Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech
Publié dans Libération le 16 - 11 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/27678973-27732210.jpg?v=1542290563" alt="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" title="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/27678973-27732210.jpg?v=1542290581" alt="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" title="Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech" width="708" /
La projection-débat d'un film-documentaire sur les relations judéo-musulmanes au Maroc, intitulé ''Marocains juifs: Destins contrariés'', de son producteur et réalisateur Younès Laghrari, a eu lieu, mercredi à Marrakech, dans le cadre de la Rencontre sur le "Judaïsme marocain : pour une marocanité en partage'', placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. Cet opus puise sa source dans les nombreuses questions qui trottaient dans la tête de son réalisateur depuis un long moment : pour quelles raisons une des communautés constitutive de la Nation marocaine a décidé de quitter définitivement son pays natal, et ce en plusieurs étapes ? Que s'est-il passé pour qu'à des dates clés de l'Histoire contemporaine du Maroc, des vagues d'émigration vident le pays de ses citoyens juifs ? Cette curiosité fut attisée d'autant plus qu'aucune réponse à ces questions ne se trouvait dans les livres d'histoire, lit-on dans le synopsis de cette œuvre documentaire, fruit de ces réflexions.
Le documentaire se présente en plusieurs témoignages de Marocains de confession juive qui sont nés et avaient grandi au Maroc et s'enrichit par ceux d'historiens et académiciens marocains qui mettent en perspective le contexte historique de l'époque. Plusieurs d'entre eux ont relevé qu'avant 1967, dans une même maison, juifs et musulmans se partageaient les cuisines et prenaient leurs repas au quotidien comme des frères sans aucune atteinte à la confession de chacun. "Nous vivions ensemble en bon voisinage et menions des activités commerciales ensemble en toute confiance", affirme à ce propos Amir Peretz. Même son de cloche chez l'écrivaine marocaine de confession juive Nicole El Grissy qui témoigne : "Maman me faisait porter un caftan lors de la Fête du Trône. On avait des habitudes tout à fait marocaines dans les plus petits détails".Une sérénité qui sera entachée après la guerre des 6 jours : "Peu à peu, après 1967, se fait pressentir l'exclusion des juifs", a indiqué Simon Lévy. Mais selon Michel Abitbol, "il y avait un discours politique dont le message est que la vie n'est plus possible en terre d'Islam alors qu'en réalité, jamais l'économie juive ne s'est aussi bien portée qu'après l'indépendance du Maroc". Aujourd'hui, le Maroc prend connaissance de cette composante importante de son identité, "l'affluent hébraïque" reconnu dès le préambule de la Constitution de 2011, ce qui constitue un grand pas dans l'histoire du judaïsme au Maroc sous la Haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Suite à cette projection, l'assistance a pris part à un riche débat sur cette importante œuvre historique. Dans ce sens, l'écrivain et diplomate, Yehuda Lancry, a souligné que le titre du documentaire est "parlant".
"Il s'agit de Marocains juifs et non de juifs marocains, ce qui dénote l'enracinement et l'intégration de la communauté juive au Maroc". C'est un attachement également ressenti par les musulmans marocains qui se rappellent encore avec nostalgie les années partagées avec leurs voisins juifs: "Les juifs étaient l'âme de la médina, nous avait confié un ancien voisin dans la ville de Casablanca", a-t-il dit. Sur les raisons du départ des juifs du Maroc, M. Lancry raconte son histoire personnelle: "On voyait les villes marocaines se vider des Marocains de confession juive, j'avais du chagrin en filigrane, je m'arrachais ma matrice".
"Une douleur qu'on voulait surmonter en faisant prévaloir le côté culturel qui unissait tous les Marocains qu'ils soient juifs ou musulmans", a affirmé, de son côté, Younès Laghrari, soulignant que "le Festival des musiques sacrées de Fès a été créé pour faire perpétuer ce patrimoine judéo-andalou arabe que nous avons partagé".
"Nous y avons interpellé tout l'héritage culturel commun en réponse à toute division survenue à cause de la divergence des positions politiques. C'est une initiative qui a été chaleureusement accueillie par la population de Fès", a-t-il expliqué.
Quant à Faouzi Skali, anthropologue écrivain, il a relevé que "la culture hébraïque dans la Constitution du Maroc est l'expression que cet héritage n'est pas unique aux juifs mais appartient à tous les Marocains, qui en prennent de plus en plus connaissance".
La Rencontre de Marrakech sur le judaïsme marocain est organisée par le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) en partenariat avec le Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM), avec la contribution notamment du ministère de la Culture et de la Communication, de la Fondation du patrimoine judéo-marocain, du Musée du judaïsme marocain, de l'Association des Amis du Musée du judaïsme marocain, et de l'Alliance israélite universelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.