La Chambre des conseillers adopte le PLF 2019    Le groupe Attijariwafa bank remporte à Londres deux prix d'excellence    Le taux de croissance au Maroc devrait s'établir à 3,6% en 2019, selon le CMC    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Effet de dissuasion    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort
Publié dans Libération le 16 - 11 - 2018

C'est en lançant les fouilles archéologiques dans les livres d'histoire de l'équipe nationale que nous avons réalisé qu'il est des signes indiens beaucoup plus difficiles à briser que d'autres. La rencontre de ce soir entre le Maroc et le Cameroun à 20h, au Complexe Mohammed V, est le 12ème épisode d'une série noire qui dure depuis trop longtemps pour nos Nationaux. En effet, lors des précédentes confrontations, les Lions de l'Atlas n'ont jamais réussi à dompter ceux du Cameroun (5 défaites et 6 matchs nuls). Mais ce constat a une grande chance de ne plus être qu'un mauvais souvenir. En tout cas, plusieurs indicateurs semblent le suggérer. Tout d'abord, à la lumière de la période de rodage où semble se trouver le récent champion d'Afrique camerounais.
Nommé nouveau sélectionneur en août dernier, l'ancien milieu néerlandais, Clarence Seedorf et son adjoint Patrick Kluivert n'ont toujours pas réussi à mettre leur patte dans le jeu des Lions indomptables. Ensuite, toujours en corrélation avec l'élément précédent, et au vu des trois dernières sorties des hommes de Seedorf, le Onze national pourrait profiter des failles dans l'organisation camerounaise. Insuffisances que nous allons vous exposer à travers trois situations, toutes impliquant une progression offensive par les ailes.
Des latéraux aspirés
Contre les Comores (1-1), premier match de l'ère Seedorf, les Camerounais, disposés en 4-2-3-1, peuvent s'estimer heureux d'être rentrés chez eux avec un point dans la musette. En réalité, ils étaient plus proches de perdre que de gagner. Intiment liée au résultat final, l'attitude de leurs arrières latéraux et notamment, le latéral droit, nous a sauté aux yeux. Sur l'ouverture du score comorien, ledit latéral n'a pas hésité à quitter sa ligne défensive pour suivre la course intérieure de son adversaire direct qui est allé à la rencontre d'un ballon aérien (Capture 1). Et comme l'arrière camerounais était en retard, du coup, il n'a ni réussi à disputer le duel aérien, ni rattrapé son opposant lorsque ce dernier s'est retourné pour prendre l'espace laissé à droite de la défense. Espace que l'axial défensif droit a essayé de combler. Sans succès. Cet effet domino a permis à Farouk Abdou Mohamed de se retrouver sur un fauteuil au moment de reprendre un centre en retrait. Dans cette optique, les appels intérieurs des ailiers Ziyech et Amrabat, combinés au positionnement haut de nos latéraux, probablement Hakimi et Dirar, seront essentiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.