Un élan haussier royal!    Lydec se rattrape au second semestre 2018    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech
Publié dans Libération le 16 - 11 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/27678973-27732210.jpg?v=1542290563" alt="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" title="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/27678973-27732210.jpg?v=1542290581" alt="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" title="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" width="708" /
La projection-débat d'un film-documentaire sur les relations judéo-musulmanes au Maroc, intitulé ''Marocains juifs: Destins contrariés'', de son producteur et réalisateur Younès Laghrari, a eu lieu, mercredi à Marrakech, dans le cadre de la Rencontre sur le "Judaïsme marocain : pour une marocanité en partage'', placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. Cet opus puise sa source dans les nombreuses questions qui trottaient dans la tête de son réalisateur depuis un long moment : pour quelles raisons une des communautés constitutive de la Nation marocaine a décidé de quitter définitivement son pays natal, et ce en plusieurs étapes ? Que s'est-il passé pour qu'à des dates clés de l'Histoire contemporaine du Maroc, des vagues d'émigration vident le pays de ses citoyens juifs ? Cette curiosité fut attisée d'autant plus qu'aucune réponse à ces questions ne se trouvait dans les livres d'histoire, lit-on dans le synopsis de cette œuvre documentaire, fruit de ces réflexions.
Le documentaire se présente en plusieurs témoignages de Marocains de confession juive qui sont nés et avaient grandi au Maroc et s'enrichit par ceux d'historiens et académiciens marocains qui mettent en perspective le contexte historique de l'époque. Plusieurs d'entre eux ont relevé qu'avant 1967, dans une même maison, juifs et musulmans se partageaient les cuisines et prenaient leurs repas au quotidien comme des frères sans aucune atteinte à la confession de chacun. "Nous vivions ensemble en bon voisinage et menions des activités commerciales ensemble en toute confiance", affirme à ce propos Amir Peretz. Même son de cloche chez l'écrivaine marocaine de confession juive Nicole El Grissy qui témoigne : "Maman me faisait porter un caftan lors de la Fête du Trône. On avait des habitudes tout à fait marocaines dans les plus petits détails".Une sérénité qui sera entachée après la guerre des 6 jours : "Peu à peu, après 1967, se fait pressentir l'exclusion des juifs", a indiqué Simon Lévy. Mais selon Michel Abitbol, "il y avait un discours politique dont le message est que la vie n'est plus possible en terre d'Islam alors qu'en réalité, jamais l'économie juive ne s'est aussi bien portée qu'après l'indépendance du Maroc". Aujourd'hui, le Maroc prend connaissance de cette composante importante de son identité, "l'affluent hébraïque" reconnu dès le préambule de la Constitution de 2011, ce qui constitue un grand pas dans l'histoire du judaïsme au Maroc sous la Haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Suite à cette projection, l'assistance a pris part à un riche débat sur cette importante œuvre historique. Dans ce sens, l'écrivain et diplomate, Yehuda Lancry, a souligné que le titre du documentaire est "parlant".
"Il s'agit de Marocains juifs et non de juifs marocains, ce qui dénote l'enracinement et l'intégration de la communauté juive au Maroc". C'est un attachement également ressenti par les musulmans marocains qui se rappellent encore avec nostalgie les années partagées avec leurs voisins juifs: "Les juifs étaient l'âme de la médina, nous avait confié un ancien voisin dans la ville de Casablanca", a-t-il dit. Sur les raisons du départ des juifs du Maroc, M. Lancry raconte son histoire personnelle: "On voyait les villes marocaines se vider des Marocains de confession juive, j'avais du chagrin en filigrane, je m'arrachais ma matrice".
"Une douleur qu'on voulait surmonter en faisant prévaloir le côté culturel qui unissait tous les Marocains qu'ils soient juifs ou musulmans", a affirmé, de son côté, Younès Laghrari, soulignant que "le Festival des musiques sacrées de Fès a été créé pour faire perpétuer ce patrimoine judéo-andalou arabe que nous avons partagé".
"Nous y avons interpellé tout l'héritage culturel commun en réponse à toute division survenue à cause de la divergence des positions politiques. C'est une initiative qui a été chaleureusement accueillie par la population de Fès", a-t-il expliqué.
Quant à Faouzi Skali, anthropologue écrivain, il a relevé que "la culture hébraïque dans la Constitution du Maroc est l'expression que cet héritage n'est pas unique aux juifs mais appartient à tous les Marocains, qui en prennent de plus en plus connaissance".
La Rencontre de Marrakech sur le judaïsme marocain est organisée par le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) en partenariat avec le Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM), avec la contribution notamment du ministère de la Culture et de la Communication, de la Fondation du patrimoine judéo-marocain, du Musée du judaïsme marocain, de l'Association des Amis du Musée du judaïsme marocain, et de l'Alliance israélite universelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.