Dialogue social : Le ministre de l'intérieur convoque les centrales les plus représentatives    Elaboré par le ministère chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique : Un guide pour expliquer l'expropriation    Les anglais manifestent contre May et pour un nouveau Brexit…    Hervé Renard : Le match contre l'Argentine "sera certainement difficile"    Tuberculose. 30.000 personnes atteintes chaque année    Fès rend hommage à ses femmes    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Divers    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé
Publié dans Libération le 21 - 02 - 2019

Le Groupe de la Banque mondiale et le Maroc se dotent d'un nouveau cadre de partenariat-pays (CPF) pour la période 2019-2024, a annoncé l'institution financière internationale.
Le nouveau CPF, qui a été approuvé mardi 19 par les administrateurs du groupe, « vise à soutenir l'ambition du Maroc de renforcer son avantage concurrentiel dans l'économie mondiale tout en promouvant une prospérité partagée au sein de sa population », a indiqué la Banque précisant qu'il permettra de guider son programme d'assistance financière et technique au Maroc au cours des six prochaines années.
L'approbation du nouveau cadre tombe à point nommé. En effet, comme l'ont souligné les experts de l'institution, le Royaume est à un tournant historique et majeur de son développement. Ils en veulent pour preuve : la dynamique positive que connaît sa société en termes d'urbanisation et de transition démographique notamment, ce qui lui offre une occasion unique d'instaurer une croissance forte et inclusive.
Dans un communiqué, la Banque a également rappelé que « sous l'impulsion du Roi Mohammed VI, le pays s'est engagé dans un nouveau modèle de développement qui doit lui permettre de mieux faire face aux enjeux que constituent la concurrence mondialisée, la cohésion sociale nationale, la création d'emplois et le renforcement du capital humain ».
C'est donc dans ce contexte qu'elle a approuvé le nouveau cadre dont l'objectif « est de définir les axes d'intervention stratégiques du groupe et de tracer les contours de son soutien aux objectifs de développement à long terme du pays », a-t-elle souligné de même source, précisant que ce document détaille les grandes lignes de son soutien financier et technique au cours des prochaines années.
Fruit d'un processus de consultations mené auprès du gouvernement, du secteur privé et de la société civile, le nouveau CPF est établi sur la base des priorités du programme gouvernemental pour les années 2017 à 2021, ainsi que des avantages comparatifs du Groupe de la Banque mondiale, a affirmé la Banque.
Outre le fait qu'il tient compte des enseignements tirés de la précédente Stratégie de partenariat avec le Maroc (2014-2017), le nouveau cadre de partenariat « repose également sur une analyse approfondie et actualisée des défis et des atouts du pays, et a fait l'objet d'un processus de consultations auprès d'un large éventail de parties prenantes nationales », peut-on lire.
Soulignant les fondements du nouveau cadre de partenariat, la Banque a indiqué que trois principaux travaux d'analyse ont servi de base aux priorités et domaines d'intervention identifiés par le nouveau CPF : le Mémorandum économique publié en 2017 et intitulé « Le Maroc à l'horizon 2040 : Investir dans le capital immatériel pour accélérer l'émergence économique », le Diagnostic-pays systématique réalisé en 2018 et le Diagnostic du secteur privé marocain.
En ce qui concerne les axes d'action stratégiques pour orienter l'appui de l'institution internationale, le Groupe de la Banque mondiale en a mis trois en évidence: favoriser la création d'emplois dans le secteur privé, renforcer le capital humain et promouvoir un aménagement du territoire résilient et profitant à tous.
« Dans le cadre du premier axe stratégique, les efforts s'attacheront à accroître la concurrence et à améliorer l'environnement des entreprises, en particulier pour les PME. L'enjeu du deuxième axe stratégique, qui s'articule autour du renforcement du capital humain, est de doter le Maroc des compétences nécessaires pour soutenir la concurrence dans l'économie mondiale », a expliqué la Banque.
Quant au troisième axe stratégique, il vise les régions les moins développées du pays. A ce propos, le soutien prévu dans ce domaine a pour objectif de promouvoir la répartition équitable des infrastructures et des services à l'échelle du pays tout entier.
Selon ses précisons, « il s'agira plus précisément d'améliorer la gestion des ressources en eau et de renforcer la résilience du Maroc aux chocs causés par le changement climatique, en faisant en sorte que les habitants de toutes les régions du pays aient les ressources et les capacités nécessaires pour faire face à leurs conséquences ».
A souligner que le CPF compte aussi mettre l'accent sur l'égalité hommes-femmes et le numérique au titre de priorités transversales tout en s'appuyant sur la gouvernance, qui sera une composante fondamentale de ces trois axes, et la participation citoyenne.
Enfin, conformément au nouveau CPF, les administrateurs du Groupe de la Banque mondiale ont également donné leur aval à un projet de 611,3 millions d'euros.
Ce projet vise « à aider le Maroc à accélérer l'adoption des technologies numériques afin d'en faire une source d'emplois, de croissance et de services de meilleure qualité et de se doter d'une base essentielle pour conduire la transformation économique en Afrique du Nord et plus généralement sur le continent africain », a justifié la Banque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.