Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les défis du féminisme africain
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

Le féminisme, en tant que mode de vie, je l'ai découvert chez ma mère, dans un espace qui faisait du pouvoir de la femme et de l'égalité du genre une stratégie de survie et un mécanisme permettant de faire face à l'oppression, et à l'absence d'hommes. J'ai appris le féminisme de ma mère et d'elles : des femmes de la campagne qui n'ont pas bénéficié d'une éducation formelle poussée leur permettant d'utiliser des éléments de langage savant pour décrire leur mode de vie.
La place du féminisme
en Afrique
Le récent article du Dr. Robin Boylorn intitulé «Le féminisme de Mama» décrit de manière poétique sa relation personnelle avec le féminisme. Ses paroles résonnent dans la vie de beaucoup d'entre nous qui comprenons que notre identification au féminisme est complexe. Les femmes qui interprètent notre féminisme comme héritée de membres de la famille qui n'auraient pas nécessairement été qualifiées de féministes ni identifiées en tant que telles, mais dont le mode de vie et son expression constituaient l'épine dorsale de nos féminismes.
Sur notre continent, il est fondamentalement important d'aborder ces idées, dans un environnement où le féminisme est toujours considéré comme non-africain ; où il est demandé aux femmes noires de s'identifier comme noires avant d'être identifiées comme telles par des «patriarches progressistes» qui considèrent le racisme comme une réalité plus importante que la lutte des sexes.
Dans une émission de radio, la semaine dernière, plusieurs hommes ont appelé pour expliquer pourquoi le féminisme n'était pas important ni pertinent en Afrique. Certains ont affirmé qu'il s'appuyait sur des «catégories occidentales», tandis que d'autres cherchaient à justifier l'idée que le mari avait des droits matrimoniaux sur le corps de son épouse, un argument en faveur du viol conjugal dissimulé dans la tradition. Il existe de nombreuses façons bien connues de justifier cet argument, indépendamment de la race, de la classe et de la culture. Ce qu'ils essayaient essentiellement de faire, c'est de dicter les frontières et l'applicabilité du féminisme sans devoir saisir convenablement l'expérience qui est au centre de la raison pour laquelle le féminisme existe.
De nombreuses féministes africaines ont présenté des arguments complexes qui réfutent cette mythologie. Elles montrent comment la culture évolue constamment et doit être soumise à la critique. Et surtout, elles révèlent comment ce genre de critiques patriarcales réduit l'Afrique à un grand pays, en ignorant les nombreuses spécificités locales au sein de ce vaste continent. L'une d'entre elles, en l'occurrence au Kenya, a été récemment mise en avant par Milisuthando Bongela.
L'idée que le féminisme n'a rien à offrir aux femmes africaines repose sur un clivage urbain/rural, qui non seulement dénigre l'intelligence des femmes en dehors des zones urbaines, mais méconnaît également leurs nombreuses pratiques féministes. Faisant écho au Dr. Boylorn, Minna Salami explique: « Les femmes africaines ont toujours trouvé des moyens de résister au patriarcat en manipulant les idées populaires sur la maternité, la religion ou le travail ». A bien des égards, les arguments justifiant la non-africanité du féminisme effacent le combat de nombreuses femmes qui ont défendu leurs droits sur le continent.
Une impérative
contextualisation
du féminisme en Afrique
Explorer les relations entre le féminisme occidental et le féminisme africain est important, mais les arguments avancés ne nous mènent pas loin. Comme Salami le souligne: «Il est également important que les féministes africaines définissent leur propre doctrine idéologique pour le féminisme africain pour que nous puissions aborder les problèmes des femmes africaines».
Le travail de mise en forme de cette doctrine est en cours et a été effectué par de nombreuses femmes, trop nombreuses pour les nommer. Ces femmes qui écrivent sur ce que signifie être femme ici et maintenant, et qui veillent également à ce que celles qui nous ont précédées ne soient pas oubliées. Ce travail ne peut être négligé. Il y a aussi des femmes « de l'ombre » dans différents lieux et contextes, notamment ruraux, qui se battent au quotidien pour l'avancée de leurs droits et remportent des victoires discrètes, hors des projecteurs. Ce sont les femmes sur lesquelles écrit justement Boylorn dans «Le féminisme de Mama». Par ailleurs, d'importantes discussions ont lieu actuellement, et doivent être approfondies sur le sens académique et les frontières du féminisme, car selon lui «le terme est né dans le monde universitaire, dans un environnement qui régit les comportements des individus pour déterminer qui peut ou ne peut pas être féministe et ce que cela veut dire », aura pour conséquence de cadrer le concept en excluant ainsi les femmes qui ne maîtrisent pas encore les codes.
Ceci ne signifie pas que nous ne devrions pas nous interroger sur le féminisme. Mais, nous ne devons pas simplement combattre pour une cause. Nous devons donner du contenu à notre cause sur notre continent. Nous ne devons pas soutenir, par reflexe, toutes les communications. C'est en analysant le contenu des reportages, publications sur Facebook, tweets succincts de 140 caractères, en observant celles qui ont écrit, celles qui écrivent, celles qui parlent, que nous pourrons donner vie à un féminisme qui nous ressemble chez nous. Il faut donc impérativement contextualiser la notion de féminisme pour ne pas construire un modèle de femme étranger à nos valeurs profondes. Ce serait un combat artificiel et vide.
* Analyste pour Africanliberty.org.
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.