Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Algérie    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé lundi qu'elle allait retourner discuter avec Bruxelles pour sauver son accord de Brexit rejeté par les députés, auxquels elle n'a pas offert le plan alternatif qu'ils exigeaient.
"Je vais continuer à m'entretenir avec mes collègues cette semaine, dont le DUP (parti nord-irlandais, ndlr)," sur la question du "filet de sécurité" censé empêcher le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande, a déclaré la cheffe du gouvernement devant la Chambre des communes.
"Et je présenterai les conclusions de ces discussions à l'UE", a ajouté la dirigeante conservatrice.
Ce dispositif, critiqué dans la majorité comme dans l'opposition, prévoit une union douanière entre le Royaume-Uni et l'UE, avec en sus, pour la province britannique d'Irlande du Nord, un alignement sur certaines réglementations européennes en matière sanitaire et de taxes. Il n'entrerait en vigueur qu'à défaut d'autre solution à l'issue d'une période de transition.
Malgré les attentes, Theresa May s'est pour le reste contentée d'annoncer un changement de méthode -- un gouvernement "plus ouvert et plus inclusif dans la manière d'associer le Parlement" -- et le maintien des "protections les plus fortes possibles" relatives aux droits des travailleurs et à l'environnement après la sortie de l'Union européenne.
Surtout, elle a répété son refus d'organiser un second référendum ou de repousser la date du Brexit, toujours fixée au 29 mars. Elle a par contre maintenu sur la table le scénario d'un "no deal", que l'opposition lui demande d'abandonner.
Ces déclarations ont été jugées "encourageantes" par les députés du DUP, parti unioniste allié de Mme May, mais ont provoqué la colère de l'opposition. Le leader travailliste Jeremy Corbyn a jugé que Mme May n'avait pas pris la mesure de son échec de mardi dernier, quand son accord de divorce négocié avec Bruxelles a été écarté par 432 voix contre 202, soit la plus écrasante défaite enregistrée par un gouvernement dans l'histoire du Parlement britannique.
"La Première ministre est dans un déni total", a taclé le chef du Labour, qui a réclamé, sans succès, qu'elle explicite les "concessions" qu'elle souhaite obtenir des dirigeants de l'UE.
Ces derniers ont répété lundi qu'ils refusaient de rouvrir les négociations.
"La garantie du filet de sécurité (appelé "backstop" en anglais: ndlr) a été convenue avec le gouvernement britannique, et je pense que c'est le meilleur accord possible à l'heure actuelle", a déclaré le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, à la chaîne irlandaise RTE.
Plusieurs ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont abondé: "Pourquoi (renégocier)? Vous voulez que l'UE soit un plus grand perdant que le Royaume-Uni ?", a estimé le Slovaque Miroslav Lajcak.
Seul le ministre polonais des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz a semblé se désolidariser de la position des 27, suggérant de limiter le "filet de sécurité" à cinq ans, dans un entretien avec le quotidien polonais Rzeczpospolita.
"Ce serait évidemment moins favorable pour l'Irlande mais bien plus avantageux qu'un Brexit sans accord", a-t-il plaidé.
Theresa May a immédiatement rebondi sur cette déclaration, se déclarant "impatiente de l'explorer plus en détail".
Mais le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney, l'a lui immédiatement écartée.
"C'était probablement une tentative d'aider. La Pologne a plus de citoyens au Royaume-Uni que n'importe quel autre Etat membre, plus que l'Irlande même. Mais je ne pense pas que son intervention reflète la pensée de l'UE", a-t-il souligné de Bruxelles, en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE.
"Il est temps que Bruxelles et le gouvernement irlandais en particulier comprennent que le +backstop+ est le principal obstacle", a réagi la député européenne du DUP Diane Dodds, qui a jugé la proposition polonaise "constructive". "Des modifications substantielles et juridiquement contraignantes sont nécessaires pour parvenir à un accord", a-t-elle réclamé.
Face à ce qu'ils dénoncent comme "l'intransigeance" de Mme May, plusieurs groupes de députés ont prévu de tenter de court-circuiter le gouvernement en déposant des amendements pour éviter un "no deal" ou reporter la date de sortie. Ces amendements seront soumis au vote le 29 janvier.
Downing Street a qualifié ces projets d'"extrêmement inquiétants".
Le ministre britannique du Commerce extérieur, Liam Fox, a mis en garde contre le risque de "tsunami politique" si les députés ne respectaient pas le résultat du référendum de juin 2016.
Par ailleurs, le FMI a appelé lundi Britanniques et Européens à mettre fin "impérativement" aux incertitudes entourant le Brexit, estimant que cette situation avait déjà pesé sur les investissements au Royaume-Uni.
"Il est impératif que les dirigeants politiques mettent rapidement un terme à cette incertitude" sur le Brexit, a déclaré la nouvelle cheffe économiste du Fonds monétaire international (FMI), Gita Gopinath, lors d'une conférence en amont du World Economic Forum (WEF) à Davos.
"Nous avons déjà perçu les effets négatifs de cette incertitude dans les investissements britanniques", a-t-elle ajouté, rappelant des chiffres publiés en novembre par le Fonds sur l'impact d'un Brexit sans accord pour le Royaume-Uni.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.