Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances    Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!    BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!    Maroc Telecom : Léger repli du C.A au 1er trimestre    Réforme fiscale: Les enjeux des 3es Assises de la fiscalité    Attentats au Sri Lanka : Une Marocaine parmi les blessés    Sri Lanka : Le mouvement responsable des attentats identifié    Arrestation des auteurs du braquage d'une banque à Ouarzazate    Algérie : Arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Le GCAM facilite l'accès au financement de la mécanisation    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Le Maroc réitère son engagement en faveur d'Al Qods    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Un derby de bonne facture    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    Guichet numérique unique : L'Intérieur annonce la poursuite de la généralisation    Arabie Saoudite. Attaque terroriste dans un commissariat, l'EI revendique    Le street-art au Mövenpick Marrakech    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Gouvernance sanitaire à Ifrane: L'hôpital sort de ses murs    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    France. Ces universités refusent d'appliquer la hausse des frais    Flash hebdomadaire    Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari    Safaa Hbirkou, la nouvelle égérie de Taous    Jazzablanca en fête dans la ville    Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l'Inchad    Le Kenya domine, le Maroc sur le podium    Les clubs de Marrakech et d'Al Hoceima en chute libre    Lixus fait peau neuve pour abriter ses visiteurs…    Un livre marocain remporte le prix du meilleur livre pour enfant à Charjah    Le cauchemar de l'inflation hante à nouveau le Zimbabwe    Plus de 850.000 visiteurs au SIAM 2019    Ghosn de nouveau inculpé au Japon    Enseignement préscolaire. Création de plusieurs unités à Sidi Ifni    Botola Maroc Télécom : Le Raja et le Wydad se quittent sans vainqueur    Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public    Mettre l'information à la disposition des demandeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les conservateurs allemands tournent la page de l'ère Merkel
Publié dans Libération le 08 - 12 - 2018

Le parti conservateur allemand devait tourner la page vendredi de 18 ans de règne à sa tête d'Angela Merkel en élisant un nouveau président, une césure dans l'histoire politique récente du pays.
"Nous sentons tous qu'il s'agit d'un congrès bien particulier", a déclaré la chancelière, politiquement affaiblie depuis des mois, à l'ouverture du congrès de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) dont les 1.001 délégués devaient voter dans l'après-midi.
"Je souhaite que nous sortions de ce congrès bien armés, motivés et unis", a-t-elle lancé, alors que la campagne des dernières semaines a avivé les tensions au sein du mouvement.
Tous les délégués se sont levés à son arrivée, et l'ont applaudi plusieurs minutes. Certains tenaient des pancartes oranges sur lesquelles on pouvait lire "Merci cheffe" pour ces 18 années, dans une halle de la foire de Hambourg pleine à craquer.
Trois prétendants briguent le poste, qui est aussi à terme un strapontin pour la chancellerie allemande.
Le ministre de la Santé Jens Spahn étant jugé hors course, le vote devrait se résumer à un duel entre une proche de la chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer ("AKK", 56 ans) qui endosse la ligne centriste de sa mentor, et un rival, Friedrich Merz, 63 ans, partisan d'un net virage à droite après les années de centrisme d'Angela Merkel.
Ce conservateur de la vieille école veut ainsi récupérer les déçus partis voter pour l'extrême droite, en particulier après l'ouverture des portes de l'Allemagne à plus d'un million de réfugiés syriens ou irakiens en 2015 et 2016.
Les sondages prédisent un vote très serré, tant les délégués semblent divisés sur la voie à choisir après Merkel.
Quel que soit l'heureux élu, aucun changement radical de la politique allemande n'est à attendre dans l'immédiat, a assuré Armin Laschet, un poids lourds du parti, la priorité étant de soutenir le gouvernement, dont les premiers mois ont été marqués par des crises à répétition.
"On ne peut plus se permettre de revivre une année comme 2018", a-t-il mis en garde.
Autrefois affectueusement surnommée "Mutti" (Maman) par l'opinion, Angela Merkel a été contrainte fin octobre de renoncer à se représenter à la tête du parti après deux élections régionales très décevantes.
A 64 ans, celle qui dirige depuis treize ans la première économie européenne tient néanmoins à aller jusqu'au bout de son mandat de chancelière, soit jusqu'en 2021.
Chacun des candidats a promis de respecter son souhait. Mais une cohabitation harmonieuse de longue durée avec Friedrich Merz, poussé il y a une décennie hors de la CDU justement par Angela Merkel, paraît difficilement envisageable.
Beaucoup prédisent son départ de la chancellerie dès l'an prochain après les élections européennes de mai si les partis traditionnels sont de nouveau sanctionnés ou au plus tard à l'automne après des scrutins dans trois Länder de l'est du pays, tous bastions de l'extrême droite.
A moins que son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, le parti social-démocrate lui-même en pleine crise, accélère la fin de la chancelière en quittant lui-même le gouvernement.
Friedrich Merz a reçu un soutien précieux en la personne du président de la chambre des députés Wolfgang Schäuble, pour qui son élection "serait ce qu'il y a de mieux pour l'Allemagne".
La CDU est concurrencée sur sa droite par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD, extrême droite) et rongée au centre par les Verts. La formation ne récolte plus avec son allié bavarois CSU que 26 à 28% d'intentions de vote dans les sondages.
Aux législatives de septembre 2017, elle était sortie affaiblie mais avec encore 33% de suffrages.
Tous les prétendants cherchent ainsi leur manière de se démarquer de l'héritage de la chancelière.
En matière de politique migratoire, "AKK" a plaidé pour l'expulsion des Syriens reconnus coupables d'actes criminels, un pas que même le très conservateur ministre de l'Intérieur bavarois Horst Seehofer a exclu de franchir.
Friedrich Merz, lui est allé jusqu'à remettre en cause le droit d'asile. Il a proclamé aussi son intention de "diviser l'AfD par deux" et critiqué indirectement la chancelière d'avoir favorisé la montée de ce parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.