Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2018

L'Iran a confirmé mardi avoir mené récemment un test de missile, ne montrant aucun signe de vouloir renoncer à ses activités balistiques condamnées par les Occidentaux.
Selon l'agence iranienne Fars, la confirmation de cet essai est venue des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran. "Nous poursuivons nos essais de missiles, et ce (tir) récent fut un test important", a déclaré le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale des Gardiens, cité par cette agence proche des ultraconservateurs. "La réaction américaine montre que ce test était très important pour eux et que cela les a fait pleurer", a ajouté Fars en citant l'officier, selon qui l'Iran mène chaque année 40 à 50 tests de missiles.
Fars ne précise ni la date de l'essai, ni le type de missile testé ce jour-là, mais cite encore le général Hajizadeh affirmant que la réaction des Etats-Unis montre que ceux-ci sont "sous la pression" de l'Iran du fait de ce tir.
Début décembre, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait dénoncé ce qu'il avait qualifié de nouvel essai iranien d'un "missile balistique de moyenne portée capable de transporter plusieurs ogives" et "de frapper certaines régions d'Europe et partout au Moyen-Orient".
Condamnant elles aussi le tir de missile, la France et la Grande-Bretagne avaient demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la question du programme balistique iranien. Lors de cette réunion, le 4 décembre, les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran, ne sont pas parvenus à obtenir une "condamnation unanime" de ce tir comme une "violation" des engagements iraniens.
Les Américains ne sont pas d'accord avec les Français et les Britanniques sur la façon dont il convient de qualifier les tirs d'essai de missiles balistiques iraniens.
Pour les Etats-Unis, ces tirs sont une "violation" de la résolution 2231 du Conseil de sécurité ayant endossé l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en juillet 2015 à Vienne, dénoncé unilatéralement par Washington en mai.
Paris et Londres, de leur côté, ne considèrent pas ces essais comme une violation de la 2231 : elles les jugent "non conformes" à cette résolution, estimant qu'ils relèvent de la "provocation". La question des essais de missiles de la République islamique empoisonne les relations entre l'Iran et les Occidentaux depuis des années.
Aux termes de la résolution 2231, "l'Iran est tenu de ne mener aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des charges nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques".
Téhéran, qui assure n'avoir aucune intention de se doter de l'arme nucléaire, répète inlassablement que ses projets de conception et de production de missiles relèvent de "la dissuasion" et qu'ils procèdent d'un "programme défensif du pays qui ne (peut) pas être arrêté", ainsi que l'a récemment rappelé le ministère des Affaires étrangères.
Selon un diplomate occidental, il y a "depuis le départ un malentendu assumé des deux côtés" entre Occidentaux et Iraniens sur la question des missiles.
Les premiers s'inquiètent de la "menace" que l'Iran ferait peser au Moyen-Orient du fait de son influence jugée par eux "déstabilisatrice" dans certains conflits (Syrie, Irak) où les intérêts de la République islamique et les leurs apparaissent antagonistes.
Pour les seconds, qui ne cessent de dénoncer les "complots" de l'Occident au Moyen-Orient et à la périphérie de l'Iran, les inquiétudes de l'Occident sont infondées puisque l'Iran ne veut agresser personne et ne cherche qu'"à vivre en paix et en sécurité avec le monde" comme l'a dit le président Hassan Rohani.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.