Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Sahara Marocain : Guterres nomme Zia Ur Rehman en tant que nouveau commandant de la force de la MINURSO.    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les défis du féminisme africain
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

Le féminisme, en tant que mode de vie, je l'ai découvert chez ma mère, dans un espace qui faisait du pouvoir de la femme et de l'égalité du genre une stratégie de survie et un mécanisme permettant de faire face à l'oppression, et à l'absence d'hommes. J'ai appris le féminisme de ma mère et d'elles : des femmes de la campagne qui n'ont pas bénéficié d'une éducation formelle poussée leur permettant d'utiliser des éléments de langage savant pour décrire leur mode de vie.
La place du féminisme
en Afrique
Le récent article du Dr. Robin Boylorn intitulé «Le féminisme de Mama» décrit de manière poétique sa relation personnelle avec le féminisme. Ses paroles résonnent dans la vie de beaucoup d'entre nous qui comprenons que notre identification au féminisme est complexe. Les femmes qui interprètent notre féminisme comme héritée de membres de la famille qui n'auraient pas nécessairement été qualifiées de féministes ni identifiées en tant que telles, mais dont le mode de vie et son expression constituaient l'épine dorsale de nos féminismes.
Sur notre continent, il est fondamentalement important d'aborder ces idées, dans un environnement où le féminisme est toujours considéré comme non-africain ; où il est demandé aux femmes noires de s'identifier comme noires avant d'être identifiées comme telles par des «patriarches progressistes» qui considèrent le racisme comme une réalité plus importante que la lutte des sexes.
Dans une émission de radio, la semaine dernière, plusieurs hommes ont appelé pour expliquer pourquoi le féminisme n'était pas important ni pertinent en Afrique. Certains ont affirmé qu'il s'appuyait sur des «catégories occidentales», tandis que d'autres cherchaient à justifier l'idée que le mari avait des droits matrimoniaux sur le corps de son épouse, un argument en faveur du viol conjugal dissimulé dans la tradition. Il existe de nombreuses façons bien connues de justifier cet argument, indépendamment de la race, de la classe et de la culture. Ce qu'ils essayaient essentiellement de faire, c'est de dicter les frontières et l'applicabilité du féminisme sans devoir saisir convenablement l'expérience qui est au centre de la raison pour laquelle le féminisme existe.
De nombreuses féministes africaines ont présenté des arguments complexes qui réfutent cette mythologie. Elles montrent comment la culture évolue constamment et doit être soumise à la critique. Et surtout, elles révèlent comment ce genre de critiques patriarcales réduit l'Afrique à un grand pays, en ignorant les nombreuses spécificités locales au sein de ce vaste continent. L'une d'entre elles, en l'occurrence au Kenya, a été récemment mise en avant par Milisuthando Bongela.
L'idée que le féminisme n'a rien à offrir aux femmes africaines repose sur un clivage urbain/rural, qui non seulement dénigre l'intelligence des femmes en dehors des zones urbaines, mais méconnaît également leurs nombreuses pratiques féministes. Faisant écho au Dr. Boylorn, Minna Salami explique: « Les femmes africaines ont toujours trouvé des moyens de résister au patriarcat en manipulant les idées populaires sur la maternité, la religion ou le travail ». A bien des égards, les arguments justifiant la non-africanité du féminisme effacent le combat de nombreuses femmes qui ont défendu leurs droits sur le continent.
Une impérative
contextualisation
du féminisme en Afrique
Explorer les relations entre le féminisme occidental et le féminisme africain est important, mais les arguments avancés ne nous mènent pas loin. Comme Salami le souligne: «Il est également important que les féministes africaines définissent leur propre doctrine idéologique pour le féminisme africain pour que nous puissions aborder les problèmes des femmes africaines».
Le travail de mise en forme de cette doctrine est en cours et a été effectué par de nombreuses femmes, trop nombreuses pour les nommer. Ces femmes qui écrivent sur ce que signifie être femme ici et maintenant, et qui veillent également à ce que celles qui nous ont précédées ne soient pas oubliées. Ce travail ne peut être négligé. Il y a aussi des femmes « de l'ombre » dans différents lieux et contextes, notamment ruraux, qui se battent au quotidien pour l'avancée de leurs droits et remportent des victoires discrètes, hors des projecteurs. Ce sont les femmes sur lesquelles écrit justement Boylorn dans «Le féminisme de Mama». Par ailleurs, d'importantes discussions ont lieu actuellement, et doivent être approfondies sur le sens académique et les frontières du féminisme, car selon lui «le terme est né dans le monde universitaire, dans un environnement qui régit les comportements des individus pour déterminer qui peut ou ne peut pas être féministe et ce que cela veut dire », aura pour conséquence de cadrer le concept en excluant ainsi les femmes qui ne maîtrisent pas encore les codes.
Ceci ne signifie pas que nous ne devrions pas nous interroger sur le féminisme. Mais, nous ne devons pas simplement combattre pour une cause. Nous devons donner du contenu à notre cause sur notre continent. Nous ne devons pas soutenir, par reflexe, toutes les communications. C'est en analysant le contenu des reportages, publications sur Facebook, tweets succincts de 140 caractères, en observant celles qui ont écrit, celles qui écrivent, celles qui parlent, que nous pourrons donner vie à un féminisme qui nous ressemble chez nous. Il faut donc impérativement contextualiser la notion de féminisme pour ne pas construire un modèle de femme étranger à nos valeurs profondes. Ce serait un combat artificiel et vide.
* Analyste pour Africanliberty.org.
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.