Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé lundi qu'elle allait retourner discuter avec Bruxelles pour sauver son accord de Brexit rejeté par les députés, auxquels elle n'a pas offert le plan alternatif qu'ils exigeaient.
"Je vais continuer à m'entretenir avec mes collègues cette semaine, dont le DUP (parti nord-irlandais, ndlr)," sur la question du "filet de sécurité" censé empêcher le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande, a déclaré la cheffe du gouvernement devant la Chambre des communes.
"Et je présenterai les conclusions de ces discussions à l'UE", a ajouté la dirigeante conservatrice.
Ce dispositif, critiqué dans la majorité comme dans l'opposition, prévoit une union douanière entre le Royaume-Uni et l'UE, avec en sus, pour la province britannique d'Irlande du Nord, un alignement sur certaines réglementations européennes en matière sanitaire et de taxes. Il n'entrerait en vigueur qu'à défaut d'autre solution à l'issue d'une période de transition.
Malgré les attentes, Theresa May s'est pour le reste contentée d'annoncer un changement de méthode -- un gouvernement "plus ouvert et plus inclusif dans la manière d'associer le Parlement" -- et le maintien des "protections les plus fortes possibles" relatives aux droits des travailleurs et à l'environnement après la sortie de l'Union européenne.
Surtout, elle a répété son refus d'organiser un second référendum ou de repousser la date du Brexit, toujours fixée au 29 mars. Elle a par contre maintenu sur la table le scénario d'un "no deal", que l'opposition lui demande d'abandonner.
Ces déclarations ont été jugées "encourageantes" par les députés du DUP, parti unioniste allié de Mme May, mais ont provoqué la colère de l'opposition. Le leader travailliste Jeremy Corbyn a jugé que Mme May n'avait pas pris la mesure de son échec de mardi dernier, quand son accord de divorce négocié avec Bruxelles a été écarté par 432 voix contre 202, soit la plus écrasante défaite enregistrée par un gouvernement dans l'histoire du Parlement britannique.
"La Première ministre est dans un déni total", a taclé le chef du Labour, qui a réclamé, sans succès, qu'elle explicite les "concessions" qu'elle souhaite obtenir des dirigeants de l'UE.
Ces derniers ont répété lundi qu'ils refusaient de rouvrir les négociations.
"La garantie du filet de sécurité (appelé "backstop" en anglais: ndlr) a été convenue avec le gouvernement britannique, et je pense que c'est le meilleur accord possible à l'heure actuelle", a déclaré le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, à la chaîne irlandaise RTE.
Plusieurs ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont abondé: "Pourquoi (renégocier)? Vous voulez que l'UE soit un plus grand perdant que le Royaume-Uni ?", a estimé le Slovaque Miroslav Lajcak.
Seul le ministre polonais des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz a semblé se désolidariser de la position des 27, suggérant de limiter le "filet de sécurité" à cinq ans, dans un entretien avec le quotidien polonais Rzeczpospolita.
"Ce serait évidemment moins favorable pour l'Irlande mais bien plus avantageux qu'un Brexit sans accord", a-t-il plaidé.
Theresa May a immédiatement rebondi sur cette déclaration, se déclarant "impatiente de l'explorer plus en détail".
Mais le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney, l'a lui immédiatement écartée.
"C'était probablement une tentative d'aider. La Pologne a plus de citoyens au Royaume-Uni que n'importe quel autre Etat membre, plus que l'Irlande même. Mais je ne pense pas que son intervention reflète la pensée de l'UE", a-t-il souligné de Bruxelles, en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE.
"Il est temps que Bruxelles et le gouvernement irlandais en particulier comprennent que le +backstop+ est le principal obstacle", a réagi la député européenne du DUP Diane Dodds, qui a jugé la proposition polonaise "constructive". "Des modifications substantielles et juridiquement contraignantes sont nécessaires pour parvenir à un accord", a-t-elle réclamé.
Face à ce qu'ils dénoncent comme "l'intransigeance" de Mme May, plusieurs groupes de députés ont prévu de tenter de court-circuiter le gouvernement en déposant des amendements pour éviter un "no deal" ou reporter la date de sortie. Ces amendements seront soumis au vote le 29 janvier.
Downing Street a qualifié ces projets d'"extrêmement inquiétants".
Le ministre britannique du Commerce extérieur, Liam Fox, a mis en garde contre le risque de "tsunami politique" si les députés ne respectaient pas le résultat du référendum de juin 2016.
Par ailleurs, le FMI a appelé lundi Britanniques et Européens à mettre fin "impérativement" aux incertitudes entourant le Brexit, estimant que cette situation avait déjà pesé sur les investissements au Royaume-Uni.
"Il est impératif que les dirigeants politiques mettent rapidement un terme à cette incertitude" sur le Brexit, a déclaré la nouvelle cheffe économiste du Fonds monétaire international (FMI), Gita Gopinath, lors d'une conférence en amont du World Economic Forum (WEF) à Davos.
"Nous avons déjà perçu les effets négatifs de cette incertitude dans les investissements britanniques", a-t-elle ajouté, rappelant des chiffres publiés en novembre par le Fonds sur l'impact d'un Brexit sans accord pour le Royaume-Uni.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.