Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2018

C'est officiel. Le juge d'instruction, près la Cour d'appel de Fès, a décidé lundi, de poursuivre le député à la deuxième Chambre et dirigeant du PJD Abdelali Hamieddine, dans le cadre de l'affaire de l'étudiant de gauche Mohamed Aït Ljid, connu sous le nom de Benaissa.
Cette décision intervient après la plainte déposée par deux membres de la famille du défunt, Brahim et Lahcen Aït Ljid, représentés par Mes Driss Hadrougui et Jawad Touimi Benjelloun, du barreau de Fès et le rejet par le juge de la requête déposée le lundi 5 mars 2018, par les avocats du mis en cause, qui ont sollicité le classement de ce dossier au motif que le prévenu avait été, déjà, condamné pour les faits qui lui sont reprochés.
Par ailleurs, plusieurs amis et camarades du défunt ont dénoncé l'attitude du ministre d'Etat et ministre des droits de l'Homme Mustapha Ramid, qui a pris la défense du mis en cause. Ils dénoncent ce qu'ils qualifient d'«abus de pouvoir» et d'«outrage à une décision de justice», ce qui est, selon eux, indigne d'un ministre devant normalement défendre les principes des droits humains, et avec en tête le droit à la vie, comme droit sacré.
L'affaire, pour rappel, remonte aux années 90, plus précisément au 25 février 1993, lorsque plusieurs étudiants islamistes avaient intercepté sur la voie publique un taxi transportant Mohamed Aït Ljid et son camarade Haddioui Lkhemmar, seul témoin de ce crime. Le chauffeur du taxi, qui avait déposé son témoignage à l'époque, est décédé par la suite.
Les deux victimes d'une agression impitoyable appartenant à la faction estudiantine de gauche «Qaidiyyines» avaient été évacuées à l'hôpital Ghassani. Le 1er mars 1993, l'un des deux étudiants allait décéder des suites de ses blessures : Mohamed Aït Ljid Benaissa. Comme par hasard, parmi les étudiants qui allaient être arrêtés ce jour-là non loin de la scène du crime, il y avait un certain Abdelali Hamieddine.
Dans le procès-verbal d'instruction, le mis en cause avait alors déclaré à l'époque: «Mes camarades Khaled Cherkaoui et Haddioui Khemmar et moi-même avions eu écho d'un affrontement à la Faculté de droit, et auquel nous avions pris part». Mais la famille du défunt, ses amis et camarades, ont estimé que ce n'était pas la vérité du fait qu'il appartenait à l'une des factions islamistes responsables du meurtre du défunt.
Soulignons qu'un membre du groupe d'Al Adl wa lihsan avait été arrêté dans le cadre de la même affaire, après l'approbation par le Conseil suprême de l'arrêt de la Cour d'appel de Fès, le condamnant à 10 ans de prison ferme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.