Le Forum Afrique Développement monte en gamme    Garanties mobilières: Le projet de loi adopté    Fonction publique: Nouveau modèle à l'étude    Fintech: Les bons conseils du FMI aux émergents    Le débat sur le changement d'heure reprend    Macron en Afrique de l'Est: Des intérêts stratégiques    Le CESE renouvelle ses instances au titre de l'année 2019    Mettre l'homme africain au cœur du développement et de la protection sociale    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé à Tunis    La réussite de l'entreprise est tributaire de la garantie du bien-être du salarié    Trafic aérien intense à Dakhla à l'occasion du Forum Crans Montana    Les manifestations contre Bouteflika mettent à mal le Polisario    Arlene Foster, la femme qui détient les clefs du Brexit    La Nouvelle-Zélande va durcir sa législation sur les armes    L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie de soutien aux prix    Le Barça se rapproche de la consécration    Mbappé et Di Maria, un duo pour l'unité du Parc    Coupe de la Confédération : "Le Hassania in, le Raja out of Africa"    "Un partenariat novateur au service des compétences"    Pour de jeunes Canadiennes, le cannabis permet d'être une meilleure mère    Insolite : Selfie imprudent    Aziz Samsaoui, l'ambassadeur de la musique arabo-andalouse en Espagne    "Kilikis, la cité des hiboux" remporte le prix du meilleur film étranger au Canada    Captain Marvel commande toujours le box-office    Crash d'Ethiopian Airlines. Le P-DG de Boeing réagit    SIDA. Un programme ciblant les jeunes, les femmes et les migrants    Agressions sexuelles : Koffi Olomidé condamné à deux ans de prison    La Tribune de Nas : Vers une finale Leo/Cris ?    Flexibilité du dirham : Les objectifs de la première phase pleinement atteints    Message royal au 5e Forum Crans Montana de Dakhla    Digitalisation: C'est maintenant ou jamai!    Fès : Sous l'effet de l'alcool, un marchand ambulant tue son ami    El Jadida: 8 ans de réclusion criminelle pour un tailleur pédophile    Tétouan : Un jeu de hasard qui finit dans le sang    IB Maroc passe au rouge    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad se qualifie haut la main en quarts de finale    Le PPS condamne vigoureusement l'attaque terroriste de deux mosquées en Nouvelle Zélande    La porte du souk hebdomadaire d'El Aroui inscrite au patrimoine national    Point de vue : «Terrasses en Scènes» de Morocco l'Ghedd !    «A la croisée des chemins» de Youssef Douieb à la galerie Nadar de Casablanca    Maroc-Argentine. Messi sera de la partie    37ème Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie à Marrakech : Rachid Talbi Alami désigné nouveau président    Bank Al-Maghrib, the limitations of an accommodative monetary policy    « Lumières Marocaines », Fouad Laroui rend hommage à l'art contemporain marocain    Les Marocains s'illustrent aux Special Olympics d'Abu Dhabi    Fiscalité, AMO… La corporation des cliniques privées fait le point    18 FICAM®: L'Espagne à l'honneur    UMT : Miloudi Moukharik rempile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Pacte mondial sur la migration, une réponse commune à un défi global
Publié dans Libération le 10 - 12 - 2018

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui sera formellement approuvé lors de la conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech les 10 et 11 décembre, se veut une feuille de route commune pour répondre au défi global de la migration, en faisant de ce phénomène mondial un facteur de prospérité, d'innovation et de développement durable pour tous.
Ce texte, aboutissement d'un processus ouvert par la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants du 19 décembre 2016 votée à l'unanimité par l'Assemblée générale des Nations unies, a pour objectif principal d'optimiser l'ensemble des avantages de la migration, tout en tenant compte des risques et des difficultés auxquels elle donne lieu pour les individus et les communautés des pays d'origine, de transit et de destination.
Partant du principe qu'aucun pays ne peut seul relever les défis de la migration, ni en saisir les occasions compte tenu du caractère transnational de ce phénomène mondial, le pacte favorise une coopération internationale en la matière pour faciliter des migrations sûres, ordonnées et régulières, tout en réduisant l'incidence et les répercussions négatives de la migration irrégulière.
Reposant sur un ensemble de principes directeurs transversaux et interdépendants tels le développement durable, les droits de l'Homme, la prise en compte de la problématique femmes-hommes et l'adaptation aux besoins de l'enfant, le document invite les signataires, à travers 23 objectifs, à garantir aux migrants l'accès aux services de base, à favoriser des pratiques de recrutement justes et éthiques tout en leur assurant les conditions d'un travail décent et à doter tous les migrants d'une preuve d'identité légale et de papiers adéquats, et ce afin de garantir des procédures migratoires rigoureuses, des services efficaces et une meilleure sécurité publique.
S'il favorise l'inclusion financière des migrants, le texte n'appelle cependant pas à l'installation permanente des migrants dans les sociétés d'accueil. En effet, le Pacte mondial sur la migration prévoit de lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d'origine, en créant des conditions politiques, économiques, sociales et environnementales permettant aux individus de vivre dans leur propre pays sans violence, de manière productive et dans des conditions viables.
Il propose également aux signataires, à terme et dans le respect des droits de l'Homme, de coopérer en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration au sein de leur pays d'origine de façon durable, tout en veillant à créer les conditions propices à la sécurité personnelle, à l'émancipation économique, à l'inclusion et à la cohésion sociale dans les communautés.
Par ailleurs, le Pacte mondial sur la migration vise à étoffer la base de données factuelles sur les migrations internationales en améliorant, par des investissements adéquats, la collecte, l'analyse et la dissémination de données précises, fiables et comparables afin d'orienter l'élaboration de politiques cohérentes en termes de migration, fondées sur la connaissance des faits, et de fournir dans les meilleurs délais des informations exactes à toutes les étapes de la migration.
L'amélioration de l'information, couplée au renforcement de l'analyse conjointe concernant les catastrophes naturelles, les effets néfastes des changements climatiques et la dégradation de l'environnement, permettront aux pays signataires de mieux visualiser et comprendre les mouvements migratoires, pour parvenir à améliorer l'anticipation et la prédictibilité de ces flux.
En outre, pour évaluer les progrès des pays signataires au niveau local, national et régional, les Nations unies mettront en place un système de suivi, notamment à travers le Forum d'examen des migrations internationales qui se tiendra tous les quatre ans à partir de 2022 et qui sera ainsi la principale structure intergouvernementale permettant aux Etats signataires de débattre et de s'informer de leurs progrès respectifs.
Bien que porteur de nombre de résolutions pour inculquer de l'ordre aux mouvements transfrontaliers afin qu'ils soient moins chaotiques et moins problématiques pour les gouvernements, le Pacte mondial demeure néanmoins un cadre de coopération juridiquement non contraignant qui réaffirme le droit souverain des Etats de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.