R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinq morts dans de nouveaux combats entre milices rivales au sud de Tripoli en Libye
Publié dans Libération le 18 - 01 - 2019

Au moins cinq personnes ont été tuées dans de nouveaux combats entre des milices rivales mercredi au sud de la capitale libyenne, faisant voler en éclats un accord de cessez-le-feu conclu en septembre sous l'égide de l'ONU.
Selon un premier bilan du ministère de la Santé à Tripoli, cinq personnes ont été tuées et vingt autres blessées dans ces affrontements.
Les combats ont repris en dépit d'un avertissement de la mission de l'ONU en Libye (Manul) qui a mis en garde contre toute violation de l'accord de trêve de septembre.
Entre fin août et début septembre, des combats opposant des groupes armés venant d'autres villes de l'ouest libyen et des milices tripolitaines ont fait au moins 117 morts et plus de 400 blessés.
Les violences s'étaient arrêtées après un accord de cessez-le-feu conclu sous l'égide de l'ONU.
Mais une milice venue de la ville de Tarhouna (ouest), la "7e brigade", a gardé ses positions depuis au sud de la capitale libyenne, notamment dans le périmètre de l'aéroport de Tripoli situé à 25 km au sud de la capitale et détruit en 2014 dans des violences similaires.
Sur sa page Facebook, la Force de protection de Tripoli, une alliance regroupant les principales milices tripolitaines, a indiqué qu'elle comptait "repousser l'attaque des groupes d'assaillants", car ces derniers "n'ont pas respecté leur engagement de se retirer en dehors des frontières de la zone militaire de Tripoli".
Selon des témoins, des tirs intermittents étaient entendus mercredi au sud de la capitale, où des routes ont été fermées à la circulation.
La Manul a, dans un communiqué, "mis en garde contre toute violation de l'accord de cessez-le-feu conclu les 4 et 9 septembre 2018, qui compromettrait la stabilité de la capitale et, plus important encore, mettrait en danger la vie des civils et de leurs biens".
"Toute partie qui initie une confrontation sera tenue pleinement responsable", a averti la Manul.
Les milices rivales s'adonnent à une lutte d'influence pour dominer la capitale et contrôler les institutions et les richesses du pays, plongé dans le chaos depuis la chute de régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
Les principales milices tripolitaines affirment être loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale, mais cet exécutif peine à imposer son autorité sur ces groupes.
Le pays est divisé avec la présence dans l'Est, d'un cabinet parallèle appuyé par l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Khalifa Haftar.
L'ALN a annoncé parallèlement le même jour avoir lancé une opération militaire pour "purger le sud des groupes terroristes et criminels".
Laissé pour compte par les autorités rivales, le sud libyen est devenu ces dernières années un repaire pour les jihadistes et trafiquants de tout genre, ainsi qu'une plate-forme et un point de transit pour des milliers de migrants venus d'Afrique subsaharienne pour tenter la traversée de la Méditerranée.
Des groupes rebelles tchadiens et soudanais ont profité de ces divisions pour établir leurs bases arrière dans le sud libyen, voisin de leurs pays, et s'y adonner à divers trafics.,,,,,,,,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.