Dialogue social : Le ministre de l'intérieur convoque les centrales les plus représentatives    Elaboré par le ministère chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique : Un guide pour expliquer l'expropriation    Les anglais manifestent contre May et pour un nouveau Brexit…    Maroc-Argentine : l'enjeu du «jamais 2 sans 3»    CAN-2019 (U23): Le Maroc éliminé par la RD Congo    Hervé Renard : Le match contre l'Argentine "sera certainement difficile"    Tournoi de Golf Presse Agadir: Une rencontre de convivialité!    Tuberculose. 30.000 personnes atteintes chaque année    Fès rend hommage à ses femmes    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    CAN 2019 : Les 24 équipes connues    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Divers    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le satisfecit des syndicats : Grève réussie
Publié dans Libération le 21 - 02 - 2019

Abdelhamid Fatihi : Le gouvernement doit se départir de son indifférence
Khalid Lahouir El Alami : Le gouvernement a tout l'air de ne pas être conscient de la gravité de la situation sociale
La grève observée hier mercredi par la FDT et d'autres centrales syndicales (CDT et l'UMT) a quasiment paralysé la fonction publique, les établissements publics et les collectivités territoriales.
«Le débrayage a été largement suivi par les fonctionnaires et les salariés», nous a affirmé à ce propos Abdelhamid Fatihi, secrétaire général de la FDT. Et de préciser : «Le taux de participation a dépassé les 70% dans tous les secteurs de la fonction publique (enseignement, collectivités territoriales, justice…)».
Il a, dans ce même sens, critiqué « le silence coupable » du gouvernement, qui « continue de faire la sourde oreille ». Pour cette raison, il a mis en avant le fait que la FDT allait discuter au sein de ses instances décisionnelles d'autres formes de protestation si le gouvernement ne prend pas des mesures pour faire baisser la tension sociale.
Pour sa part, Khalid Lahouir El Alami, secrétaire général adjoint de la CDT, nous a affirmé que la grève du 20 février a fait un tabac, soulignant que « le taux de participation a varié entre 75 % et 100 % au niveau de la fonction publique. La grève a été largement suivie dans les secteurs de l'éducation, des collectivités territoriales, de la pêche maritime, de la communication et de la justice et il y a des secteurs où le taux de participation a dépassé les 90 %».
Après avoir souligné que le débrayage «s'est déroulé en toute responsabilité et dans le calme », il a dénoncé le silence du gouvernement. « Jusqu'à maintenant, le gouvernement garde le silence et je dirais même que le chef du gouvernement adopte une attitude indifférente et irresponsable devant la gravité de la situation sociale», a-t-il assené. Et d'ajouter:«Le gouvernement semble inconscient de la gravité de la situation». Pour lui, il y a deux indicateurs de la gravité de celle-ci. Le premier concerne l'endettement qui a atteint des seuils intolérables qui rappellent la crise des années 80 du siècle passé et le second a trait à l'endettement des ménages.
Pour cette raison, il a affirmé que la mobilisation initiée par la CDT n'a pas seulement concerné les fonctionnaires et les salariés du privé, mais aussi les citoyens qui se sont sentis concernés par ce mouvement. Car, selon lui, « l'érosion du pouvoir d'achat touche tout le monde et pas uniquement les fonctionnaires. Pour cela, la CDT a pris, il y a un mois, la décision de faire grève le 20 février et d'organiser des marches régionales et provinciales le 24 février ».
Plusieurs raisons expliquent le ras-le-bol des centrales syndicales.
Depuis 2011, date du dernier accord social, à savoir l'Accord du 26 avril 2011, la situation de la classe ouvrière s'est, en effet, dégradée. Ses acquis, ses droits et ses revendications ont été bafoués pour la huitième année consécutive sous la houlette de deux gouvernements successifs (en l'occurrence celui d'Abdelilah Benkirane et celui de Saad Dine El Otmani).
Les salariés et les fonctionnaires n'ont bénéficié, selon les centrales syndicales, d'aucune mesure visant à renforcer leur pouvoir d'achat et à améliorer leur situation. Pire encore, le gouvernement a également porté atteinte aux acquis sociaux des salariés durant ces années de vaches maigres.
Les centrales syndicales dénoncent, en outre, le gel du dialogue social et de tous les accords conclus, ainsi que les atteintes aux droits et acquis des salariés.
Il convient de rappeler que le Bureau politique de l'USFP a débattu récemment des derniers développements relatifs au dialogue social, réitérant sa volonté de défendre les doléances justes de la classe ouvrière.
Dans ce sens, il s'est arrêté sur les différents défis et contraintes auxquels l'action syndicale se trouve confrontée, sur les régressions et l'atteinte aux acquis enregistrés sous le précédent gouvernement et rejeté toute pratique de nature à vider le dialogue social de sa substance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.