Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Sahara Marocain : Guterres nomme Zia Ur Rehman en tant que nouveau commandant de la force de la MINURSO.    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

Le secrétariat provincial de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ-Bernoussi de l'USFP et la section de la Chabiba ittihadia à Sidi Moumen ont organisé récemment une rencontre ouverte à l'occasion de la commémoration de la disparition du leader ittihadi Abderrahim Bouabid.
Placée sous le thème : « Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales : de la lutte pour l'indépendance aux défis de l'unité territoriale », cette rencontre qui a eu lieu au Complexe culturel Abou Inan de Sidi Moumen a été animée par Fatiha Seddas, parlementaire et membre du Bureau politique et Kamal Hachoumy, enseignant-chercheur et membre du Bureau national, en présence notamment de Mohammed Mouhib, membre du Bureau politique de l'USFP, de Abdellah Saibari, secrétaire général de la Chabiba ittihadia et de jeunes des différentes sections de la Chabiba de la région de Casablanca-Settat.
A l'entame de cette rencontre, Said Akrdi, secrétaire de la section du parti et Abdelhak Haddani, secrétaire de la Chabiba de Sidi Moumen ont prononcé des allocutions dans lesquelles ils ont mis l'accent sur le dynamisme du parti et de la Chabiba à Sidi Moumen grâce à la politique d'ouverture au profit de la jeunesse.
Intervenant lors de cette rencontre, Fatiha Seddas a affirmé que le regretté Abderrahim Bouabid a pris part à la bataille de l'indépendance à la fin des années 1930 et dirigé la manifestation du 29 janvier 1944 au cours de laquelle plusieurs martyrs sont tombés sur le champ d'honneur. Il a été condamné à deux ans d'emprisonnement. Il a été également incarcéré à cause de sa position sur la question du Sahara marocain en septembre 1981. Il fut, selon elle, l'un des plus ardents défenseurs de l'édification de l'Etat marocain sur la base de la liberté, de la dignité et de la démocratie, et il a joué un rôle majeur dans toutes les grandes étapes marquantes de l'histoire de notre pays avant et après l'indépendance du Royaume, à la fois en tant que négociateur avec le colonisateur français et comme vice-président du gouvernement et ministre de l'Economie et des Finances du gouvernement Abdellah Ibrahim (1958-1960). « Il fut un modèle de sacrifice et de dévouement aux idéaux du peuple que sont la liberté, la démocratie et la justice sociale », a-t-elle souligné, tout en affirmant qu'Abderrahim Bouabid n'a jamais cherché à occuper un poste de responsabilité, mais il en a décliné plusieurs comme ce fut le cas en 1960 après le limogeage d'Abdellah Ibrahim et l'investiture d'un nouveau gouvernement dirigé par Feu S.M le Roi Mohammed V et Feu S.M Hassan II alors Prince Héritier en tant que vice-président du gouvernement. Et malgré l'insistance de ces deux derniers, les Ittihadis avaient refusé de participer à ce gouvernement et Abderrahim Bouabid a décliné l'offre de prendre en charge le ministère des Affaires étrangères.
Fatiha Seddas a rappelé, à ce propos, la célèbre phrase du leader ittihadi dite à S.M le Roi Hassan II « Je ne suis pas un politicien qui convoite des postes de responsabilité».
Pour sa part, Kamal Hachoumi a affirmé que la question du Sahara marocain a été centrale dans le parcours politique d'Abderrahim Bouabid, tout en soulignant qu'il fut l'un des premiers dirigeants politiques marocains à ne pas être adepte, lors des années 1960, de la soi-disant marocanité de la Mauritanie.
Kamal Hachoumi a également mis l'accent sur l'engagement du leader ittihadi en faveur de la défense de la cause nationale précisant que malgré la répression et la confrontation politique avec l'Etat, il n'a pas hésité à prendre la défense de la marocanité du Sahara au nom de l'Etat marocain.
Il a même été jeté en prison lorsqu'il avait catégoriquement refusé la proposition d'organiser un référendum au Sahara marocain soumise au Sommet de Nairobi en 1981 sans que cette initiative n'ait été adoptée par le peuple marocain par voie référendaire. Durant son procès, Abderrahim Bouabid a déclaré devant le juge du tribunal de Rabat avant le prononcé du jugement : « Mon Dieu, je préfère la prison que de garder le silence et de ne pas dire mon opinion sur une cause nationale vitale ».
Il a pris une position claire et audacieuse sur l'affaire du Sahara en rejetant l'inscription de cette affaire à la demande du Maroc sur la liste des territoires non-autonomes à l'ONU durant les années 60 du siècle passé. Ce fut pour lui, l'une des premières erreurs commises dans l'approche concernant le dossier du Sahara.
Selon Kamal Hachoumi, Abderrahim Bouabid s'était montré réticent à l'organisation de la Marche Verte, car il était favorable à la libération du Sahara marocain par un mouvement populaire, tout en rappelant le fameux communiqué du Comité central de l'USFP qui avait tenu une réunion historique le 4 avril 1976 à Béni-Mellal. Dans ce communiqué, le parti de la Rose avait formulé une proposition audacieuse d'octroi de l'autonomie aux provinces marocaines du Sud, ce qui avait attiré sur l'homme et le parti des réactions violentes allant jusqu'à les accuser de trahison. La proposition du parti était fondée sur le fait que le Sahara a des caractéristiques culturelles et tribales qui imposent à l'Etat marocain une forme différente de traitement politique. L'on peut dire, selon l'intervenant, que cette proposition peut être considérée comme une première attention accordée au concept de régionalisme au Maroc par cet authentique dirigeant politique marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.