HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance
Publié dans Libération le 16 - 02 - 2019

Les travaux de la rencontre économique Maroc-Espagne organisée par la CGEM et l'organisation patronale espagnole (CEOE), à l'occasion de la visite du Roi Felipe VI d'Espagne dans le Royaume, se sont articulés autour de deux sessions plénières, la première portant sur les nouveaux métiers porteurs de croissance et la seconde sur l'intégration industrielle.
Cette rencontre, tenue jeudi en partenariat avec le Conseil économique Maroc-Espagne (CEMAES), a connu la participation d'officiels de haut niveau ainsi que des dirigeants des plus grandes entreprises publiques et privées des deux pays, rapporte la MAP.
L'accent a été mis, à cette occasion, sur les opportunités d'affaires et d'investissements offertes par le Maroc et l'Espagne et sur les moyens de promouvoir les échanges et les partenariats entre les acteurs économiques des deux pays.
A cette occasion, le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, a indiqué que les relations économiques entre le Maroc et l'Espagne n'ont cessé de se développer en faisant en sorte que l'Espagne est le premier partenaire du Royaume depuis cinq ans et le deuxième en termes d'investissement.
Les relations entre les deux pays voisins sont fortes et sont fondées sur le respect mutuel et la confiance partagée, a-t-il dit, ajoutant que les opérateurs économiques et la communauté des affaires sont satisfaits des résultats réalisés jusqu'ici et appréhendent l'avenir avec beaucoup d'espoir et d'enthousiasme.
"Les chefs d'entreprises des deux pays ont désormais une vision d'avenir beaucoup plus claire à la faveur des réformes engagées par le Maroc dans tous les domaines", a-t-il expliqué, notant à ce propos que le CEMAES a un rôle très important à jouer pour promouvoir davantage les échanges entre les deux économies.
Le Maroc est présent dans 26 pays africains et dispose d'entreprises particulièrement dynamiques sur le continent, ce qui constitue une opportunité pour les partenaires économiques européens et d'ailleurs du Maroc, a-t-il insisté.
Pour sa part, le président du patronat espagnol, Antonio Garamendi, a affirmé que plusieurs entreprises espagnoles opèrent sur le sol marocain dans des secteurs de grande importance (automobile, technologies, infrastructures, finances, énergie, transport...), relevant que ces entités économiques sont animées par la volonté sincère d'investir dans le Royaume et de partager avec leurs homologues marocaines un projet commun qui tire profit des opportunités que recèlent les marchés de l'Europe et de l'Amérique Latine.
"C'est une porte vers l'Afrique que le Maroc ouvre pour les entreprises espagnoles et européennes", a-t-il assuré, appelant les organisations patronales des deux pays à accompagner les entreprises pour tirer le meilleur parti de ce projet commun qui se veut un plan stratégique d'avenir pour tous.
De son côté, le président de la Chambre de commerce d'Espagne, José Luis Bonet, a fait part du grand intérêt porté par les entreprises espagnoles pour le Maroc et de leur engagement social pour le progrès et la modernisation du Royaume, soulignant que le Maroc est "un pays d'une grande valeur sur le plan stratégique et commercial".
L'accord commercial entre le Maroc et l'UE est un instrument vital pour le développement des relations économiques et commerciales entre l'Europe et l'Afrique, a-t-il fait observer, plaidant, à cet égard, pour une nouvelle politique européenne vis-à-vis de l'Afrique dans laquelle le Maroc doit avoir une position centrale et jouer un rôle prépondérant.
Il a en outre assuré que les entreprises espagnoles et les Chambres de commerce ibériques vont continuer à parier sur le Maroc qui offre d'importantes opportunités commerciales et d'investissements et à œuvrer pour développer davantage les relations économiques au service de la croissance et de l'emploi dans les deux pays.
Quant à Mario Rotllant Sola, co-président du CEMAES, il a signalé que cette rencontre se tient dans un contexte de relations bilatérales "très positives" sur les plan politique et économique, soulignant l'importance de capitaliser sur cette excellente dynamique pour renforcer encore plus les relations commerciales et envisager une compétition saine qui profite aux deux économies marocaine et espagnole.
Il a également invité les entreprises espagnoles à tirer parti des opportunités et des atouts offerts par le Maroc, "un important pôle économique et financier et une grande plateforme de production et d'exportation vers l'Afrique".
Pour sa part, Salaheddine Kadmiri, co-président du CEMAES, a fait observer que les grandes entreprises ont un rôle fondamental à jouer pour une croissance et une valeur ajoutée partagées, compte tenu de leur capacité à drainer et à mobiliser les investissements, se disant confiant en la capacité des opérateurs économiques marocains et espagnols à construire un avenir prometteur, façonné suivant une vision entrepreneuriale commune basée sur la colocalisation, la fragmentation des chaînes des valeurs, la complémentarité, les transferts technologiques et la confiance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.