Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Sahara Marocain : Guterres nomme Zia Ur Rehman en tant que nouveau commandant de la force de la MINURSO.    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les péripéties d'une histoire sans issue
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2019

Les histoires d'enfance sont si particulières qu'elles ne se ressemblent jamais, bien qu'elles s'inspirent souvent de la réalité. L'histoire du petit Abdellah est la preuve de cette mémoire qui s'attache aux détails et aux images. «Un rude parcours sans issue de secours» est un récit en français, de son auteur Abdellah Mastass.
Paru fin 2018, ce livre présente une couverture où l'on découvre deux images et deux textes. D'une part, en médaillon, le portrait de l'auteur avec un prolongement sur son nom et prénom et au milieu le titre en majuscule, pour donner toute l'importance aux mots écrits avec une image qui occupe les deux tiers de la page, et où deux écoliers se donnent la réplique, l'un ne trouve aucun obstacle à son parcours et l'ascension sur les escaliers paraît bien balisée, alors que le second peine à trouver le chemin des escaliers et reste en bas à regarder son vis-à-vis en train de creuser son bonhomme de chemin. La messe est dite !
Détrompons-nous. Le récit n'est pas uniquement une dénonciation de l'état de l'enseignement au pays, à une période donnée, mais aussi un voyage heureux dans un pays, un terroir et un amour premier : Gzenaya Situé sur les hautes montagnes du Rif, le village est ici chanté, aimé, chéri… le beau paysage, la belle nature, les belles hauteurs, les arbres verdoyants et la vue splendide. Un sentiment évoqué dans la dédicace puisqu'il lui réserve une demi-page, au grand bonheur des petites gens qu'on appelle en amazigh : Igzenayn. « Cette terre qui a noyé mon émotivité dans la nostalgie incurable de ses collines, ses vallées, ses rivières, ses mottes et ses pierres », lit-on.
Et pour ancrer cet attachement à « cette terre », Abdellah Mastass s'efforce aussi de rafraîchir la mémoire en usant d'une toponymie révélatrice de cette amazighité du terroir : Ihammouthan, Izammouran, Tizi Ousli, Aknoul Ajdir, et bien évidemment Gzenaya. Et dans un style autobiographique manifeste, avec un « je » fort présent, sinon omniprésent, il décrit aussi ses quotidiens : « Je faisais du ski », « je m'allongeais », « j'ai appris à conduire », « je jouais »… mais pas seulement L'on s'arrête aussi sur un « on » collectif mais jamais impersonnel, puisque le pronom renvoie à un « nous » familial ou collégial : «Notre immunité », « notre vie simple », «nos espoirs et notre force morale »…
A l'opposé de tout un tableau plutôt gai et agréable, l'auteur ne pouvait cacher son désarroi et sa colère par rapport à la condition d'une vie détériorée, marquée par l'indigence, la misère et moult souffrances, liant le passé de l'écolier qu'il était, au présent des jeunes Rifains d'aujourd'hui, en évoquant au passage l'histoire d'un Hirak assez houleux. Accuser, dénoncer et condamner … trois actes de la part d'un auteur qui aurait pu se contenter d'une description et offrir toute la latitude critique à l'intelligence de ses lecteurs !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.