Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Doukkali : Le Maroc recense 30 000 cas de tuberculose chaque année    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Divers    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée
Publié dans Libération le 21 - 02 - 2019

"Dysfonctionnement majeur au sommet de l'Etat": la Commission des lois du Sénat a frappé un grand coup mercredi en demandant des poursuites contre l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, mais aussi la saisine de la justice sur les déclarations des principaux collaborateurs du président.
"La sécurité du président de la République a été affectée", a affirmé le président de la commission d'enquête Philippe Bas, en présentant le rapport de la commission d'enquête à la presse.
Après six mois de travaux, 40 personnes entendues au cours de 34 auditions, la Commission sénatoriale a rendu ses conclusions mercredi, alors que M. Benalla et M. Crase, au centre de l'affaire la plus retentissante du quinquennat Macron, ont dormi en prison mardi soir, après la révocation de leur contrôle judiciaire.
Dans une lettre au président du Sénat Gérard Larcher, les membres de la commission présidée par Philippe Bas (LR) demandent de "saisir le ministère public des déclarations" des deux intéressés. Ils soupçonnent un "faux témoignage" de M. Benalla sur le "périmètre de ses fonctions" à l'Elysée et "son rôle dans le dispositif de sécurité du chef de l'Etat", mais aussi sur l'utilisation de ses passeports diplomatiques.
M. Benalla et M. Crase sont en outre soupçonnés d'avoir menti au sujet du contrat de sécurité privée pour le compte du Russe Iskander Makhmudov, alors que les révélations de Mediapart, peut-on lire dans la lettre, laissent supposer "l'implication de M. Alexandre Benalla dans la négociation dudit contrat alors que ce dernier était encore en fonction à l'Elysée".
Dans l'enregistrement sonore publié par le site d'information, les deux hommes évoquent les répercussions de leurs ennuis judiciaires sur la société de M. Crase, engagée dans un contrat de sécurité avec le milliardaire russe. Contrat qui fait aujourd'hui l'objet d'une enquête récente du parquet national financier.
Le faux témoignage devant une commission d'enquête parlementaire est puni de cinq, voire sept ans d'emprisonnement, rappelle la Commission.
Tout aussi explosif pour Emmanuel Macron, les commissaires demandent au bureau du Sénat de saisir la justice pour vérifier "un certain nombre d'omissions, d'incohérences et de contradictions" relevées lors des auditions des plus hauts collaborateurs du chef de l'Etat.
Sont nommés le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler et le chef de cabinet Patrick Strzoda, mais aussi le chef du groupe de sécurité de la présidence, le général Lionel Lavergne.
La décision finale de saisir ou non la justice reviendra au Bureau du Sénat.
D'une manière générale, la Commission pointe une série de "dysfonctionnements majeurs au sein des services de l'Etat" qui ont pu "affecter" la sécurité du président et "les intérêts" du pays, évoquant des "pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté" et un "sérieux manque de précaution dans la prévention des conflits d'intérêts de certains collaborateurs", en référence au contrat russe.
Elle plaide pour la fin des "collaborateurs officieux" au sein de la présidence de la République.
L'affaire Benalla et ses ramifications n'en finissent plus d'embarrasser l'Elysée depuis l'identification, le 18 juillet par Le Monde, de ce proche collaborateur du président en train de molester des manifestants le 1er mai à Paris.
A l'Elysée, par ailleurs confronté depuis trois mois à la crise inédite des "gilets jaunes", un vaste mouvement de remaniement des équipes semble engagé.
La présidence a notamment déjà enregistré le départ de la "plume" Sylvain Fort et du conseiller spécial du président Ismaël Emelien. Le conseiller politique Stéphane Séjourné est parti diriger la campagne de La République en marche pour les européennes. Celui d'Alexis Kohler est régulièrement évoqué dans la presse. L'Elysée a par ailleurs recruté un directeur général des services, Jérôme Rivoisy.
Au plan politique, l'affaire a également entraîné l'abandon de la révision constitutionnelle, les oppositions exigeant une enquête parlementaire.
Une commission d'enquête de l'Assemblée, dominée par la majorité En Marche, a fait long feu au grand dam des oppositions.
Aurore Bergé, porte-parole de La République en marche, a estimé mercredi que la commission d'enquête du Sénat a "voulu faire de la politique" et crée un "précédent dangereux".
La ministre de la Justice Nicole Belloubet a elle estimé que la justice n'était pas "sous pression", contrairement à ce qu'avait affirmé l'avocate d'Alexandre Benalla.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.