ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017
Publié dans Libération le 17 - 11 - 2018

Avec une croissance moyenne de 5,8% par an, les échanges commerciaux entre le Maroc et la France se sont élevés à 109,3 milliards de dirhams en 2017 contre 79,9 milliards de dirhams en 2010.
« En 2017, le commerce bilatéral a affiché une hausse de 6% par rapport à 2016. Les exportations marocaines vers la France ont atteint 56,8 MMDH, en hausse de 17,9% », a indiqué la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).
Au cours de cette période, les importations marocaines en provenance de la France ont totalisé 51,9 MMDH en 2017, en baisse de 4,6 % par rapport à l'année 2016 (54,5 MMDH). La France, qui représente 11,9 % des importations marocaines contre 15,6 % en 2010, se place ainsi au second rang des fournisseurs du Royaume, derrière l'Espagne
(16,9 %).
La DEPF attribue le net repli des importations en provenance de la France à la forte chute des importations du blé, des véhicules et matériels pour voies ferrées et des parties et pièces pour voitures et véhicules de tourisme.
Elle assure toutefois que « cette baisse a été atténuée par l'essor des importations des produits finis d'équipement industriel, des parties d'avions et des voitures de tourisme».
De son côté, la demande française de biens adressée au Maroc a continué de croître rapidement (5,5 % en 2017 après 3,7 % en 2016), permettant ainsi aux exportations marocaines à destination de la France de croître de manière significative, a noté la DEPF soulignant que le niveau des exportations marocaines vers la France s'est établi à 56,8 MMDH, soit une hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente, au-dessus de la moyenne des années 2010 (2,4 %).
Ainsi, souligne ce département relevant du ministère de l'Economie et des Finances, « le solde commercial avec la France est devenu excédentaire en 2017 à 4,8 MMDH, soit une amélioration de 11,2 MMDH après une dégradation de 4,9 MMDH en 2016 ».
Du point de vue de la France, la DEPF indique que le Maroc est le 22e fournisseur (32e en 2010) et le 23e client (19e en 2010) de ce pays avec une part de marché en nette progression. Il a représenté 0,94 % des exportions mondiales à destination de la France contre 0,57 % en 2010, soit des niveaux inférieurs à ceux de l'Espagne (1,74 % en 2017 contre 0,80 % en 2010).
Sur la base des données de la Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur (COFACE), la DEPF note que « le Maroc représente 16,6 % des exportations françaises à destination de l'Afrique en 2017 et 22 % de ses importations depuis le continent », soulignant qu'au total, le commerce avec le Maroc représente 19,1 % des échanges de la France avec l'Afrique.
En ce qui concerne les exportations marocaines vers la France la DEPF précise que le premier poste d'exportation est constitué des fils et câbles pour l'électricité, qui représentent 17,5% de nos ventes totales à destination de la France (10 MMDH en 2017, en hausse de 11 % par rapport à 2016).
« Le second poste d'exportations est composé des voitures de tourisme (16,8 % des exportations totales, 9,6 MMDH en 2017, en hausse de 46,1 % par rapport à 2016). Les parties d'avions occupent le troisième poste d'exportations à destination de la France (8,1 % du total, 4,6 MMDH en 2017, en hausse de 27,5 % par rapport à 2016) »,
note-t-elle.
S'agissant du profil des exportations marocaines vers la France, la DEPF précise qu'il s'agit en général de produits « moyennement haute technologie » qui sont les plus dynamiques, avec une part moyenne de 40,4% et un accroissement annuel de 15% entre 2010 et 2017.
Concernant, les importations marocaines en provenance de la France, il ressort du document de la DEPF que le premier poste d'importation est celui des parties et pièces pour voitures de tourisme avec une part de 6,7% suivis des parties d'avions (5,4%), d'appareils pour circuits électriques (5,2%) et des fils et câbles pour l'électricité, boissons et tabacs (5%). Du profil des importations marocaines en provenance de la France, il apparaît que les produits finis français à « moyennement haute et haute technologie » représentent des parts respectives de 41,3% et 21,2% en moyenne dans les importations marocaines manufacturières vers la France entre 2010 et 2017.
A noter aussi que la France reste le principal pays investisseur au Maroc, avec une part d'IDE de 35% en moyenne sur la période 2010-2017, loin devant les Emirats-Arabes Unis (13%), les Etats-Unis (7,4%) et l'Arabie saoudite (5,5%).
Par ailleurs, le Maroc reste le premier destinataire des investissements français en Afrique, avec 7% des projets d'IDE en 2016, suivi de l'Afrique du Sud (12%), la Côte d'Ivoire (12%) et la Tunisie (9%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.