HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode
Publié dans Libération le 21 - 02 - 2019

Ils sont de plus en plus nombreux à franchir le pas et se faire tatouer le visage, une pratique jadis limitée à un public microscopique mais popularisée par une nouvelle génération de rappeurs, malgré les réticences des professionnels.
Ils ont parfois 16 ou 17 ans seulement, ces jeunes gens qui poussent la porte d'une des nombreuses échoppes du quartier d'East Village à New York. Certains n'ont encore jamais été tatoués mais veulent directement une inscription sur le visage.
"C'est devenu une grosse tendance récemment, simplement à cause de ce qu'ils voient à la télé", explique Armando Guevara, à l'accueil du salon de tatouage Andromeda Studio 33.
Ce qu'ils voient, ce sont les héros du Mumble rap (aussi appelé SoundCloud rap ou Emo rap), un sous-genre très populaire aux textes souvent axés sur les troubles psychologiques et leurs conséquences (drogue, médication, suicide).
Quasiment tous, de 21 Savage à Post Malone, en passant par Lil Uzi Vert ou Tekashi69, ont le visage tatoué, rompant avec les générations précédentes qui goûtaient peu cette esthétique.
Shaggy Johnsen, 22 ans, qui s'est fait tatouer une tête de Bugs Bunny sur la tempe, admet avoir été influencé par ce courant. "Je suis artiste moi-même", explique-t-il, se disant rappeur free style. "L'important, c'est la manière dont tu te vends."
Depuis, il affirme que son nouveau tatouage ne lui a valu que des réactions positives. "Tout le monde aime", assure-t-il. "Je vais m'en faire faire d'autres. Le prochain? Peut-être Titi ou le diable de Tasmanie", deux autres héros de dessins animés.
Adam Alonso, lui, a une approche plus torturée de ce geste fort, auquel il s'est déjà prêté à plusieurs reprises.
"J'ai déjà été blessé par le passé et je ne veux plus que cela m'arrive, donc je dresse un mur pour que les gens dans la rue ne me parlent pas", dit, énigmatique, ce jeune homme, mannequin et rappeur, qui s'est fait notamment tatouer "AGONY" sous l'oeil droit, en grosses lettres.
Sur le plan professionnel, "les gens pensent que lorsque tu te fais tatouer le visage, tu ne peux plus gagner ta vie", dit-il. "Mais j'y arrive".
Armando Guevara n'est pas contre les tatouages sur le visage. Il en a lui-même plusieurs, dont un inspiré des cultures traditionnelles pré-colombiennes qui lui couvre quasiment le quart du visage. Mais il invite à la prudence.
"Si vous voulez vous faire quelque chose de permanent sur le visage, réfléchissez-y", dit ce quadragénaire d'origine nicaraguayenne, qui a dessiné chaque matin, durant des mois, le motif qu'il voulait, avant de passer à l'acte.
Beaucoup de jeunes candidats ne se rendent pas compte, selon lui, "que cela va avoir un impact profond sur leur vie. (...) Beaucoup de gens vont vous discriminer, vous refuser un logement ou un emploi."
"Quand les gens voient un tatouage facial, ils pensent que la personne est inconsciente, en colère, antisociale ou anarchiste", dit Armando Guevara. "Je suis quelqu'un de bien, je travaille dur, mais ce n'est pas ce que les gens voient."
"Cette génération pense que c'est facile et rapide de se le faire enlever au laser", poursuit-il, "mais cela coûte de l'argent et de nombreux rendez-vous. Et, à la fin, vous aurez une cicatrice."
Le salon Andromeda n'accepte pas les clients de moins de 18 ans. En France, où a lieu à partir de vendredi le Mondial du tatouage, à Paris, un mineur souhaitant se faire tatouer doit fournir une autorisation parentale écrite, que le salon est censé conserver pendant trois ans.
Ceux qui ont l'âge requis et veulent un "face tattoo" dans le salon new-yorkais d'Armando Guevara doivent répondre à quelques questions sur leur parcours et leurs motivations. "Si on sent qu'ils ne sont pas prêts, on refuse", explique Armando.
Certains refusent même toutes les demandes des adolescents, par principe, comme Fineline Tattoo, qui se revendique comme la plus vieille enseigne de New York, où le tatouage fut officiellement interdit de 1961 à 1997.
Mehai Bakaty, propriétaire et lui-même tatoueur, rappelle que le tatouage facial a longtemps été réservé aux gangs et, plus encore, aux prisonniers, qui "avaient renoncé" à la vie en société.
"C'est à se demander si les jeunes ne sont pas attirés par ça pour des raisons similaires", dit-il. "Ils n'ont plus l'espoir de devenir autre chose que caissier" et cèderaient ainsi au nihilisme. "Je pense que c'est ce que ces jeunes rappeurs essaient de dire, mais ça me paraît complètement irresponsable."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.