1,2,3, où va l'Algérie ?    Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les hommes aussi : Il n'y a pas que les femmes qui sont victimes de violence conjugale
Publié dans Libération le 18 - 01 - 2019

Une vie conjugale, c'est vivre à deux, pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Et il ne faut pas se leurrer. Dans un sens comme dans l'autre, la violence entre époux existe. Si les femmes violentées sont légion, les hommes n'en sont pas exempts. En effet, la violence contre les hommes est un phénomène de plus en plus inquiétant. Si l'on en croit Abdelfattah Bahjaji, président du Réseau marocain pour la défense des droits de l'Homme, interrogé par ‘'Aujourd'hui le Maroc'', depuis 2008, 24.500 cas d'hommes violentés par leurs femmes ont été recensés sur le territoire national. Pis, entre 2017 (2.500 cas) et 2018 (3.000), les témoignages reçus par l'association seraient significativement en hausse. Et ici, on ne parle que des hommes qui ont courageusement décidé de franchir le pas, ce qui n'est pas toujours aussi simple pour certains. « Bon nombre de victimes qui ne peuvent pas se déplacer pour diverses raisons ou qui préfèrent garder l'anonymat nous contactent par téléphone. En moyenne nous recevons entre 3 et 4 appels d'hommes victimes de violence chaque jour », avance Abdelfattah Bahjaji. Et d'ajouter : « Le nombre d'hommes violentés est beaucoup plus important. Les hommes n'osent pas en parler par honte. Le tabou entourant les hommes victimes de violence conjugale est encore bien ancré dans notre société».
Souvent inaudible donc, cette violence ne concerne pas un genre d'hommes en particulier. Elle frappe, sans distinction, quel que soit l'âge ou le statut social. Toujours d'après les informations relayées par le même média, le Réseau marocain pour la défense des droits de l'Homme indique que les victimes sont âgées de 26 à 75 ans, issues de toutes les catégories socioprofessionnelles. A savoir, des médecins, des commerçants, en passant par des avocats, des instituteurs ou encore des patrons de société, voire des agents d'autorité.
Outre les mobiles qui sont certainement d'ordre sentimental, on apprend également que ces hommes violentés par leurs épouses, ont subi le plus souvent des violences physiques. En revanche, les cas de violence sexuelle sont plutôt rares. Plus précisément, dans 25% des cas, comme l'a révélé le président de ladite association. Dans les faits, les différents témoignages évoquent des coups et blessures en tout genre. A commencer par des hématomes, mais aussi des fractures à multiples endroits. Plus flippant encore, des blessures à l'arme blanche. Sans oublier l'usage d'ustensiles. En fait, dans ce moment où elles ne maîtrisent plus grand-chose, certaines femmes ont recours à tout ce qui leur tombe sous la main.
Si ces chiffres sont largement inférieurs à ceux des femmes victimes de violences conjugales, ils ne peuvent pas pour autant être ignorés. Sans verser dans un stérile discours de victimisation, la réalité est que ce sont des affaires dont on parle peu, même si les hommes battus seraient recensés à hauteur de 800.000 par an aux quatre coins de la planète.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.