Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les péripéties d'une histoire sans issue
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2019

Les histoires d'enfance sont si particulières qu'elles ne se ressemblent jamais, bien qu'elles s'inspirent souvent de la réalité. L'histoire du petit Abdellah est la preuve de cette mémoire qui s'attache aux détails et aux images. «Un rude parcours sans issue de secours» est un récit en français, de son auteur Abdellah Mastass.
Paru fin 2018, ce livre présente une couverture où l'on découvre deux images et deux textes. D'une part, en médaillon, le portrait de l'auteur avec un prolongement sur son nom et prénom et au milieu le titre en majuscule, pour donner toute l'importance aux mots écrits avec une image qui occupe les deux tiers de la page, et où deux écoliers se donnent la réplique, l'un ne trouve aucun obstacle à son parcours et l'ascension sur les escaliers paraît bien balisée, alors que le second peine à trouver le chemin des escaliers et reste en bas à regarder son vis-à-vis en train de creuser son bonhomme de chemin. La messe est dite !
Détrompons-nous. Le récit n'est pas uniquement une dénonciation de l'état de l'enseignement au pays, à une période donnée, mais aussi un voyage heureux dans un pays, un terroir et un amour premier : Gzenaya Situé sur les hautes montagnes du Rif, le village est ici chanté, aimé, chéri… le beau paysage, la belle nature, les belles hauteurs, les arbres verdoyants et la vue splendide. Un sentiment évoqué dans la dédicace puisqu'il lui réserve une demi-page, au grand bonheur des petites gens qu'on appelle en amazigh : Igzenayn. « Cette terre qui a noyé mon émotivité dans la nostalgie incurable de ses collines, ses vallées, ses rivières, ses mottes et ses pierres », lit-on.
Et pour ancrer cet attachement à « cette terre », Abdellah Mastass s'efforce aussi de rafraîchir la mémoire en usant d'une toponymie révélatrice de cette amazighité du terroir : Ihammouthan, Izammouran, Tizi Ousli, Aknoul Ajdir, et bien évidemment Gzenaya. Et dans un style autobiographique manifeste, avec un « je » fort présent, sinon omniprésent, il décrit aussi ses quotidiens : « Je faisais du ski », « je m'allongeais », « j'ai appris à conduire », « je jouais »… mais pas seulement L'on s'arrête aussi sur un « on » collectif mais jamais impersonnel, puisque le pronom renvoie à un « nous » familial ou collégial : «Notre immunité », « notre vie simple », «nos espoirs et notre force morale »…
A l'opposé de tout un tableau plutôt gai et agréable, l'auteur ne pouvait cacher son désarroi et sa colère par rapport à la condition d'une vie détériorée, marquée par l'indigence, la misère et moult souffrances, liant le passé de l'écolier qu'il était, au présent des jeunes Rifains d'aujourd'hui, en évoquant au passage l'histoire d'un Hirak assez houleux. Accuser, dénoncer et condamner … trois actes de la part d'un auteur qui aurait pu se contenter d'une description et offrir toute la latitude critique à l'intelligence de ses lecteurs !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.