Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Doukkali : Le Maroc recense 30 000 cas de tuberculose chaque année    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Divers    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs
Publié dans Libération le 21 - 02 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/30907744-29324794.jpg?v=1550664898" alt=""Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs" title=""Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/30907744-29324794.jpg?v=1550664912" alt=""Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs" title=""Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs" /
Le roman "Le Ciel sous nos pas", de l'écrivaine marocaine Leïla Bahsaïn, s'inscrit dans une lutte acharnée pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs, en dévoilant leur difficulté d'exister en tant que telles, à être respectées, à s'épanouir et à s'imposer aussi bien dans les sociétés dites "conservatrices" que "libérales".
Ce roman, paru aux éditions Albin Michel, braque les projecteurs sur la condition féminine dans la société marocaine et française et révèle une facette peu connue de cette Europe rêvée. Elle met en cause ainsi la perception répandue d'un Occident idéalisé et considéré comme un eldorado des libertés. Cette oeuvre littéraire est la voix d'une jeune fille pleine de fantaisies et de poésies qui appartient à la génération de la mondialisation. Il s'agit d'un personnage fort et décomplexé qui fait face au monde pour vivre sa vie à fond et réaliser ses rêves, a souligné Leïla Bahsaïn dans un entretien à la MAP en marge de sa participation à la 25ème édition du Salon international de l'édition et du livre de Casablanca (SIEL-2019).
Issue d'une famille composée essentiellement de femmes, sa mère qui travaille comme femme mulet à Sebta et sa soeur, Tifa, pleine de mystère, cette jeune rebelle contourne les traditions pour pouvoir vivre sa vie d'adolescente, a relevé la jeune écrivaine, lauréate du prix de la Nouvelle de Tanger 2011. Après la mort de sa mère, cette adolescente va être obligée de quitter le Maroc pour rejoindre sa soeur Tifa mariée à Paris. A son arrivée c'est le choc total, Paris ou le "nombril du monde" comme elle l'appelait est totalement différent de ce qu'elle imaginait. Elle va découvrir une autre Europe loin des images véhiculées par les médias et de ce qu'elle lisait dans les manuels scolaires, a-t-elle poursuivi. Pire, elle va retrouver sa sœur métamorphosée et mariée à un homme radicalisé dans un F3, une banlieue imaginaire proche de Paris. La jeune va tout faire pour s'extraire de ce foyer et va cheminer vers son émancipation à travers le savoir, a dit la romancière. La vraie particularité de cette jeune femme qui fait sa force, c'est qu'elle n'a pas de complexes et ne se laisse pas intimider ni par ceux qui cherchent à l'exploiter, à savoir les extrémistes ni à l'exclure, comme les racistes et les xénophobes, a-t-elle fait remarquer.
Ce roman qui se passe en deux parties, au Maroc et en France, traite de questions sérieuses, notamment la problématique tradition-modernité et la poussée intégriste en Europe, en touchant aux sujets tabous. "Je n'ai pas peur des tabous, j'écris avec une sincérité incroyable sans autocensure, mes personnages sont libres au vrai sens du terme", a dit Leïla Bahsaïn. "Ce texte est écrit avec une langue métissée très marquée par l'imaginaire marocain. Je suis née et j'ai grandi au Maroc, mon imagination est baignée dans cette culture marocaine qui se démarque dans mon écriture". La diversité est une vraie richesse aujourd'hui on vit dans un monde où les frontières culturelles n'existent plus, a-t-elle relevé. En effet, "il s'agit de mon premier roman mais non pas de mon premier texte publié. J'avais écrit et publié des nouvelles au Maroc et également en France dans des revues ou des publications collectives", a-t-elle observé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.