Dialogue social : Le ministre de l'intérieur convoque les centrales les plus représentatives    Elaboré par le ministère chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique : Un guide pour expliquer l'expropriation    Les anglais manifestent contre May et pour un nouveau Brexit…    Maroc-Argentine : l'enjeu du «jamais 2 sans 3»    CAN-2019 (U23): Le Maroc éliminé par la RD Congo    Hervé Renard : Le match contre l'Argentine "sera certainement difficile"    Tournoi de Golf Presse Agadir: Une rencontre de convivialité!    Tuberculose. 30.000 personnes atteintes chaque année    Fès rend hommage à ses femmes    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    CAN 2019 : Les 24 équipes connues    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Divers    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance
Publié dans Libération le 16 - 02 - 2019

Les travaux de la rencontre économique Maroc-Espagne organisée par la CGEM et l'organisation patronale espagnole (CEOE), à l'occasion de la visite du Roi Felipe VI d'Espagne dans le Royaume, se sont articulés autour de deux sessions plénières, la première portant sur les nouveaux métiers porteurs de croissance et la seconde sur l'intégration industrielle.
Cette rencontre, tenue jeudi en partenariat avec le Conseil économique Maroc-Espagne (CEMAES), a connu la participation d'officiels de haut niveau ainsi que des dirigeants des plus grandes entreprises publiques et privées des deux pays, rapporte la MAP.
L'accent a été mis, à cette occasion, sur les opportunités d'affaires et d'investissements offertes par le Maroc et l'Espagne et sur les moyens de promouvoir les échanges et les partenariats entre les acteurs économiques des deux pays.
A cette occasion, le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, a indiqué que les relations économiques entre le Maroc et l'Espagne n'ont cessé de se développer en faisant en sorte que l'Espagne est le premier partenaire du Royaume depuis cinq ans et le deuxième en termes d'investissement.
Les relations entre les deux pays voisins sont fortes et sont fondées sur le respect mutuel et la confiance partagée, a-t-il dit, ajoutant que les opérateurs économiques et la communauté des affaires sont satisfaits des résultats réalisés jusqu'ici et appréhendent l'avenir avec beaucoup d'espoir et d'enthousiasme.
"Les chefs d'entreprises des deux pays ont désormais une vision d'avenir beaucoup plus claire à la faveur des réformes engagées par le Maroc dans tous les domaines", a-t-il expliqué, notant à ce propos que le CEMAES a un rôle très important à jouer pour promouvoir davantage les échanges entre les deux économies.
Le Maroc est présent dans 26 pays africains et dispose d'entreprises particulièrement dynamiques sur le continent, ce qui constitue une opportunité pour les partenaires économiques européens et d'ailleurs du Maroc, a-t-il insisté.
Pour sa part, le président du patronat espagnol, Antonio Garamendi, a affirmé que plusieurs entreprises espagnoles opèrent sur le sol marocain dans des secteurs de grande importance (automobile, technologies, infrastructures, finances, énergie, transport...), relevant que ces entités économiques sont animées par la volonté sincère d'investir dans le Royaume et de partager avec leurs homologues marocaines un projet commun qui tire profit des opportunités que recèlent les marchés de l'Europe et de l'Amérique Latine.
"C'est une porte vers l'Afrique que le Maroc ouvre pour les entreprises espagnoles et européennes", a-t-il assuré, appelant les organisations patronales des deux pays à accompagner les entreprises pour tirer le meilleur parti de ce projet commun qui se veut un plan stratégique d'avenir pour tous.
De son côté, le président de la Chambre de commerce d'Espagne, José Luis Bonet, a fait part du grand intérêt porté par les entreprises espagnoles pour le Maroc et de leur engagement social pour le progrès et la modernisation du Royaume, soulignant que le Maroc est "un pays d'une grande valeur sur le plan stratégique et commercial".
L'accord commercial entre le Maroc et l'UE est un instrument vital pour le développement des relations économiques et commerciales entre l'Europe et l'Afrique, a-t-il fait observer, plaidant, à cet égard, pour une nouvelle politique européenne vis-à-vis de l'Afrique dans laquelle le Maroc doit avoir une position centrale et jouer un rôle prépondérant.
Il a en outre assuré que les entreprises espagnoles et les Chambres de commerce ibériques vont continuer à parier sur le Maroc qui offre d'importantes opportunités commerciales et d'investissements et à œuvrer pour développer davantage les relations économiques au service de la croissance et de l'emploi dans les deux pays.
Quant à Mario Rotllant Sola, co-président du CEMAES, il a signalé que cette rencontre se tient dans un contexte de relations bilatérales "très positives" sur les plan politique et économique, soulignant l'importance de capitaliser sur cette excellente dynamique pour renforcer encore plus les relations commerciales et envisager une compétition saine qui profite aux deux économies marocaine et espagnole.
Il a également invité les entreprises espagnoles à tirer parti des opportunités et des atouts offerts par le Maroc, "un important pôle économique et financier et une grande plateforme de production et d'exportation vers l'Afrique".
Pour sa part, Salaheddine Kadmiri, co-président du CEMAES, a fait observer que les grandes entreprises ont un rôle fondamental à jouer pour une croissance et une valeur ajoutée partagées, compte tenu de leur capacité à drainer et à mobiliser les investissements, se disant confiant en la capacité des opérateurs économiques marocains et espagnols à construire un avenir prometteur, façonné suivant une vision entrepreneuriale commune basée sur la colocalisation, la fragmentation des chaînes des valeurs, la complémentarité, les transferts technologiques et la confiance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.