Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les hommes aussi : Il n'y a pas que les femmes qui sont victimes de violence conjugale
Publié dans Libération le 18 - 01 - 2019

Une vie conjugale, c'est vivre à deux, pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Et il ne faut pas se leurrer. Dans un sens comme dans l'autre, la violence entre époux existe. Si les femmes violentées sont légion, les hommes n'en sont pas exempts. En effet, la violence contre les hommes est un phénomène de plus en plus inquiétant. Si l'on en croit Abdelfattah Bahjaji, président du Réseau marocain pour la défense des droits de l'Homme, interrogé par ‘'Aujourd'hui le Maroc'', depuis 2008, 24.500 cas d'hommes violentés par leurs femmes ont été recensés sur le territoire national. Pis, entre 2017 (2.500 cas) et 2018 (3.000), les témoignages reçus par l'association seraient significativement en hausse. Et ici, on ne parle que des hommes qui ont courageusement décidé de franchir le pas, ce qui n'est pas toujours aussi simple pour certains. « Bon nombre de victimes qui ne peuvent pas se déplacer pour diverses raisons ou qui préfèrent garder l'anonymat nous contactent par téléphone. En moyenne nous recevons entre 3 et 4 appels d'hommes victimes de violence chaque jour », avance Abdelfattah Bahjaji. Et d'ajouter : « Le nombre d'hommes violentés est beaucoup plus important. Les hommes n'osent pas en parler par honte. Le tabou entourant les hommes victimes de violence conjugale est encore bien ancré dans notre société».
Souvent inaudible donc, cette violence ne concerne pas un genre d'hommes en particulier. Elle frappe, sans distinction, quel que soit l'âge ou le statut social. Toujours d'après les informations relayées par le même média, le Réseau marocain pour la défense des droits de l'Homme indique que les victimes sont âgées de 26 à 75 ans, issues de toutes les catégories socioprofessionnelles. A savoir, des médecins, des commerçants, en passant par des avocats, des instituteurs ou encore des patrons de société, voire des agents d'autorité.
Outre les mobiles qui sont certainement d'ordre sentimental, on apprend également que ces hommes violentés par leurs épouses, ont subi le plus souvent des violences physiques. En revanche, les cas de violence sexuelle sont plutôt rares. Plus précisément, dans 25% des cas, comme l'a révélé le président de ladite association. Dans les faits, les différents témoignages évoquent des coups et blessures en tout genre. A commencer par des hématomes, mais aussi des fractures à multiples endroits. Plus flippant encore, des blessures à l'arme blanche. Sans oublier l'usage d'ustensiles. En fait, dans ce moment où elles ne maîtrisent plus grand-chose, certaines femmes ont recours à tout ce qui leur tombe sous la main.
Si ces chiffres sont largement inférieurs à ceux des femmes victimes de violences conjugales, ils ne peuvent pas pour autant être ignorés. Sans verser dans un stérile discours de victimisation, la réalité est que ce sont des affaires dont on parle peu, même si les hommes battus seraient recensés à hauteur de 800.000 par an aux quatre coins de la planète.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.