Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Football : la Coupe de la Ligue disparaîtra dès la saison prochaine    Brexit : l'UE appelle Londres à négocier sérieusement pour empêcher un « no deal »    Les Clintons à Marrakech pour l'anniversaire du milliardaire marocain Marc Lasry    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Le CESE appelle à accélérer l'éradication de la pratique du mariage d'enfants    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Nador: Arrestation d'un récidiviste pour tentative d'homicide volontaire à l'arme à feu    Affaire Hajar Raissouni: La demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Festival national du théâtre de Tétouan : Lancement de l'appel à candidatures    «Eco-Tire» remporte le prix de l'écocitoyenneté offert par Vivo Energy Maroc    Croissance et Gouvernance!    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Un concours pour créer l'identité visuelle de l'Agence nationale de la sécurité routière    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight    Aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako : Yasmine Hajji s'exprime sur les «Words of world» en installation vidéo    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Le Maroc remporte le prix Cheikh Aissa Al Khalifa d'actions bénévoles    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Divers    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Réélection de Said Naciri à la tête de la Ligue nationale du football professionnel    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne
Publié dans Libération le 18 - 12 - 2018

Les 10 stades utilisés lors de la Coupe du monde 2010 - l'Afrique du Sud est la seule nation africaine à avoir organisé un Mondial -, de Polokwane dans le nord-est à Cape Town dans le sud-ouest sont disponibles. A titre indicatif, seuls six sont requis pour accueillir la première CAN de l'histoire à 24 équipes. En dehors des stades, les infrastructures (hôtelières, routières,...) dont dispose l'Afrique du Sud sont excellentes.
Il s'agit aussi d'un atout majeur de l'Egypte: le président de la Fédération égyptienne, Hany Abou Rida, a annoncé que les stades du Caire, d'Alexandrie, d'Ismaïlia et Suez seraient utilisés. En outre, l'Egypte dispose de deux aéroports internationaux au Caire et à Borj el-Arab, près d'Alexandrie, pour accueillir les joueurs africains. Et le réseau routier permet par exemple de parcourir la distance entre Alexandrie et Le Caire en moins de trois heures.
Les supporters sud-africains sont réputés inconstants et le nombre de spectateurs est généralement faible pour les matches locaux. Une inconnue difficile à anticiper. La situation pourrait encore être durcie par un taux de chômage massif, au-dessus de 25%. Ce qui signifie que de nombreux Sud-Africains ne pourront tout simplement pas s'offrir de billets.
Si les anciens champions d'Afrique réussissent à figurer dans le dernier carré de la compétition, cela pourrait favoriser un engouement et un intérêt accru dans le pays-hôte.
Côté égyptien, la violence sporadique dans les stades, qui concerne généralement les matches locaux, reste un point d'interrogation majeur. En février 2012, au moins 74 personnes, pour la plupart des supporters d'Al-Ahly, étaient mortes dans des heurts au stade de Port-Saïd (nord) après une rencontre entre le club cairote et l'équipe locale d'Al-Masry.
Ces violences avaient conduit à l'interdiction aux supporters d'assister aux matches. La mesure a été par la suite assouplie, puis d'autres violences ont eu lieu. Mais la fédération égyptienne a décidé en 2018 de permettre leur retour progressif.
La criminalité est un fléau plus que jamais en expansion en Afrique du Sud, où les meurtres font plus de 50 victimes quotidiennes, en moyenne.
L'éventuelle organisation de la CAN pour la première fois depuis la révolte de 2011, qui avait provoqué la chute du régime d'Hosni Moubarak, représente un défi pour les forces de sécurité égyptiennes. Depuis l'arrivée au pouvoir en 2014 d'Abdel Fattah al-Sissi, celles-ci maintiennent une féroce répression contre toute forme d'opposition ou de désordre.
Lors de la CAN-2019, prévue du 15 juin au 13 juillet, ce sera l'hiver en Afrique du Sud ! Les températures en soirée seront glaciales. Les nombreux footballeurs africains évoluant en Europe s'en accommoderont. Les spectateurs, un peu moins.
Ce sera exactement l'inverse en Egypte: la CAN doit se dérouler à une période où il fait très chaud, notamment au Caire avec des températures pouvant aller au-delà des 35 degrès. Un problème pour les joueurs...
Plusieurs responsables sud-africains qui ont déjà participé à l'organisation des CAN-1996 et 2013 (cette dernière -déjà- en remplacement de la Libye), ainsi qu'à la Coupe du monde 2010, sont prêts à chapeauter cette nouvelle compétition. De plus, la production télévisuelle sud-africaine est la meilleure du continent, un facteur-clé dans l'organisation d'un événement qui sera suivi au-delà de l'Afrique.
Mais l'Afrique du Sud a créé la polémique lorsqu'elle a soutenu la candidature Canada/Mexique/Etats-Unis pour l'organisation de la Coupe du monde 2026. Cette décision avait été prise sur fond de brouille avec le Maroc, le candidat africain déchu pour le Mondial-2026. Suffisant pour avoir été considérée par certains comme une nation "anti-africaine".
A l'inverse, le président de la Fédération égyptienne a assuré que les Etats arabes du continent devraient soutenir la candidature du pays, qui a déjà organisé la CAN à quatre reprises, dont la dernière en 2006.
Sans compter que le siège de la CAF se trouve au Caire, signe de son influence sur le continent. De quoi lui permettre d'être désigné le 9 janvier 2019 à Dakar (Sénégal)?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.