Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Indigo", seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga"
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/29955112-28776504.jpg?v=1548072287" alt=""Indigo", seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga"" title=""Indigo", seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/29955112-28776504.jpg?v=1548072300" alt=""Indigo", seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga"" title=""Indigo", seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga"" width="708" /
"Indigo" de la réalisatrice marocaine Selma Bargach est sélectionné en compétition officielle du 26ème Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), prévu du 23 février au 2 mars. Il s'agit du seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga", la plus prestigieuse récompense de cette grand-messe du 7ème art africain qui a lieu tous les deux ans. Cette édition qui célèbre le Rwanda, invité d'honneur, aura comme thème : "Confronter notre mémoire et forger l'avenir d'un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité".
A la conquête d'un 5ème Etalon de Yennenga, le Maroc est le seul pays à avoir remporté à quatre reprises ce prestigieux prix depuis son institutionnalisation en 1972. En 2015, Hicham Ayouch l'a remporté pour son film ''Fièvres''. Les trois autres ont été gagnés par Souheil Ben Barka en 1973 pour ''Les mille et une mains'', Nabil Ayouch en 2001 pour ''Ali Zaoua'' et Mohamed Mouftakir en 2011 pour ''Pégase''. Outre "Indigo", 19 autres films sont sélectionnés représentant 16 pays. Il s'agit du Mali, Burkina Faso, Tunisie, Tanzanie, Egypte, Ghana, Kenya, Côte d'Ivoire, Cameroun, Mozambique, Soudan, Rwanda, Afrique du Sud, Algérie et Nigeria. Le Burkina Faso, pays hôte, a le plus grand nombre de films retenus (trois), suivi de l'Afrique du Sud et de la Tunisie, qui ont chacune, deux représentants. "Indigo" est le deuxième long-métrage réalisé par Selma Bargach après "La 5ème corde". Il avait reçu, d'ailleurs, le prix du meilleur rôle féminin à la 21ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga.
Notons qu'au programme du FESPACO figurent plusieurs activités, entre autres, le marché international du cinéma et de la télévision africaine, des films de la diaspora africaine et une cinémathèque, outre des publications, un salon VIP et un business-centre qui seront dédiés aux professionnels du cinéma et de l'audiovisuel. Des colloques et des débats sont également prévus autour de différentes thématiques, ainsi que des débats, forums et ateliers de discussions.
Pour rappel, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision a été créé en 1969 à Ouagadougou, à l'initiative d'un groupe de cinéphiles. L'engouement qu'il a engendré auprès du public et des cinéastes africains a permis d'institutionnaliser le FESPACO le 7 janvier 1972. A partir de la 6ème édition, il devient biennal, débutant le dernier samedi de février de chaque année impaire. Cette manifestation vise à favoriser la diffusion de toutes les œuvres du cinéma africain, à permettre les contacts et les échanges entre professionnels du cinéma et de l'audiovisuel, et à contribuer à l'essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d'expression, d'éducation et de conscientisation.
De plus, le FESPACO a également comme rôle d'organiser des projections à but non lucratif pour des zones rurales du Burkina Faso en partenariat avec des ONG, associations, écoles et autres institutions publiques et privées, remplissant ainsi l'objectif de promouvoir le cinéma africain dans les festivals internationaux et d'organiser diverses manifestations autour de ce cinéma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.