Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington accuse Moscou d'avoir aidé à mettre en scène une attaque chimique en Syrie
Publié dans Libération le 10 - 12 - 2018

Washington a accusé Damas et Moscou d'avoir voulu "saper" un cessez-le-feu fragile dans la province rebelle d'Idleb en Syrie, en propageant la thèse d'une attaque chimique dans la ville d'Alep, conduite selon le régime de Bachar al-Assad par des "groupes de l'opposition".
Washington assure au contraire que c'est le régime syrien qui a utilisé des gaz lacrymogènes à l'encontre de civils le 24 novembre, pour faire croire à l'idée d'une attaque au chlore menée par les rebelles, a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, Robert Palladino, dans un communiqué.
Le ministère de la Défense russe avait assuré que des rebelles avaient lancé des grenades contenant du chlore dans la ville d'Alep, tenue par les forces gouvernementales. Les médias syriens avaient rapporté qu'une centaine de personnes étaient hospitalisées pour des difficultés respiratoires.
Washington a déclaré avoir des "informations crédibles" montrant que ce récit était faux.
"Les Etats-Unis sont très préoccupés du fait que des responsables pro-régime ont gardé le contrôle du site de l'attaque dans sa suite immédiate, leur permettant potentiellement de fabriquer des échantillons et de contaminer le site avant une enquête en bonne et due forme par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques" (OIAC), a déclaré M. Palladino.
"Nous mettons en garde la Russie et le régime contre toute manipulation du site de l'attaque présumée et les appelons à assurer la sécurité d'inspecteurs impartiaux, indépendants, afin que les responsables puissent rendre des comptes", a-t-il ajouté.
Selon lui, la Russie et la Syrie ont "utilisé" cette attaque présumée "comme une opportunité pour saper la confiance dans le cessez-le-feu d'Idleb", ultime grand bastion de l'opposition au président Bachar al-Assad.
Dans un communiqué similaire, le Royaume-Uni a déclaré qu'il était "très peu probable" que du chlore ait été utilisé ou que l'opposition soit impliquée.
Ces accusations américaines "servent à distraire le public des crimes commis par l'aviation américaine dans l'est de ce pays", a réagi l'ambassade russe à Washington dans un message posté sur Facebook.
Un responsable américain, parlant sous couvert d'anonymat, a expliqué qu'après l'attaque présumée, la Russie et la Syrie avaient immédiatement soulevé les soupçons en communiquant de façon similaire.
Il a également affirmé que des témoins n'avaient pas rapporté d'odeur de chlore caractéristique de telles attaques.
"Des analyses techniques des vidéos et des images de munitions restantes indiquent que les mortiers décrits par les médias russes ne conviennent pas pour le tir de chlore", a-t-il dit.
Les Etats-Unis -- ainsi que d'autres gouvernements occidentaux, l'ONU et des organisations de défense des droits humains-- ont régulièrement accusé le régime syrien d'attaques chimiques.
La Russie avait répondu par des frappes aériennes sur la province d'Idleb, fragilisant cette trêve en vigueur depuis la mi-septembre.
Le 4 avril 2017, une attaque au gaz sarin à Khan Cheikhoun avait fait plus de 80 morts, dont plus de 30 enfants selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. En octobre 2017, les experts de l'ONU et de l'OIAC ont pointé du doigt le régime.
La Russie a rejeté les conclusions des enquêteurs qui ont estimé fin octobre que le régime syrien était responsable de cette attaque au gaz sarin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.