10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Pacte mondial sur la migration, une réponse commune à un défi global
Publié dans Libération le 10 - 12 - 2018

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui sera formellement approuvé lors de la conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech les 10 et 11 décembre, se veut une feuille de route commune pour répondre au défi global de la migration, en faisant de ce phénomène mondial un facteur de prospérité, d'innovation et de développement durable pour tous.
Ce texte, aboutissement d'un processus ouvert par la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants du 19 décembre 2016 votée à l'unanimité par l'Assemblée générale des Nations unies, a pour objectif principal d'optimiser l'ensemble des avantages de la migration, tout en tenant compte des risques et des difficultés auxquels elle donne lieu pour les individus et les communautés des pays d'origine, de transit et de destination.
Partant du principe qu'aucun pays ne peut seul relever les défis de la migration, ni en saisir les occasions compte tenu du caractère transnational de ce phénomène mondial, le pacte favorise une coopération internationale en la matière pour faciliter des migrations sûres, ordonnées et régulières, tout en réduisant l'incidence et les répercussions négatives de la migration irrégulière.
Reposant sur un ensemble de principes directeurs transversaux et interdépendants tels le développement durable, les droits de l'Homme, la prise en compte de la problématique femmes-hommes et l'adaptation aux besoins de l'enfant, le document invite les signataires, à travers 23 objectifs, à garantir aux migrants l'accès aux services de base, à favoriser des pratiques de recrutement justes et éthiques tout en leur assurant les conditions d'un travail décent et à doter tous les migrants d'une preuve d'identité légale et de papiers adéquats, et ce afin de garantir des procédures migratoires rigoureuses, des services efficaces et une meilleure sécurité publique.
S'il favorise l'inclusion financière des migrants, le texte n'appelle cependant pas à l'installation permanente des migrants dans les sociétés d'accueil. En effet, le Pacte mondial sur la migration prévoit de lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d'origine, en créant des conditions politiques, économiques, sociales et environnementales permettant aux individus de vivre dans leur propre pays sans violence, de manière productive et dans des conditions viables.
Il propose également aux signataires, à terme et dans le respect des droits de l'Homme, de coopérer en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration au sein de leur pays d'origine de façon durable, tout en veillant à créer les conditions propices à la sécurité personnelle, à l'émancipation économique, à l'inclusion et à la cohésion sociale dans les communautés.
Par ailleurs, le Pacte mondial sur la migration vise à étoffer la base de données factuelles sur les migrations internationales en améliorant, par des investissements adéquats, la collecte, l'analyse et la dissémination de données précises, fiables et comparables afin d'orienter l'élaboration de politiques cohérentes en termes de migration, fondées sur la connaissance des faits, et de fournir dans les meilleurs délais des informations exactes à toutes les étapes de la migration.
L'amélioration de l'information, couplée au renforcement de l'analyse conjointe concernant les catastrophes naturelles, les effets néfastes des changements climatiques et la dégradation de l'environnement, permettront aux pays signataires de mieux visualiser et comprendre les mouvements migratoires, pour parvenir à améliorer l'anticipation et la prédictibilité de ces flux.
En outre, pour évaluer les progrès des pays signataires au niveau local, national et régional, les Nations unies mettront en place un système de suivi, notamment à travers le Forum d'examen des migrations internationales qui se tiendra tous les quatre ans à partir de 2022 et qui sera ainsi la principale structure intergouvernementale permettant aux Etats signataires de débattre et de s'informer de leurs progrès respectifs.
Bien que porteur de nombre de résolutions pour inculquer de l'ordre aux mouvements transfrontaliers afin qu'ils soient moins chaotiques et moins problématiques pour les gouvernements, le Pacte mondial demeure néanmoins un cadre de coopération juridiquement non contraignant qui réaffirme le droit souverain des Etats de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.