Conférence ministérielle africaine. La question du Sahara marocain abordé à Marrakech    Mauboussin Diamond, une carte pour récompenser la fidélité    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    Balance des risques: baisse de la croissance et équilibrée de l'inflation    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Sothema accroit son résultat net en 2018    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Divers    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    Vous avez dit classe politique !    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Conférence ministérielle africaine à Marrakech sur l'appui de l'UA au processus onusien au Sahara    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace
Publié dans Libération le 20 - 02 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/30872044-29302074.jpg?v=1550583467" alt="Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace" title="Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/30872044-29302074.jpg?v=1550583473" alt="Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace" title="Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace" width="708" /
Qu'en est-il de la situation des droits de l'Homme au Maroc ? Difficile de répondre puisque cette problématique continue à soulever les passions et de houleux débats entre ceux qui voient le verre à moitié plein et ceux qui n'en voient que la moitié vide.
Pour certains, le Royaume a parcouru beaucoup de chemin sur la voie de la consolidation de l'Etat de droit et du renforcement des droits de l'Homme. Des mesures, des actions, des réformes et des programmes importants ont été initiés au niveau institutionnel, juridique et réglementaire afin de garantir le respect des droits de l'Homme dans les différents domaines de la vie civile, politique, économique, sociale et culturelle. Les tenants de cette vision estiment que des évolutions probantes ont été enregistrées ces dernières années au niveau de la mise sur pied de plusieurs institutions spécialisées et de la promulgation de nombre de lois visant à conforter le processus d'édification d'un Etat moderne et démocratique. Pour étayer leurs dires, ils mettent en avant le préambule de la Constitution de 2011 qui a introduit une disposition nouvelle affirmant l'attachement du Royaume du Maroc aux droits de l'Homme tels qu'ils sont universellement reconnus. Ils rappellent également l'ensemble des dispositions édictées par la Loi suprême en vue de garantir à tous les citoyens, la liberté de circulation, de réunion, d'opinion, d'expression, d'association et d'adhésion à tout organisme syndical et politique de leur choix.
Les défenseurs de cette vision des choses mettent aussi en valeur les dernières mesures prises pour renforcer l'indépendance du pouvoir judiciaire, la promulgation du nouveau Code de la presse, les efforts consentis en vue d'éliminer la torture, la réduction du nombre des allégations de torture et d'abus commis au sein des établissements de détention ainsi que les efforts déployés pour accroître les capacités et renforcer les compétences de la police et des administrations pénitentiaires et de leur personnel.
Mustapha Ramid, ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, a affirmé dernièrement devant le Parlement que la situation des droits de l'Homme au Maroc révèle un progrès notable tout en rappelant les action entreprises dans ce sens par le Conseil national des droits de l'Homme et ses mécanismes, l'Institution du Médiateur et l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination. Le ministre a également évoqué l'adoption du Plan d'action national en matière de démocratie et de droits de l'Homme dont l'objectif est de favoriser l'ancrage de la culture du respect des droits humains.
De son côté, Driss El Yazami, ancien président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), a mis en exergue l'évolution de cette instance qui a vu dernièrement un élargissement significatif de ses prérogatives suite à l'adoption par le Parlement de la loi 76-16 relative à la réorganisation dudit Conseil. Une mise à niveau juridique qui va lui permettre de se doter d'un Mécanisme national de prévention de la torture (MNP), d'un Mécanisme national de recours pour les enfants victimes de violation de leurs droits et d'un Mécanisme national de protection des droits des personnes en situation de handicap.
En outre, Driss El Yazami a indiqué qu'environ 30% des recommandations du CNDH ont été prises en compte lors de l'élaboration des textes de loi tout en rappelant la promulgation des lois portant sur l'indépendance du Parquet général, le droit d'accès à l'information, la lutte contre la violence à l'égard des femmes, etc.
Mais malgré ces avancées, nombreux sont les militants des droits de l'Homme qui expriment à la fois leur regret et préoccupation tout en estimant que de nombreux acquis sont remis en question et que les droits des citoyens ont été bafoués. A ce propos, ils critiquent les entraves à la liberté d'expression, de réunion, la détention politique, le verrouillage du champ politique par la confiscation des libertés. Des remarques partagées souvent par des rapports dressés par les ONG internationales œuvrant dans le domaine des droits de l'Homme.
Selon ces dernières, il y a répression de manifestants, poursuites de journalistes, discriminations, etc. A ce propos, elles rappellent que « des arrestations de manifestants pacifiques » sont souvent justifiées par les autorités publiques par « des motifs tels que manifestation sans autorisation et agression de policiers ».
« Personne ne peut nier les évolutions constatées lors des dernières années en matière de droits de l'Homme et personne ne peut remettre en cause l'adoption par le Maroc de plusieurs accords et conventions internationales concernant nombre de catégorie sociales (femmes, enfants, torture...). Il a également mis fin à ses réserves concernant plusieurs de ses conventions. », nous a indiqué Allal El Basraoui, avocat au Barreau de Khouribga. Et de poursuivre : « Il ne faut pas non plus nier le fait qu'il y a eu une évolution constitutionnelle qui a permis de renforcer et de consolider plusieurs droits et institutions. Cela va sans dire que des progrès ont été enregistrés au niveau de l'intégration de plusieurs mécanismes de protection des droits de l'Homme et de la mise ne place d'une nouvelle politique migratoire. Bref, il y a de véritables avancées législatives, institutionnelles et politiques qu'il faut nécessairement prendre en considération». Pourtant, a-t-il tenu à préciser, s'il y a des insuffisances et déficits, c'est au niveau des droits économiques et sociaux qu'il faut les chercher. « L'Etat cherche à combler ces défaillances par l'élaboration d'un nouveau modèle de développement à même de permettre l'accès des citoyens à ces droits. Le chantier de la régionalisation avancée s'inscrit dans ce même cadre », a conclu Allal El Basraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.