Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2018

L'Iran a confirmé mardi avoir mené récemment un test de missile, ne montrant aucun signe de vouloir renoncer à ses activités balistiques condamnées par les Occidentaux.
Selon l'agence iranienne Fars, la confirmation de cet essai est venue des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran. "Nous poursuivons nos essais de missiles, et ce (tir) récent fut un test important", a déclaré le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale des Gardiens, cité par cette agence proche des ultraconservateurs. "La réaction américaine montre que ce test était très important pour eux et que cela les a fait pleurer", a ajouté Fars en citant l'officier, selon qui l'Iran mène chaque année 40 à 50 tests de missiles.
Fars ne précise ni la date de l'essai, ni le type de missile testé ce jour-là, mais cite encore le général Hajizadeh affirmant que la réaction des Etats-Unis montre que ceux-ci sont "sous la pression" de l'Iran du fait de ce tir.
Début décembre, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait dénoncé ce qu'il avait qualifié de nouvel essai iranien d'un "missile balistique de moyenne portée capable de transporter plusieurs ogives" et "de frapper certaines régions d'Europe et partout au Moyen-Orient".
Condamnant elles aussi le tir de missile, la France et la Grande-Bretagne avaient demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la question du programme balistique iranien. Lors de cette réunion, le 4 décembre, les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran, ne sont pas parvenus à obtenir une "condamnation unanime" de ce tir comme une "violation" des engagements iraniens.
Les Américains ne sont pas d'accord avec les Français et les Britanniques sur la façon dont il convient de qualifier les tirs d'essai de missiles balistiques iraniens.
Pour les Etats-Unis, ces tirs sont une "violation" de la résolution 2231 du Conseil de sécurité ayant endossé l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en juillet 2015 à Vienne, dénoncé unilatéralement par Washington en mai.
Paris et Londres, de leur côté, ne considèrent pas ces essais comme une violation de la 2231 : elles les jugent "non conformes" à cette résolution, estimant qu'ils relèvent de la "provocation". La question des essais de missiles de la République islamique empoisonne les relations entre l'Iran et les Occidentaux depuis des années.
Aux termes de la résolution 2231, "l'Iran est tenu de ne mener aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des charges nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques".
Téhéran, qui assure n'avoir aucune intention de se doter de l'arme nucléaire, répète inlassablement que ses projets de conception et de production de missiles relèvent de "la dissuasion" et qu'ils procèdent d'un "programme défensif du pays qui ne (peut) pas être arrêté", ainsi que l'a récemment rappelé le ministère des Affaires étrangères.
Selon un diplomate occidental, il y a "depuis le départ un malentendu assumé des deux côtés" entre Occidentaux et Iraniens sur la question des missiles.
Les premiers s'inquiètent de la "menace" que l'Iran ferait peser au Moyen-Orient du fait de son influence jugée par eux "déstabilisatrice" dans certains conflits (Syrie, Irak) où les intérêts de la République islamique et les leurs apparaissent antagonistes.
Pour les seconds, qui ne cessent de dénoncer les "complots" de l'Occident au Moyen-Orient et à la périphérie de l'Iran, les inquiétudes de l'Occident sont infondées puisque l'Iran ne veut agresser personne et ne cherche qu'"à vivre en paix et en sécurité avec le monde" comme l'a dit le président Hassan Rohani.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.