Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Contribution du PPS aux assises fiscales    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Trafic de drogue : Arrestation à Tanger d'un Portugais faisant l'objet d'un avis de recherche international    Casablanca : Un inspecteur de police use de son arme pour arrêter un individu qui tentait d'agresser les membres de sa famille    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Kim Jong Un en Russie en quête de l'appui stratégique de Poutine    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Le Barça quasiment champion d'Espagne    CAN 2019 (-23 ans) : Le Maroc qualifié suite à la disqualification de la RD Congo par la CAF    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    L'AFD totalise plus de 400 millions d'euros d'investissements au Maroc    BMCE BOA, première banque au Maroc à soutenir les "Responsible Banking Principles" de UNEP-FI    Branle-bas de combat au ministère de l'Intérieur à l'approche du Ramadan    BAM : Seulement 17% des femmes adultes marocaines ont accès à un compte bancaire…    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Divers    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    Enseignement en français: «Arrêtons de faire diversion, l'avenir du pays est en jeu!»    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    Hervé Renard passe au confessionnal    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

Le secrétariat provincial de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ-Bernoussi de l'USFP et la section de la Chabiba ittihadia à Sidi Moumen ont organisé récemment une rencontre ouverte à l'occasion de la commémoration de la disparition du leader ittihadi Abderrahim Bouabid.
Placée sous le thème : « Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales : de la lutte pour l'indépendance aux défis de l'unité territoriale », cette rencontre qui a eu lieu au Complexe culturel Abou Inan de Sidi Moumen a été animée par Fatiha Seddas, parlementaire et membre du Bureau politique et Kamal Hachoumy, enseignant-chercheur et membre du Bureau national, en présence notamment de Mohammed Mouhib, membre du Bureau politique de l'USFP, de Abdellah Saibari, secrétaire général de la Chabiba ittihadia et de jeunes des différentes sections de la Chabiba de la région de Casablanca-Settat.
A l'entame de cette rencontre, Said Akrdi, secrétaire de la section du parti et Abdelhak Haddani, secrétaire de la Chabiba de Sidi Moumen ont prononcé des allocutions dans lesquelles ils ont mis l'accent sur le dynamisme du parti et de la Chabiba à Sidi Moumen grâce à la politique d'ouverture au profit de la jeunesse.
Intervenant lors de cette rencontre, Fatiha Seddas a affirmé que le regretté Abderrahim Bouabid a pris part à la bataille de l'indépendance à la fin des années 1930 et dirigé la manifestation du 29 janvier 1944 au cours de laquelle plusieurs martyrs sont tombés sur le champ d'honneur. Il a été condamné à deux ans d'emprisonnement. Il a été également incarcéré à cause de sa position sur la question du Sahara marocain en septembre 1981. Il fut, selon elle, l'un des plus ardents défenseurs de l'édification de l'Etat marocain sur la base de la liberté, de la dignité et de la démocratie, et il a joué un rôle majeur dans toutes les grandes étapes marquantes de l'histoire de notre pays avant et après l'indépendance du Royaume, à la fois en tant que négociateur avec le colonisateur français et comme vice-président du gouvernement et ministre de l'Economie et des Finances du gouvernement Abdellah Ibrahim (1958-1960). « Il fut un modèle de sacrifice et de dévouement aux idéaux du peuple que sont la liberté, la démocratie et la justice sociale », a-t-elle souligné, tout en affirmant qu'Abderrahim Bouabid n'a jamais cherché à occuper un poste de responsabilité, mais il en a décliné plusieurs comme ce fut le cas en 1960 après le limogeage d'Abdellah Ibrahim et l'investiture d'un nouveau gouvernement dirigé par Feu S.M le Roi Mohammed V et Feu S.M Hassan II alors Prince Héritier en tant que vice-président du gouvernement. Et malgré l'insistance de ces deux derniers, les Ittihadis avaient refusé de participer à ce gouvernement et Abderrahim Bouabid a décliné l'offre de prendre en charge le ministère des Affaires étrangères.
Fatiha Seddas a rappelé, à ce propos, la célèbre phrase du leader ittihadi dite à S.M le Roi Hassan II « Je ne suis pas un politicien qui convoite des postes de responsabilité».
Pour sa part, Kamal Hachoumi a affirmé que la question du Sahara marocain a été centrale dans le parcours politique d'Abderrahim Bouabid, tout en soulignant qu'il fut l'un des premiers dirigeants politiques marocains à ne pas être adepte, lors des années 1960, de la soi-disant marocanité de la Mauritanie.
Kamal Hachoumi a également mis l'accent sur l'engagement du leader ittihadi en faveur de la défense de la cause nationale précisant que malgré la répression et la confrontation politique avec l'Etat, il n'a pas hésité à prendre la défense de la marocanité du Sahara au nom de l'Etat marocain.
Il a même été jeté en prison lorsqu'il avait catégoriquement refusé la proposition d'organiser un référendum au Sahara marocain soumise au Sommet de Nairobi en 1981 sans que cette initiative n'ait été adoptée par le peuple marocain par voie référendaire. Durant son procès, Abderrahim Bouabid a déclaré devant le juge du tribunal de Rabat avant le prononcé du jugement : « Mon Dieu, je préfère la prison que de garder le silence et de ne pas dire mon opinion sur une cause nationale vitale ».
Il a pris une position claire et audacieuse sur l'affaire du Sahara en rejetant l'inscription de cette affaire à la demande du Maroc sur la liste des territoires non-autonomes à l'ONU durant les années 60 du siècle passé. Ce fut pour lui, l'une des premières erreurs commises dans l'approche concernant le dossier du Sahara.
Selon Kamal Hachoumi, Abderrahim Bouabid s'était montré réticent à l'organisation de la Marche Verte, car il était favorable à la libération du Sahara marocain par un mouvement populaire, tout en rappelant le fameux communiqué du Comité central de l'USFP qui avait tenu une réunion historique le 4 avril 1976 à Béni-Mellal. Dans ce communiqué, le parti de la Rose avait formulé une proposition audacieuse d'octroi de l'autonomie aux provinces marocaines du Sud, ce qui avait attiré sur l'homme et le parti des réactions violentes allant jusqu'à les accuser de trahison. La proposition du parti était fondée sur le fait que le Sahara a des caractéristiques culturelles et tribales qui imposent à l'Etat marocain une forme différente de traitement politique. L'on peut dire, selon l'intervenant, que cette proposition peut être considérée comme une première attention accordée au concept de régionalisme au Maroc par cet authentique dirigeant politique marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.