pour eux, le risque est réduit de 25%, tandis que dans les zones urbaines, une réduction du risque n'a pas pu être observée.
Quant à ceux qui ont développé la maladie de Parkinson, les chercheurs se sont aperçus qu'une appendicectomie (ablation de l'appendice) était liée à une apparition plus tardive de trois ans et demi en moyenne, a expliqué l'auteure principale, Viviane Labrie, de l'Institut de recherche Van Andel dans le Michigan, lors d'une conférence téléphonique avec la presse mardi.
"Nos travaux suggèrent que l'appendice pourrait jouer un rôle dans le début de la maladie de Parkinson", a-t-elle expliqué, en soulignant que ce rôle n'était sans doute pas exclusif.
Les malades de Parkinson souffrent aussi de problèmes gastro-intestinaux, comme de la constipation, une décennie ou plus avant les symptômes que sont les tremblements et autres problèmes moteurs. C'est ce qui a poussé la communauté scientifique à s'intéresser au rôle de l'appareil digestif.
L'appendice est un site de stockage pour les bactéries intestinales et semble également jouer un rôle dans la réponse immunitaire. Il est aussi le "réservoir" d'une protéine clé dans la maladie de Parkinson, nommée alpha-synucléine, notamment sous une forme anormale.
Or cette protéine est abondante dans l'appendice de tout le monde, malades ou pas. Ce qui fait supposer aux chercheurs que la protéine anormale parvient parfois à s'échapper de l'appendice vers le cerveau, où elle causerait des dégâts.
"Cette protéine n'aime pas rester au même endroit", a expliqué Viviane Labrie. "Elle arrive à bouger de neurone en neurone".
Et justement, un nerf, le nerf vague, relie l'appareil digestif au cerveau. Des expériences ont montré que la protéine était capable d'emprunter cette voie.
"Si elle entre dans le cerveau, elle peut s'installer et se développer jusqu'à avoir des effets neurotoxiques qui pourraient mener jusqu'à la maladie de Parkinson", dit la chercheuse.
Les auteurs de l'étude ont averti la presse qu'il ne s'agissait surtout pas de recommander à tout le monde une ablation de l'appendice. "Nous ne disons pas non plus que si vous avez eu une ablation, vous n'aurez pas la maladie de Parkinson", prévient Viviane Labrie.
Mais ces travaux apportent un indice supplémentaire sur le rôle du petit organe, ce qui pourrait un jour mener à des thérapies, pour neutraliser ce réservoir.
Pour l'instant, un rapport de cause à effet n'a pas été établi. Comme c'est le cas des études de ce type, de nombreux facteurs non pris en compte pourraient expliquer la différence entre ceux qui ont subi une ablation et les autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.