HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international
Publié dans Libération le 16 - 02 - 2019

Les accords de pêche et agricole conclus entre le Maroc et l'Union européenne (UE) adoptés par toutes les instances européennes, sont «compatibles avec le droit international», a souligné, jeudi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.
Le Maroc a travaillé pour faire adapter les deux accords aux observations qui ont été faites à ce sujet, a dit le ministre lors d'une conférence de presse avec le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell.
Avant leur adoption par le Conseil et le Parlement européens, des «examens juridiques préalables ont été faits par les services juridiques du Conseil qui ont confirmé que les ajustements apportés rendent ces accords compatibles avec le droit international et les exigences de la Cour européenne», a tenu à préciser Nasser Bourita.
Dans ce sens, il a qualifié de «manœuvres politiques» le recours à la Cour européenne des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume.
«Nous sommes confiants que ce qu'a fait le Maroc et l'UE dans les différentes institutions européennes (Commission, Conseil et Parlement) va immuniser ce partenariat et renforcer ces accords», a insisté le chef de la diplomatie marocaine, assurant que les Etats membres et les députés ayant voté en faveur de ces accords «ne peuvent en aucun cas agir contre le droit international».
En dépit des manœuvres et des agissements, «le Maroc et l'UE sont prêts à défendre leur partenariat», a affirmé Nasser Bourita.
Revenant sur la question migratoire, le ministre a indiqué qu'il s'agit d'un «phénomène naturel qui doit être régulé «précisant que la lutte contre l'immigration clandestine est une «responsabilité partagée par les pays d'origine, de transit et d'accueil».
Dans ce contexte, le ministre a fait remarquer que le Maroc agit «avec responsabilité» en la matière. En effet, a-t-il avancé, le Royaume a fait avorter en 2018 des opérations d'immigration clandestine impliquant 90.000 personnes.
En plus, a-t-il ajouté, le Maroc, qui a démantelé l'année dernière 160 réseaux d'immigration clandestine, déploie plus de 13.000 membres des forces de l'ordre dans le littoral nord, et ce dans le cadre de cette responsabilité.
«Le Maroc n'agit pas avec responsabilité pour plaire à des forces politiques, ni pour jouer le gendarme. Il s'agit d'une politique qui s'inscrit dans le cadre de son approche relative à l'immigration», a précisé Nasser Bourita.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a, par ailleurs, qualifié d'«imprécises» les informations rapportées par des médias au sujet de la présence la semaine dernière dans le Royaume des ambassadeurs de Sa Majesté le Roi en Arabie Saoudite et dans l'Etat des Emirats arabes unis. Il a, en outre, souligné que les informations relayées par la presse à ce sujet «n'ont aucun lien avec les traditions diplomatiques, ni avec les pratiques diplomatiques marocaines».
Selon ces traditions, le rappel des ambassadeurs répond à des raisons précises et claires, a précisé Nasser Bourita, précisant que dans les pratiques diplomatiques au Maroc «aucun ambassadeur n'est rappelé sans la publication d'un communiqué et sans explication de la décision», laquelle décision est portée à l'intention du pays concerné.
Le ministre a affirmé, dans ce cadre, que les deux ambassadeurs étaient effectivement au Maroc pour prendre part à des réunions et ont rejoint leurs postes en début de semaine. «Les relations entre le Maroc et les pays du Golfe, particulièrement l'Arabie Saoudite et l'Etat des Emirats arabes unis sont fortes, historiques et séculaires», a rappelé Nasser Bourita.
La région vit des mutations et des changements importants aussi bien au niveau interne dans certains pays qu'au niveau des relations inter-pays, a souligné le ministre, précisant que ces «mutations et changements impactent les relations avec l'entourage de ces pays et avec les autres Etats, y compris le Maroc».
Ces «mutations objectives» ont généré plusieurs changements au niveau des relations, ce qui a conduit le Maroc, de «manière naturelle et en toute responsabilité» à tenir des réunions pour s'informer de la situation, s'y adapter et s'y préparer, surtout qu'«il s'agit d'une région avec laquelle le Maroc n'entretient pas des relations ordinaires», a-t-il noté. Il est tout à fait naturel que les deux ambassadeurs prennent part à ces réunions consacrées à l'examen de ces mutations et l'ampleur de leurs répercussions sur les positions du Maroc à l'égard de cette région et sur ses alliances avec ses pays, a conclu Nasser Bourita.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.